jeudi09mars

Jusqu'à présent la Grande Bretagne a vaillamment résisté au Brexit. À quelques jours du déclenchement du processus de sortie officielle de l'Union Européenne, tout semble aller bien. Seul signe, précurseur peut être, des difficultés à venir, la chute de la livre. Et quelle chute. Nouveau record de baisse. Du jamais vu depuis plus de 30 ans.

>

La livre et le budget

La livre britannique continue donc à chuter. Rappelons qu'elle avait atteint son plus bas historique le 1er mars 1985. 1.05 dollar. Nous n'y sommes pas encore. Nous sommes légèrement au-dessus de 1.21. Mais c'est tout de même une baisse de 20% depuis le référendum. Philip Hammond, le chancelier de l'Échiquier, a présenté son budget de printemps. Il s'est d'abord félicité du fait que l'économie britannique se portait bien. Je le cite, "nous avons eu une croissance supérieure aux États-Unis, supérieure au Japon, et supérieure à la France". Bon, dépasser la France, il n'y a pas de quoi pavoiser. Mais il sait que c'est maintenant que les choses se corsent. Les objectifs de croissance ont été relevés pour 2017. De 1.4% à 2%.

Résister

Et c'est donc en 2018 et 2019 qu'Hammond craint un fort ralentissement de l'économie du fait du Brexit. Un ralentissement que le gouvernement va tout faire pour amortir ou éviter. Pour Hammond c'est simple, il suffira de faire de la Grande-Bretagne " the best place to do business ". Le meilleur endroit pour faire des affaires. Les signaux que nous donnent les marchés britanniques sont étonnants car très contradictoires. La Bourse britannique est proche de son record historique. Elle est, elle, focalisée sur la consommation et la confiance des ménages qui fait plus que résister aux craintes liées au Brexit. Les taux d'intérêt anglais, à 1.20% seulement à 10 ans, et la livre sterling, eux, ont déjà anticipé le ralentissement de l'économie. Pour l'instant la Grande-Bretagne a défié tous les pronostics. À partir de fin mars, les choses sérieuses commencent.

Quel gâchis

comme dirait Alain Juppé : Les Républicains et le PSG.

Quel gâchis. suite

Nouveau record pour notre déficit commercial en janvier. 7.9 milliards d'euros. Après une année dramatique en 2016. 48 milliards d'euros. Mais à ce rythme, nous allons faire nettement pire en 2017. Quand on a une telle détérioration, mois après mois, année après année, on ne peut plus chercher des excuses conjoncturelles. Non. Le problème est structurel. La France n'est pas compétitive. Malgré la baisse de l'euro. Pendant ce temps, l'Allemagne engrange chaque mois des surplus commerciaux de plus en plus élevés.

À la soupe !

L'UDI l'avait annoncé. Haut et ferme. Pas question de soutenir François Fillon. Il devait se retirer. Dans le cas contraire, l'UDI prendrait son indépendance. Finalement, tout est oublié. Et le fait que les Républicains aient accordé 96 circonscriptions aux centristes pour les législatives n'est qu'un pur hasard. Beurk.

Ça marche ?

La technique Trump semble fonctionner. Il a déployé des armes anti-missiles en Corée du Sud après le énième lancement de missiles par le dingue de Corée du Nord. La Chine hurle à l'agression mais en coulisses elle propose un deal aux américains: l'arrêt des tirs de missiles en Corée du Nord contre le retrait des armes anti-missiles en Corée du Sud. Intéressant. À suivre.

Le ttso de la semaine: "il n'y a pourtant pas de quoi s'exciter"

L'OCDE publie ses prévisions économiques pour 2017-2018. Avec 3,3% de croissance anticipée pour 2017, l'économie mondiale sera encore significativement en dessous des 4% de croissance moyenne observés sur les 20 dernières années. Comme d'habitude, la Zone Euro apparaît plus poussive encore : 1,6% de croissance attendu en 2017 avec 1,4% en France et 1,8% en Allemagne. Pas de quoi effrayer (même) Jens Weidmann.Ce que demande l'OCDE : des réformes en France et une politique de dépenses publiques plus généreuse en Allemagne afin de permettre de relancer l'économie européenne. Comme d'habitude.

Chacun y va de son scénario noir

C'est le nouveau jeu des dîners en ville. Se faire peur avec la victoire de Marine Le Pen. Et chacun y va de sa description des conséquences de la sortie de la zone euro de la France, du Frexit. Ce matin, c'est le Figaro. Au programme : fuite massive des capitaux, effondrement des banques, risques massifs pour l'épargne des Français. Et un coup fatal pour la zone euro. Rassurant tout ça.

Bolloré grimpe dans vivendi

L'AMF a annoncé que le groupe Bolloré détient désormais 26.37% des droits de vote et va monter à 30% avant l'assemblée générale du 25 avril. Les rumeurs de rapprochement avec Havas ont été relancées. Nous avons recommandé aux abonnés MF privé de jouer la hausse de Vivendi avec le turbo call 5F26Z, qui a été conseillé après les derniers résultats à un cours de 16,29 euros. Vivendi vaut 17 euros en ce moment mais il y a encore du potentiel.

On s'en fout?

Le parquet de Paris demande un procès pour Tapie et Stéphane Richard dans le dossier de l'arbitrage sur le Crédit Lyonnais, aux juges de décider maintenant; Pékin est la capitale mondiale des milliardaires, devant New York, avec 96 milliardaires contre 86 seulement pour la Big Apple; sur les dix premières villes, 5 sont en Chine; Bernard Arnault va ouvrir un nouveau musée près du Jardin d'acclimatation et de sa Fondation, à la place de l'ancien Musée des Arts et Traditions Populaires, 158 millions de budget; Delanoé a basculé vers Macron et Royal et le Foll devraient suivre; Bataille rangée dans un lycée de Saint Denis : tir de mortier, bataille rangée contre les policiers et 8 "mineurs" présentés au juge pour "enfants"; Johnny a annoncé qu'il avait un cancer du poumon.

VOILA C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos