mercredi22février

Martin Schulz, l'opposant d'Angela Merkel aux prochaines élections, a le vent en poupe. Selon les sondages, si les Allemands votaient directement pour un président, il serait élu avec une confortable avance. Et son parti talonne, et parfois dépasse le CDU d'Angela Merkel, ce qui pourrait lui donner la victoire aux prochaines élections législatives de septembre.

>

Le tabou schröder

Malgré le bilan spectaculaire d'Angela Merkel, la voilà prise dans la grande lessive qui a éliminé tous les sortants et la voilà ébranlée par cette volonté de changement qu'on perçoit partout en Europe mais aussi aux États-Unis, pour le meilleur mais surtout pour le pire. Le dernier rempart contre la montée du populisme est sérieusement en difficulté.Et Martin Schulz s'attaque aux réformes économiques de Schröder.En 2003, Gerard Schröder lançait l'Agenda 2010, un programme de réformes structurelles majeures. Ce sont ces réformes qui ont permis à l'Allemagne d'être aujourd'hui dans la situation économique exceptionnelle dans laquelle elle est.

Revenir sur les réformes

Inutile de revenir sur le fait que tous les indicateurs allemands, tous, de l'emploi aux grands équilibres budgétaires et commerciaux, sont au vert, au vert vif même. Et jusqu'à aujourd'hui Shröder était inattaqué et considéré comme inattaquable. Et cité comme exemple partout dans le monde. Et c'est donc de son propre parti de centre gauche, le SPD, que viennent les premières attaques. Schulz veut revenir sur des réformes emblématiques de l'Agenda 2010. Il brise un tabou.

Stratégie électorale étonnante

Il s'attaque principalement aux lois du travail.Il juge qu'on ne défend plus assez le droit des travailleurs et que la protection sociale n'est plus assurée. Il s'en prend notamment à l'indemnisation des chômeurs qui avait été ramenée de 32 mois maximum à 1 an maximum. Il veut s'attaquer aux contrats à durée déterminée, aux contrats courts, aux emplois considérés comme low cost. Étonnant de voir ces critiques formulées au coeur même du SPD. Certes l'Allemagne, grâce aux réformes Shröder, a effectivement les moyens de lâcher du lest et le fait avec le salaire minimum et avec des hausses significatives de salaires, mais remettre en cause ce qui marche est tout de même une stratégie étonnante, voire dangereuse. Mais Schulz veut vraiment virer Angela Merkel.

L' administrateur du jour

Sarkozy is back...in business.Alors que les rumeurs de création d'un fonds d'investissement se multiplient, le voilà nommé administrateur "indépendant" d'Accor. Et ce n'est que le début.

La bonne nouvelle du jour

Les embauches de cadres vont retrouver en 2017, selon l'APEC, l'association pour l'emploi des cadres, leur niveau d'avant crise, de 2007. Environ 220 000 embauches. Et tous les secteurs en profitent, informatique et télécom en tête. Vous ne trouvez pas que le terme de "cadres" est de plus en plus désuet et rétro? Allez dire à vos enfants ou à des étudiants: "tu seras cadre" et vous verrez leurs réactions.

La fête continue sur les marchés

Les marchés américains continuent de s'envoler et à mener la danse, avec un Dow Jones à 20 743 points, le S&P à 2365 et le Nasdaq à 5865.95, soit une hausse d'environ 0.60% pour tous ces indices. Tous les indices suivent. Et le CAC se retrouve à nouveau proche des 4900 points. L'euphorie est toujours alimentée par les perspectives de baisse d'impôts et de relance aux US mais également par les anticipations économiques optimistes dans les pays développés.

La fin d'un suspense insoutenable

À 16h30 nous saurons si la France va être sauvée. Nous saurons si Pau sera le nouveau Colombey les Deux Églises. Nous saurons, si comme en 1958, la France pourra faire revenir son commandeur en chef. Nous saurons si nous avons un plan B. B comme Bayrou.

L'aberration du jour

2.89 milliards d'euros.C'est le montant que les français ont placé en janvier dans les livrets A.Il y a un an, à la même période, ils retiraient 810 millions d'euros.Alors que les taux de rendement sont bas, 0.75%, et qu'ils sont passés en dessous du taux d'inflation, les Français continuent à privilégier ce placement ringard par excellence et dans lequel ils ne devraient cantonner que leur épargne de précaution, c'est à dire 3 à 6 mois de dépenses. Allez comprendre.

La claque hsbc du jour

Perte de 4.23 milliards sur le dernier trimestre de l'année.Et donc chute du cours de 6.2%.Et HSBC ne rassure pas sur 2017: la banque estime qu'avec le Brexit, la force du dollar et les perspectives de hausses de taux, l'année va être compliquée.

Le "ne lisez pas" du jour

L'enquête d'Aujourd'hui sur les territoires perdus de la République et notamment une cité de Compiègne totalement abandonnée aux dealers: les bailleurs sociaux de la cité incite même leurs locataires à déménager.

On s'en fout?

La révolution bancaire continue: les banques populaires et la caisse d'épargne vont accélérer leurs fermetures d'agences et les licenciements pour se convertir au digital; Macron a un avantage: il parle anglais couramment et il le prouve lors de sa rencontre avec Theresa May; le fils Balkany est en prison car il n'a pas payé la caution de 100 000 euros qui lui permettait de rester en liberté pendant la période d'instruction; 33% des femmes ont eu une relation extra-conjugale contre 24% en 2001 et 10% en 1970, pour 62% d'entre elles c'est l'attirance physique qui est déterminante, on est foutus; le Pape lance un appel vibrant aux jeunes du monde entier: lâchez vos portables.

VOILA C'EST TOUT
BONNE JOURNEE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

A découvrir également

  • Image actualite 1
    Le dispositif Pinel vit ses derniers jours avant l’application de nouvelles règles
    22/11/2022
  • Image actualite 2
    Réduction ou déduction, comment réduire ses impôts ?
    17/11/2022
  • Image actualite 3
    Ce que valent les livrets bancaires solidaires
    15/11/2022
  • Image actualite 4
    Avez-vous pensé à toutes les solutions pour payer moins d'impôts l'année prochaine ?
    15/11/2022

Archives

Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt