mercredi15février

Nouvelle journée de records sur les indices Américains: ce qui s'est passé hier est à la fois rare et passionnant. Les marchés étaient suspendus aux lèvres de la meilleure ennemie de Donald Trump, Janet Yellen, la patronne de la banque Centrale Américaine. Avec une crainte: Qu'elle confirme sa volonté de procéder à plusieurs hausses de taux en 2017.

>

Hausses des taux confirmées

Et elle l'a confirmé. De façon très claire. Et de façon plus brutale qu'attendue : attendre pour monter les taux ne serait pas sage, a-t-elle dit, et le plus tôt sera le mieux. Certains attendent donc déjà une hausse des taux le mois prochain, et trois à quatre hausses de taux sur l'année.

Dollar et taux en hausse

Et les marchés des changes et des taux ont réagi à cette intervention. De façon logique. Le dollar s'est renforcé. Contre toutes les monnaies. Sans exception. À son plus haut niveau de l'année. Normal. Les taux eux aussi se sont tendus. Le taux de référence, le taux des emprunts d'État américain, a lui touché la barrière hautement symbolique des 2.5 %. Normal aussi. Et tout cela a entraîné aussi une baisse de l'or. Là encore normal. Jusque-là, toutes les réactions des marchés ont suivi les règles de trading gravées dans le marbre.

Trump fait rêver la bourse

Alors en quoi ce qui s'est passé hier est-il rare ? Qui dit annonce de hausse de taux, dit normalement baisse des indices boursiers. Une grande partie de la hausse des marchés sur les dernières années a été alimentée par l'abondance de liquidités déversées par les banques centrales à des taux quasi nuls. Si cette liquidité diminue ou devient plus cher, la bourse baisse. En théorie. Hier, après une petite hésitation, la bourse a repris le chemin de la hausse ce qui prouve trois choses : les investisseurs jugent que la politique de Trump aura un effet tellement favorable sur les entreprises qu'elle compensera l'impact négatif de la hausse des taux, les investisseurs ne craignent plus vraiment les dérapages de Trump notamment au plan du protectionnisme depuis qu'ils l'ont vu se déballonner devant la Chine et le Japon mais surtout qu'il ne faut jamais croire que les marchés respectent les règles.

Le miracle du jour

Vous allez peut-être croiser aujourd'hui des Parisiens qui sourient, même parmi ceux qui traversent Paris en voiture avec les quais fermés. Pas d'inquiétude. Ça ne va pas durer. C'est juste une réaction réflexe à l'écrasante victoire du PSG hier contre Barcelone.

Le comeback du jour

Il y a trois ans, Peugeot avait besoin d'un plan de sauvetage pour éviter de sombrer. L'État avait dû entrer dans le capital, aux côtés des Chinois de Dongfeng pour sauver la firme au lion. Hier, GM et Peugeot ont confirmé être en négociations pour l'acquisition par Peugeot de la branche européenne de GM, Opel et Vauxhall. Peugeot deviendrait ainsi le deuxième constructeur européen derrière VW. Et certains y voient déjà une première étape pour une fusion entre GM et Peugeot. Rappelons que GM avait déjà pris 7% du capital de Peugeot mais était sorti en 2013 faute de synergie. Pas mauvais ce Carlos Tavares.

L'autre comeback du jour

Playboy va remettre des photos de nus après une année d'abstinence. C'est toujours ça de pris.

Libre-échange

À l'heure du grand retour du protectionnisme, l'Union Européenne et le Canada ont signé l'accord de libre échange qui doit être ratifié aujourd'hui par les députés européens. Une ratification hautement symbolique à l'heure où Trump fait mine de fermer les frontières.

État d'alerte

Michel Pébereau, l'ancien patron de la BNP, publie un rapport pour l'Institut de l'Entreprise. Titre :"Dépense publique: l'état d'alerte". Au moins c'est clair. La dette publique est passée de 60 % du PIB en 2005 à près de 100 % aujourd'hui. Si les taux remontent, on est mal.

Malaise à la maison blanche

La démission du conseiller à la sécurité nationale, Mike Flynn, du fait de ses liens avec la Russie a provoqué une mini panique dans l'administration Trump et pose un sérieux problème à la volonté forte de rapprochement avec le régime de Poutine.

Le frexit

C'est le Wall Street Journal qui prend aujourd'hui le relais du Financial Times et se fait l'écho de l'inquiétude des investisseurs sur une possible victoire de Marine Le Pen et la sortie de la France de la zone euro. Ce qui est étrange, c'est que ni le FT, ni le WSJ ne s'inquiètent de l'autre cas catastrophique et peut être plus probable : la victoire du duo Hamon-Mélenchon. On ne sortirait pas volontairement de l'euro dans ce cas, mais on se ferait sûrement éjecter. Pas grave, on créerait une zone de libre-échange avec Cuba et le Venezuela.

Vous ne pouvez pas manquer ça !

Si je vous dis SCPI et en plus crédit à taux (encore) historiquement bas ?? Depuis le 1er Janvier 2017, MonFinancier s'est doté d'une vraie cellule d'experts en crédit, afin de mettre à votre disposition des solutions de financement pour vos projets immobiliers. Avec cette nouvelle expertise, MonFinancier a construit cette année une véritable offre clé en main, unique, exclusive à destination de nos clients, et personnalisée avec plusieurs "pack SCPI à crédit" selon votre profil. Venez à notre agence de Paris 8ème, le jeudi 23 février, pour assister à une présentation de cette offre, rencontrer un conseiller, et réaliser une simulation crédit. En savoir plus et s'inscrire

On s'en fout?

Le grand malade de Corée du Nord aurait fait empoisonner hier son demi-frère à l'aéroport de Kuala Lumpur, ce demi-frère devait être le successeur de Kim Jong Il jusqu'à ce qu'il se fasse attraper à l'aéroport de Tokyo avec un faux passeport pour aller...à Disneyland (et ce n'est pas une blague); L'économie grecque s'est contractée de 0.4% au dernier trimestre de l'année ce qui ne va pas faciliter les négociations sur sa dette et un éventuel nouveau plan d'austérité; Fillon va déjeuner avec Sarko pour échanger des tuyaux sur la justice; Macron se prend tellement pour le Messie qu'il croit que la Russie cherche à hacker sa candidature; 93% des chiens dorment dans la chambre de leurs maîtres; Dans une tribune dans Libé, des artistes dont Patrick Bruel ou Hugues Aufray donnent des pistes pour mettre fin aux violences policières...no comment; redressement fiscal de 9 millions d'euros pour Johnny Hallyday qui avait un montage de "défiscalisation" digne des multinationales.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNEE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

A découvrir également

  • Le comportement des Français vis-à-vis de leur épargne pour lutter contre l’inflation
    23/06/2022
  • Réduction d'impôt : n'est-ce pas le moment d'investir en FCPI ?
    20/06/2022
  • Le crowdfunding dit adieu à Babyloan, une plateforme française historique
    17/06/2022
  • Épargne : les taux des livrets bancaires au plus bas
    15/06/2022

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt