lundi03avril

Cette semaine tous les regards seront tournés vers la Floride où aura lieu la première rencontre entre Donald Trump et Xi Jinping. Cette rencontre va être suivie de très près par les investisseurs car elle va être déterminante. Elle va donner le ton de la véritable politique américaine en matière de commerce international.

>

Trump aboie mais ne mord pas

Avouons-le, nous sommes un peu perdus. Le protectionnisme a été un des thèmes les plus rudes de la campagne de Trump. S'il était élu, on allait voir ce qu'on allait voir. Mais depuis il ne s'est rien passé. À tel point que tous les pays visés par Trump dans la campagne ont vu leurs marchés exploser à commencer par le Mexique. Les investisseurs pensent que Trump multiplie les déclarations incendiaires mais qu'il n'agira pas.

Un sommet amical ?

Est-ce qu'on a des indications sur la position que Donald Trump va adopter ?Dans une interview au Financial Times ce matin, il manie, comme à son habitude, la carotte et le bâton. Il menace de frapper la Corée du Nord, il menace de mettre en place des droits de douane, il menace de bloquer certaines importations et de l'autre côté il déclare, je cite "j'ai beaucoup de respect pour la Chine et son président et je ne serai pas surpris si nous parvenons à un accord spectaculaire". Rappelez-vous la rencontre avec le premier ministre japonais, un autre ennemi commercial désigné, qui s'est terminée par une partie de golf extrêmement chaleureuse.

Un accord de principe mais deux routes totalement divergentes

On peut donc s'attendre à un accord ?Un accord de principe peut-être. Sur les grands principes. Mais Trump devra agir car la Chine ne fera pas de vraies concessions. Le plus surprenant depuis l'élection de Trump, c'est qu'on assiste à une inversion des rôles entre les deux pays sur la scène internationale. Trump parle de protectionnisme. Xi Jinping fait un discours vibrant en faveur du libre-échange. Trump piétine l'environnement, Xi Jinping renouvelle ses engagements en matière de réduction d'émissions de gaz à effet de serre. Même si ce sommet se termine par des embrassades et des accolades, les États-Unis et la Chine ne pourront pas éviter une collision.

La bonne nouvelle de la semaine

C'est historique. Et le mot est faible. Pour la première fois depuis sa création en 1895, la CGT n'est plus le premier syndicat du secteur privé. Elle a été dépassée par la CFDT. Peut-être le signe, enfin, d'une évolution possible des rapports au sein des entreprises et la fin des blocages et des chantages sur fond de lutte des classes?

Les marchés boursiers optimistes

L'optimisme continue à régner largement sur les marchés. Le CAC a facilement passé la barre des 5100 points avec une clôture en hausse de 0.65% à 5122. Soit 2% de hausse pour la semaine et plus de 5% depuis le début d'année. Les marchés européens ont toujours le vent en poupe avec un Eurostoxx à 3495 en hausse de 0.40% alors que les marchés américains ont, un peu glissé, -0.23% pour le S&P et -0.31% pour le Dow Jones.

Brexit : ca commence mal

À peine l'article 50 activé, voilà qu'on parle déjà de guerre ! Un leader conservateur a déclaré hier que la Grande-Bretagne partirait en guerre pour défendre Gibraltar comme elle l'avait fait pour les Malouines. L'Union Européenne a en effet accordé à l'Espagne le pouvoir de décision finale sur le sort de Gibraltar...Et pour ne rien arranger, l'Espagne a ajouté qu'elle n'opposerait pas son veto à une demande de l'Écosse de rejoindre l'Union Européenne, malgré les conséquences que cela pourrait avoir sur la Catalogne...

L'autre guerre

Les insultes directes pleuvent entre les candidats aux élections. Il ne manquait plus que ça. Fillon, Macron, Le Pen et Mélenchon se tapent dessus allègrement, rabaissant, si c'était encore possible, le niveau de la campagne. Pour les sondeurs, la messe est dite : Macron sera président. Mais, rajoutent-ils pour se défendre (s'ils se trompaient, une fois de plus), le % des indécis est tellement élevé que tout est possible. La remontée de Mélenchon me fout la trouille.

À voir ou revoir

C'est Votre Argent. L'émission était exceptionnelle. Je vous conseille vraiment de la voir en replay. On a rejoué la semaine et les Jedis de l'économie et de la finance ont donné quelques conseils. Avec Alain Pitous de Talence Gestion, Romain Burnand de Moneta Asset Management, Michel Ruimy économiste et professeur à Sciences Po et à l'ESCP, François Langlade, patron de LCA, Hervé Goulletquer, La Banque Postale AM et Pauline Tattevin. Une émission exceptionnelle ! Revoir en replay

Une comparaison intéressante

En France l'emploi dans les administrations représente 21.9% de la population active contre 6.7% au Japon, 8.6% en Allemagne, 14.6% aux États-Unis et 17.4% au Royaume-Uni (Aujourd'hui).

On s'en fout ?

Un mobile sur 5 vendu dans le monde est un faux (vive la Chine...); La Guyane veut plus que le milliard d'euros qu'on lui offre; L'Islande va lier sa couronne à l'euro; Dupont-Aignan est persuadé qu'il sera au second tour; La valériane est la plante qui permet de mieux dormir la nuit; Federer continue son comeback avec une victoire aux Masters de Miami; Mimi Mathy est guérie et dit qu'elle est repartie pour 20 ans, aïe; JC Decaux a perdu le Vélib' au profit de Smoove, la start-up de Montpellier.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos