mardi31janvier

On s'achemine vers des élections anticipées en Italie. Nous allons à nouveau entendre parler de l'Italie. Car l'Italie va mal. Économiquement, politiquement et financièrement. Ce pays qui a vu sa croissance chuter de 2.9% en 2012, 1.8% en 2013 et 0.3% en 2014 n'arrive plus à atteindre les 1% de croissance. Ni en 2015, ni en 2016 et les prévisions pour 2017 sont comprises entre 0.6% et 0.8%.

>

Rouge ferrari

Tous les indicateurs ou presque sont au rouge : Le chômage reste élevé et la dette publique inquiétante. Les réformes Renzi n'ont pas pu aboutir et les réformes adoptées ont eu un effet marginal. Le pays ne parvient pas à retrouver un nouveau souffle économique après la crise de la dette. Une dette dont le coût augmente. On sent des petites secousses sur le marché des emprunts d'État italiens. Certes, les taux actuels sont des taux dont l'Italie n'aurait même pas rêvé quand elle était au bord de la faillite. Mais la BCE de Mario Draghi est passée par là, et l'Italie a pu financer sa dette colossale à des taux ridiculement bas.

Les marchés doutent

Mais les investisseurs commencent à douter. Le taux de référence, le taux à 10 ans des emprunts d'État est à 2.30% ce matin. En hausse de 10 points sur les derniers jours. Et la différence de taux avec l'Allemagne continue à se détériorer. Et la BCE aura probablement à intervenir à nouveau massivement dans les mois qui viennent pour calmer le jeu. Et c'est dans ce contexte que Matteo Renzi revient sur le devant de la scène. Il veut sa revanche. Il le dit et le répète depuis quelques jours. Il mobilise les troupes de son parti démocrate. Et il veut des élections anticipées qu'il pense pouvoir remporter haut la main. Compte tenu des votes sur les lois électorales en cours, on n'aura pas d'élections anticipées avant le mois de juin. Même s'il soutient le chef du gouvernement actuel dont il est très proche, Renzi veut aller à la bataille, de même que son opposant Beppe Grillo. Et ces élections ne vont pas rassurer les marchés. L'Italie se rappelle à notre bon souvenir. Elle va peser sur l'euro et sur l'Europe dans les semaines qui viennent alors que l'Europe est déjà en pleine tourmente du fait du Brexit. On n'avait vraiment pas besoin de ça.

L'espagne, elle, va mieux

Contrairement à l'Italie, l'Espagne sort de la crise... 3.2% en 2016. 3.2%. Certes l'Espagne vient de loin avec l'effondrement de son économie lors de la crise de 2008/2009 mais 3.2% tout de même ! 550000 chômeurs de moins mais un taux de chômage qui reste élevé à 18.3%. Et 2017, on devrait avoir une croissance de 2.5%. Même le déficit public s'améliore avec 3.1% du PIB en 2017... Viva Espana ?

La tech contre trump

Mobilisation générale aux États-Unis de tous les géants de la Tech contre la décision de Trump de limiter ou d'empêcher l'entrée du territoire. Tous les leaders, ou presque, des géants de la Silicon Valley protestent et expliquent qu'ils sont tous immigrés ou fils d'immigrés et que la prospérité de leurs groupes repose sur la multitude des nationalités de leurs équipes. Trump écoute. Mais il s'en fout. Pour lui, la Tech c'est l'establishment et il pense qu'il est le président du peuple. Il en a profité pour virer la ministre de la Justice qui s'est opposée à son décret anti-immigration.

Premier accroc dans le trump rally

Hier les marchés ont connu leur plus forte baisse depuis l'élection de Trump. Après des semaines de hausse quasi ininterrompue, les investisseurs commencent à réaliser, (enfin?), que Trump fera ce qu'il a dit. Pas de krach, pas de chute brutale, mais un glissage. 1.14% sur le CAC à 4784, 1.34% sur l'EuroStoxx à 3260 points et le Dow est repassé sous les 20,000 points, à 19971 exactement. Ce matin le Japon a suivi avec une baisse du Nikkei de 1.71% du fait aussi de la baisse du dollar/yen à 113.40 usd. Mais la volatilité reste basse, signe que les investisseurs ne paniquent pas.

De l'inflation en allemagne

L'inflation a atteint hier son plus haut niveau en Allemagne depuis 2013. 1.9%. Tout près du Graal des 2%. Et au-dessus des 1.7% de décembre. C'est important. Très important même. Car cela va conforter les opposants allemands à la politique monétaire laxiste de la Banque centrale européenne. L'Allemagne veut que la BCE lève le pied, qu'elle cesse d'inonder les marchés de liquidités et de soutenir les États européens qui ne font pas d'effort, maintenant que l'Europe est sortie de la déflation. Une belle bagarre en perspective.

Fillon ou pas fillon?

Le couple a passé une bonne partie de sa journée devant les policiers de l'Office Centrale de lutte contre la corruption. C'est la course contre la montre à 80 jours des élections et on entend parler d'une date butoir au 22 février pour avoir la décision d'un juge d'instruction...En attendant le téléphone chauffe à droite pour chercher l'homme providentiel qui pourra, en dernière minute, remplacer Fillon si besoin. Les noms cités dans la presse: Xavier Bertrand, François Baroin ou Laurent Wauquiez. Il reste encore la possibilité de supplier Juppé en se prosternant devant lui. Nouvelle échéance : cet après-midi, quand la nouvelle édition du Canard Enchaîné sera disponible pour les journalistes. Franchement, les élections françaises c'est mieux que House Of Cards.

Une génération étonnante

Selon un sondage Opinionway, 60% des 18-29 ans seraient prêts se lancer dans une aventure entrepreneuriale. Encourageant. Le problème, c'est qu'on apprend le même jour que Jean-Luc Mélenchon est le candidat le plus populaire chez les 18-24 ans. Alors qui croire ?

Ça bouge dans les médias

SFR qui détenait 49% du groupe NextRadio (BFM, RMC...) va racheter les 51% du capital qui appartenaient encore à son dirigeant, Alain Weil. Et le même jour, le trio Niel, Pigasse et Capton réunis dans une coquille d'acquisition cotée en Bourse, Mediawan, achète le groupe de productions de Claude Berda, AB Groupe, et son célèbre "Hélène et les Garçons"; le groupe ne fait que 158 millions de chiffre d'affaires mais il est très rentable ce qui explique le prix d'acquisition de 270 millions d'euros. Nous, on attend toujours de savoir qui va acheter NRJ. C'est pour cela qu'on a cette valeur dans nos conseils gestion PEA.

On s'en fout ?

Snap va s'introduire en Bourse et a choisi le New York Stock Exchange et pas le Nasdaq, on attend une valorisation entre 20 et 25 milliards de dollars; Alors qu'Uber continue à perdre des fortunes, Airbnb a atteint pour la première la rentabilité, une rentabilité qui devrait sensiblement progresser dans les années à venir; C'est la débandade au PS après la victoire d'Hamon et la ruée vers Macron; C'est la guerre entre les bandes des 12ème et 20ème arrondissement de Paris après la mort d'un lycéen de 17 ans; J'hésite à revoir encore la Vérité si je mens ce soir, sur W9...ah non, je n'avais pas vu, ils repassent Rocky sur C8, aucune hésitation.

Faites plaisir à un ami

Inscrivez-le tout de suite, gratuitement, à notre newsletter. C'est simple et rapide. Cliquez ici

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M IMMOBILIER Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos