lundi10octobre

Toujours aucune explication à l'effondrement rapide et brutal de la livre sterling dans la nuit de jeudi à vendredi. À très exactement 7 heures 7 minutes et 3 secondes, heure de Hong Kong et de Singapour, la monnaie britannique s'est soudainement effondrée. En moins de 2 minutes elle est passée de 1.26 dollar à 1.15. Du jamais-vu. Avant de rebondir quelques minutes après à 1.24 dollar.

>

La grande enquête

Et depuis cet accident de marché, ce flash crash, c'est la grande mobilisation pour tenter de trouver une explication. La Banque d'Angleterre a même demandé hier l'aide de la Banque des Règlements internationaux et toutes les opérations qui ont lieu sont décortiquées. Ce type d'accident est souvent dû tout simplement à une erreur : un trader qui au lieu de vendre 1 million de livres sterling tape 1 milliard sur son clavier ou un système de trading qui disjoncte et se met à vendre de façon insensée. Le problème c'est que pour l'instant, je précise bien pour l'instant, on n'a trouvé aucune transaction de ce type et qu'on a plutôt l'impression qu'il n'y a eu aucune erreur et qu'il y a eu tout simplement un certain nombre d'ordres de vente qui se sont déclenchés automatiquement dès que le plancher des 1.25 dollar a été enfoncé dans un marché totalement creux et sans contrepartie.

La peur du hard brexit

Pourquoi est-ce si important de trouver les causes de ce flash crash ? Parce que c'est une indication précieuse pour les traders et pour les investisseurs de la nervosité du marché par rapport au Brexit. Si tout s'est passé sans erreur humaine ou de machine, cela signifie tout simplement que le marché commence à paniquer sur les conséquences d'un hard Brexit et qu'il y a de plus en plus d'ordres de vente qui sont prêts à se déclencher à la moindre nouvelle. D'ailleurs la plupart des prévisionnistes des grandes banques ont revu leurs prévisions à la baisse, et visent maintenant des niveaux proches de ceux atteints dans la panique de ce flash crash. Theresa May va devoir en tenir compte pour définir sa stratégie de sortie.

L'emploi américain

a ajouté une petite dose de confusion sur des marchés déjà totalement perdus. Les chiffres sacro-saints du premier vendredi du mois étaient moins bons que prévus avec un taux de chômage qui est remonté de 4.9% à 5% mais pas franchement mauvais avec encore un bon rythme de créations d'emplois, de hausse de salaires, et de taux de participation de la population. Un chiffre qui n'a pas donné de certitude sur la possibilité ou pas d'une hausse des taux aux États-Unis en décembre. Un chiffre pour rien en quelque sorte.

Le deuxième débat

a eu lieu cette nuit. Depuis la publication de sa vidéo ultra-sexiste de 2005, Trump est sous pression et les Républicains quittent le navire. Même Arnold le Terminator a annoncé que pour la première fois de sa vie il ne voterait pas Républicain. Trump semblait un peu mieux préparé qu'au premier débat mais il n'a pas tempéré ses propos même s'il s'est excusé pour la vidéo. Il a tout de même annoncé que, s'il gagnait, il mettrait Hillary Clinton en prison et qu'il s'apprêtait à sortir des trucs ENOOOOORMES sur Bill Clinton. Un débat de très haut vol.

Ne regardez pas la couv

d'Aujourd'hui/Le Parisien si vous êtes déjà un peu énervé(e) le lundi matin. Pleine page sur les zones de non-droit et les 4 policiers qui ont été attaqués au cocktail molotov près d'une cité dans l'Essonne. Le pronostic vital d'un des policiers, âgé de 28 ans, est engagé.

Ne lisez pas non plus

Les Échos ce matin si vous êtes énervé. Ils dressent le bilan du quinquennat Hollande sur la fiscalité avec un dossier complet, passionnant mais déprimant. On s'est vraiment fait massacrer. Ce n'était pas qu'une impression. Heureusement la campagne de souscription des SOFICA 2016 est ouverte. Ce produit permet aux particuliers de réduire leur impôt sur le revenu par un investissement destiné à financer le cinéma et l'audiovisuel. Découvrez la sélection de SOFICA de MonFinancier

En revanche regardez

l'interview de Philippe Salle le patron d'Elior et ex patron d'Altran dans C'est Votre Argent sur BFM Business. Sacrément impressionnant le gars, un serial intrapreneur de talent.

Le spectacle

Le 13 Octobre on va se détendre un peu avec le premier débat des primaires de la droite. La tension est à son comble (...) avec Juppé qui maintenant a repris l'avantage dans les sondages sur Sarko (42% contre 28% au premier tour) et Jean Frédéric Poisson prêt à en découdre. Je serai donc devant ma télé à 21h pour voir sur TF1, de gauche à droite, en arc de cercle, derrière leurs pupitres, Bruno Le Maire, Alain Juppé, Nathalie Kosciusko-Morizet, Nicolas Sarkozy, Jean-François Copé, Jean-Frédéric Poisson et François Fillon. Mieux que le spectacle Gad Elmaleh-Kev Adams.

Pour ceux qui n'ont pas suivi

La Colombie est en crise. Le gouvernement et les Farc ont signé un accord de paix historique. Le président, Jean Manuel Santos, artisan de l'accord, a reçu le prix Nobel de la Paix. Mais l'accord a été rejeté par les Colombiens lors d'un referendum.En fait, c'est l'ancien président Uribe, archi rival de Santos, et l'homme qui a vaincu les Farc, qui a fait campagne pour le Non au référendum. Et ce serait uniquement pour pouvoir revenir dans la course politique et redevenir président lors des prochaines élections. Vive la politique.

Du côté des marchés

Une journée "sans" vendredi avec des chiffres du chômage américain en demi-teinte : baisse de 0.67% du CAC à 4450 et de 0.33% du S&P 500. Pas de quoi s'exciter. Rien du côté des devises à part le sterling au plus bas, hors flash crash, à 1.24 et rien du côté du pétrole et de l'or. Boring.

On s'en fout ?

Pendant que les Iraniens et les Russes massacrent des dizaines de milliers de civils à Alep, l'Arabie Saoudite a bombardé une salle dans laquelle avait lieu une cérémonie funéraire, tué 140 personnes et blessé 525 personnes (bien évidemment, je le dis pour ceux qui m'écrivent et qui n'ont pas compris l'esprit de la rubrique, on ne s'en fout pas....); La direction du groupe Canal a confirmé l'arrivée de Morandini sur itélé : on attend le lancement d'un nouveau concept "The Dick" avec une sélection à l'aveugle menée par Jean Marc; Sarko a dit hier au Zénith qu'il était le champion du peuple contre les élites (no comment); Mon scooter est en panne; Serge Aurier a mimé un égorgement pour célébrer son but avec l'équipe de la Côte d'Ivoire contre le Mali; Après Google, c'est Salesforce qui dit non à Twitter.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos