mardi06juin

Y a un soleil comme ça ! Y a un soleil comme ça ! C'est sur cette comptine qui nous ramène tout droit en enfance que nous posons nos valises en Espagne, ce pays qui nous évoque le soleil et le farniente. L'éclaircie est visible sur le plan économique. Le nombre de chômeurs recule et la croissance s'affiche en territoire positif pour quatorzième trimestre consécutif. Une belle revanche pour un pays qui a traversé une crise financière longue de 5 ans, terminée fin 2013...

    La crise, un mauvais souvenir ?

    A l'instar de la Grèce, dont les problèmes de dette restent toujours d'actualité, l'Espagne a été dans l'oeil du cyclone des marchés. Espagne et Grèce, toutes deux sont entrées dans l'Union Européenne dans les années 80 après des décennies sous le joug de dictatures. Si pour la Grèce, l'entrée dans l'Union a été effective en 1986, l'Espagne a dû attendre cinq années supplémentaires. Cette adhésion dans les pays les plus avancés de l'Europe a récompensé le " miracle économique " espagnol et lui a permis de passer à la vitesse supérieure dans son développement. L'agriculture outre-Pyrénées devient alors exportatrice, tandis que ses industries deviennent performantes. Le tourisme représente la plus grande source de revenus de l'Espagne qui est devenue la deuxième destination touristique du monde stimulant ainsi l'exportation des marchandises et des services. Le secteur tertiaire contribue quant à lui aux deux tiers du PIB.

    En 1993, le pays a été durement touché par la crise. Puis entre 1997-2007 la croissance espagnole est repartie de plus belle et a été nettement plus rapide que celle des trois autres grands pays de la zone euro (Allemagne, France et Italie). Une impressionnante hausse qui durant cette décennie bénie, était liée notamment au bon développement du marché immobilier. Par contre, lorsque est survenue la crise économique de 2007, l'économie espagnole est entrée dans une longue période difficile. Entre les premiers trimestres 2008 et 2009, le PIB a reculé de 3,0 % en Espagne, alors qu'il a baissé de 4,8 % en zone euro. En plus de la crise mondiale s'ajoutent pour l'Espagne les conséquences de l'éclatement d'une bulle immobilière d'une très grande ampleur.

    Sous la pression des marchés et des institutions communautaires et internationales, les autorités espagnoles ont adopté, à partir de la mi-2010, une cure d'austérité sans précédent. En 2012, le PIB dévissait de 2,1%, le déficit tutoyait les 10% du PIB. En clair, l'Espagne était dans une situation insoutenable. Ce n'était pas sans compter sur le sacrifice consenti par tous les espagnols. L'Espagne a su tirer profit des baisses de salaires pour être plus compétitive sur le marché international, et donc doper ses exportations. Quant au chômage, l'ex-gros point noir du pays, il a fortement chuté, passant de 26,1 % en 2013 à 19,6 % en 2016. L'Espagne revient ainsi à de meilleures fortunes après cinq longues années de récession. De l'autre côté des Pyrénées, la croissance est ressortie à 0,8% au cours du premier trimestre, soit à un rythme le plus soutenu depuis sept ans. Une bonne tenue qui ne fait que confirmer la tendance observée l'an dernier. La croissance espagnole est en effet ressortie à 3,2% en 2016, l'une des plus élevées de l'Union européenne ! Le taureau espagnol n'était pas achevé, il était juste groggy. La prévision de croissance du gouvernement se situerait "?autour de 3?%?" en 2017, supérieure aux 2,7?% sur lesquels le gouvernement tablait jusqu'ici. Le bon élève est bien parti pour confirmer son satisfecit...

    L'Ibex, porte d'entrée dans l'arène boursière espagnole

    L'Ibex, contraction de d'Iberia Index, est l'indice boursier de référence de la bourse de Madrid, composé de 35 valeurs depuis 1992. Comme son nom l'indique, l'Ibex 35 est composé des 35 entreprises espagnoles présentant les plus fortes capitalisations boursières. L'indice phare de la Bourse de Madrid a progressé de 16% depuis le début de l'année et a bondi de 74% sur cinq ans ! Il faut dire aussi qu'à l'image du pays, les valeurs de la place espagnole ont connu de gros remous. Mais ce passage à vide appartient au passé, comme en témoigne la dynamique de croissance depuis la fin de l'année 2013, effet rattrapage oblige. Mieux encore, l'indice espagnol supreforme tous ses pairs européens dont le CAC 40 qui fait pâle figure en n'affichant qu'un " modeste " 10%.

    Parmi les valeurs phares de l'indice espagnol, on retrouve Inditex. Derrière cette société, se cache la maison mère de la marque Zara. Inditex de son vrai nom Industria de Diseno Texil est une véritable machine de guerre de par son chiffre d'affaires et ses bénéfices et culmine à la plus haute marche des capitalisations espagnoles à 127 millions d'euros. En cinq ans, sa valeur en effet a été multipliée par trois !

    Parmi les autres sociétés espagnoles présentes dans ce classement, on retrouve Banco Santander qui n'est tout autre que la deuxième capitalisation de la Bourse de Madrid et la première banque de la zone euro par sa capitalisation. La banque et assurance est le secteur le plus représenté avec pas moins de 7 établissements présents dans l'Ibex35 avec Banco Bilbao Vizcaya Argentaria, Caixabank, Bankia banque qui a causé quelques inquiétudes en 2012, Banco de Sabadell, l'assureur Mapfre, Banco Popular Espanol et Bankinter par ordre de capitalisation.

    Pour compléter ce podium, Telefónica, la multinationale de télécommunications qui fait également figure de valeur star de la cote espagnole avec une capitalisation frôlant les 60 millions d'euros. Cette société qui relie la parole des Hommes entre eux est présente en Europe et en Amérique du Sud, et compte 44 millions de lignes fixes dont 19 millions en Espagne. On peut également citer le secteur de l'énergie qui n'est pas en reste avec Repsol, figure de proue espagnol de ce secteur dont le nom est issu meilleures marques de lubrifiants disponibles en Espagne depuis les années 1960 ou Gas Natural.
    Pour vous rendre en Espagne, vous allez soit voler sur les lignes International Consolidated Airlines Group, société issue de la fusion de British Airways et l'espagnole Iberia ou traverser la péninsule par les autoroutes probablement exploitées par Albertis, l'équivalent de notre Vinci qui fait actuellement l'objet d'une offre non sollicité de son homologue italien Atlantia. Avec toutes ces idées dans vos valises, il n'y a plus qu'à vous souhaiter ¡Buen viaje!

    Convaincus par les charmes de l'Espagne ? Vous avez l'embarras du choix pour mettre ce pays dans votre portefeuille. Retrouvez notre sélection ici


    Chiffres importants :
    -28e pays en termes de population
    - Croissance du PIB de 3,2% en 2016
    - 4 langues co-officielles

    A découvrir également

    • Impôts : les meilleures solutions pour défiscaliser avant la fin de l’année
      20/12/2021
    • 3 bonnes raisons d’investir dans M Rendement 6
      4/10/2021
    • Impôts : taux maximum de 25 % pour les FCPI/FIP 2021
      14/05/2021
    • Impôts : le FIP Corse Kallisté Capital n°13 (Vatel Capital) est ouvert
      23/04/2021

    Archives

    Etre rappelé par un conseiller
    Nous envoyer un message
    Parlons Placement
    Nos placements
    PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
    Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
    SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
    DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt