mardi04juillet

On ne sait plus comment l'appeler. Hier il a encore franchi une étape dans la mise en scène de sa présidence. Les images de sa marche dans la galerie des bustes à Versailles a fait le tour du monde. Il a présenté sa vision au Congrès laissant le soin à Édouard Philippe d'aborder aujourd'hui les sujets plus pratiques.

>

State of the union

Son discours était calqué sur l'exercice des présidents américains devant le Congrès, State of the Union address, le discours sur l'État de l'Union. Il a duré 1h30 et certains députés avaient l'air content que ça se termine...Il a évoqué les grands, très grands principes de son action, à tel point qu'on a un peu de mal à en extraire les éléments clés...

Les éléments clés du discours de versailles

Principalement la réforme des institutions. Il se donne un an pour la mettre en oeuvre. Baisse du tiers du nombre des députés et sénateurs, introduction d'une dose de proportionnelle sans plus de détails, suppression de la Cour de justice, ré-orientation du Conseil économique et social, qu'il aurait pu supprimer d'ailleurs...Il volait haut, très haut; Édouard Philippe va devoir aujourd'hui nous ramener sur terre.

Chine-états-unis : nouvelle guerre froide ?

On savait que Trump était difficile à suivre mais là, sur la Chine, on ne comprend plus rien à sa stratégie. La Chine était un de ses thèmes principaux d'attaque pendant sa campagne et il avait promis d'ériger des barrières commerciales, d'imposer des droits de douane dissuasifs et de se prendre des mesures de rétorsion contre la manipulation de la monnaie chinoise. Ça c'était avant la campagne. Et puis il a rencontré Xi Jin Ping en avril et il a totalement changé d'attitude. Il a dit que le président chinois était un ami, et que la Chine et les États-Unis se donnaient quelques années pour régler les différends qui pouvaient les opposer. On avait l'impression qu'il s'était couché.

Tensions avec le g20

Changement d'ambiance depuis quelques jours. Changement d'ambiance total. Voilà que Trump s'en prend à nouveau à la Chine. Sur plusieurs fronts. Il décide de vendre pour plus d'un milliard de dollars d'armes à Taïwan, il impose des sanctions à une banque chinoise parce qu'elle fait du business avec la Corée du Nord, une des bêtes noires du Président, et il vient d'envoyer un navire de guerre proche d'une île disputée en Mer de Chine. Coup de fil hier du président Xi Jin Ping à Trump pour lui faire comprendre qu'il était en train de franchir la ligne jaune et que la Chine pourrait prendre des mesures de rétorsion. Bref, on est reparti pour une mini-guerre froide jusqu'à ce que Trump change à nouveau totalement d'attitude, encore une fois.

La cata' du jour

EDF. Encore. Et toujours. À peine un an après l'accord pour la livraison de deux réacteurs nucléaires à la Grande-Bretagne, le coût est révisé à la hausse de 1.5 milliard de livres sterling et ce n'est que le début compte tenu des retards de la mise en service qui ne font que commencer.

Le programme incroyable du parti de merkel

Présentation du programme de la CDU pour les élections. On croit rêver. Un objectif majeur : le plein-emploi. Alors que l'Allemagne a atteint un des taux de chômage les plus bas d'Europe et du monde, Merkel vise les 3%, le plein-emploi absolu. Le programme a pour titre "L'Allemagne, le pays où il fait bon vivre". Baisse d'impôts, possible grâce à l'excédent budgétaire, relance d'une industrie déjà florissante, investissements dans le numérique. Tout y est.

Le comeback du jour

3% de croissance.Le gouvernement espagnol a relevé sa prévision de croissance pour 2017 de 2.7% à 3%. Et prévoit 2.6% en 2018. Increible !

L'avertissement du jour

Il vient de l'AMF, l'Autorité des Marchés Financiers. L'AMF pense que le risque d'une "correction brutale sur les marchés" s'est accru en 2016. L'AMF s'inquiète de la progression des actions et de la baisse historique de la volatilité.

Du côté des marchés

Début de semestre en fanfare sur le CAC 40 avec une hausse de 1,5%, effaçant au passage ses pertes de la semaine passée. À Wall Street, encore une séance, enfin une demi-séance, dispersée et marquée par des prises de profits sur le Nasdaq (-0,49% à 6.110 points) tandis que le Dow Jones a terminé en hausse de 0,6% à 21.479 points. Après avoir fait le grand huit, le pétrole interrompt sa plus longue séquence haussière en cinq ans en raison d'une hausse de la production des pays de l'Opep. L'or de son côté se prend une claque, en baisse de 1,8% pour se rapprocher un peu plus des 1200 dollars l'once, sur fond de renforcement du dollar. La séance du jour risque toutefois d'être calme en l'absence de Wall Street, la Bourse américaine sera fermée pour l'Indépendance Day.

On s'en fout ?

Nous sommes le 4th of July, Independence Day; La Tesla 3 va commencer à être livrée fin Juillet; Les jours de la ministre du Travail, Muriel Penicaud, sont comptés, du fait de la soirée organisée pour Macron à Las Vegas, la question est de savoir si elle pourra tenir jusqu'à ce que la réforme du Code du Travail soit adoptée; On va enfin pouvoir payer de 1200 à 25000 euros pour aller passer une nuit au Crillon à partir de demain; Le marché français des fusions-acquisitions a bondi de 44% en 2017, c'est plus que l'Europe, +29%, et plus que le monde,+2%, cocorico !

VOILÀ C'EST TOUTBONNE JOURNÉEMAY THE FORCE BE WITH YOU

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos