mardi16mai

Les saoudiens et les russes se sont donc mis d'accord. Ils vont prolonger la réduction de la production de pétrole jusqu'en mars 2018. Le pétrole a bondi de 3%. Et les valeurs pétrolières ont suivi sur toutes les places financières.

>

Plus de suspense pour la réunion de l'opep

Du fait de cet accord bien-sûr mais également parce qu'il n'y a plus de suspense pour la prochaine réunion de l'Opep à la fin du mois : l'Opep n'aura probablement pas le choix non plus et va prolonger son accord sur les quotas. Un accord qui est respecté, ce qui, rappelons-le, est extrêmement rare.

Le baril à moitié vide

Et on se retrouve avec un brut qui se rapproche à nouveau des 50 dollars. Et c'est quand même un peu étonnant. On peut voir cela de deux façons. Le baril à moitié plein, ou le baril à moitié vide. Oui, le pétrole a rebondi et retrouve presque les 50 dollars. Ou au contraire le pétrole qui malgré tout cela n'arrive toujours pas à rebondir au-delà des 50 dollars. Pour l'instant. Et c'est plutôt ça qui me frappe. Voilà plus d'un an maintenant que l'Arabie Saoudite est partie en croisade pour faire remonter les cours du pétrole. Avec succès au début. Mais depuis quelques mois, les cours s'étiolent malgré les accords, les déclarations, la pression que met l'Arabie Saoudite sur l'OPEP et les autres partenaires. Pour moi le baril est à moitié vide. D'ailleurs hier, dans le communiqué de l'accord, l'Arabie Saoudite et la Russie se sont contentés de parler de stabilisation du marché pas de hausse.

La face du monde a un peu changé

Les pressions à la baisse des cours restent donc toujours fortes. Très fortes. Toujours des stocks pléthoriques. Et surtout toujours cette industrie américaine du schiste qui a structurellement modifié les équilibres du marché du pétrole. Structurellement et durablement. Et plus les mois passent et plus le seuil de rentabilité de cette industrie baisse et permet aux nouveaux producteurs d'inonder le marché. On ne le répètera jamais assez : la face du pétrole et de fait un peu la face du monde a changé et l'Arabie Saoudite n'a plus toutes les cartes en mains. Le seul espoir qu'on ait maintenant un baril à moitié plein, durablement au-dessus des 50 dollars, c'est une accélération de la croissance mondiale et en particulier de la croissance chinoise. On le saura dans les mois qui viennent.

Que doit-on dire d'édouard philippe?

Si on est fan de Macron, que c'est un coup de maître et la preuve de la volonté de refonder le paysage politique français, si on est adhérent aux Républicains que c'est une trahison, si on est secrétaire d'un parti socialiste qui n'existe presque plus, que c'est encore un énarque, si on est frontiste que c'est la preuve de l'existence du système UMPS, si on est Mélenchoniste que c'est de la vieille politique et un scandaaaale (à prononcer à la George Marchais), si on est petit qu'il est trop grand (1m94), si on est Normand qu'il est Normand et si on pratique la boxe que c'est bien d'avoir un premier ministre qui pratique la boxe.

La nouvelle de la semaine

Trump va enfin sortir des États-Unis. Il n'a toujours pas, depuis son élection, mis les pieds en dehors des États-Unis. Il a déjà du mal à quitter New-York pour Washington... Il va s'envoler mercredi pour Riyad, Jérusalem et Rome, tout un symbole religieux entre autres, puis Bruxelles et Taormina où se tiendra un G7 le 26 Mai. On attend avec impatience la rencontre Trump-Macron, un choc de générations et de cultures. On attend aussi avec impatience ses tweets et ses déclarations.

La hausse des indices boursiers

continue avec quelques nouveaux records. L'ambiance reste à l'optimisme, voire à l'euphorie avec un CAC au-dessus des 5400 points, un S&P 500 au-dessus des 2400, un Nasdaq proche de son record et même un Nikkei qui se rapproche des 20,000. La volatilité, l'indice de peur des marchés, s'est, elle, stabilisée mais à un niveau extrêmement bas. Pour l'instant, tout va bien donc...

Euro is back?

Comme prévu, et annoncé ici même hier matin, la rencontre entre Merkel et Macron s'est particulièrement bien passée. Et Merkel, comme prévu, s'est dite prête à lancer des initiatives, voire à modifier les traités, pour renforcer le bloc européen sur la base d'un axe fort franco-allemand. Elle a parlé d'un moment historique pour l'Europe et de la nécessité de "strengthening and fortification of Europe". Bigre, quel enthousiasme! Cela a donné un petit coup de pouce à l'euro qui a retrouvé les niveaux de 1.10.

La bonne nouvelle du jour

Les Échos nous annoncent que selon COE Rexecode, la trésorerie des entreprises est au plus haut depuis 2005 du fait de la baisse du coût des matières premières et de la réduction des délais de paiement. Encore un élément positif pour Lucky Mac, Macron le chanceux.

Le chiffre du jour

1376 euros.C'est la retraite brute mensuelle moyenne que touchent les 16 millions de retraités.

Quelles sont les mesures prévues par macron pour votre épargne ?

MonFinancier résume dans cet article les projets qui pourront avoir un impact sur votre patrimoine.

On s'en fout?

La Grèce est encore en récession avec un recul de 0.1% de la croissance au premier trimestre; Le groupe Barrière se lance dans l'e-sport; Montebourg sort de son silence jeudi, quel suspense; C'est l'été aujourd'hui et demain, je vais aller me baigner; Julie Gayet sera au théâtre en septembre; Stéphane Bern pense que son ami Macron, c'est Henri IV.

VOILA C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

A découvrir également

  • Image actualite 1
    Le dispositif Pinel vit ses derniers jours avant l’application de nouvelles règles
    22/11/2022
  • Image actualite 2
    Réduction ou déduction, comment réduire ses impôts ?
    17/11/2022
  • Image actualite 3
    Ce que valent les livrets bancaires solidaires
    15/11/2022
  • Image actualite 4
    Avez-vous pensé à toutes les solutions pour payer moins d'impôts l'année prochaine ?
    15/11/2022

Archives

Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt