mardi28mars

On assiste à un rattrapage des marchés européens sur les marchés américains.Après l'élection de Trump les investisseurs ont joué massivement les actions américaines. Puis ils ont misé sur le reflation trade, la fin des craintes de déflation, et le retour d'une inflation, une bonne inflation, celle qui tourne autour de 2%, ce qui a profité notamment massivement aux actions bancaires.

>

Le trade à la mode

Depuis quelques semaines, le trade à la mode, c'est le spread Europe-États-Unis, c'est-à-dire l'achat des actions européennes contre la vente des actions américaines. Rappelons qu'en 2016, les indices américains ont surperformé les actions européennes, comme ça a été le cas 7 fois sur les 10 dernières années.

Pourquoi ce pari ?

Pourquoi ce nouveau pari ?L'économie européenne va mieux. Tous les pays de l'Union Européenne, sans exception, ont pour la première fois depuis longtemps un taux de croissance et un taux d'inflation positifs. Et les entreprises en profitent largement avec une progression significative des bénéfices. De l'autre côté, on a l'impression, renforcée par les revers subis depuis son élection par Trump, que les indices américains proches de leurs records historiques ont moins de souffle et que la hausse des taux de la Banque centrale américaine finira par peser sur les marchés américains.

Et le risque politique en europe ?

On a senti un premier soulagement après les élections aux Pays-Bas. Il reste bien sûr l'inquiétude sur les élections françaises. Là encore, comme le montre le taux français à 10 ans qui est passé en dessous des 1%, il y a un peu moins de pessimisme. Quant à l'Allemagne, que ce soit Merkel ou Schulz, les investisseurs parient sur le fait que le prochain gouvernement devra continuer à relancer la consommation et les investissements. Une fois les élections françaises passées, c'est l'Italie qui concentrera probablement les inquiétudes. Mais pour l'instant, les marchés croient au rattrapage des marchés européens sur les marchés américains. Même si ça ne dure pas, c'est assez rare pour être souligné.

Plus que quelques jours à tenir

Cette campagne électorale sordide va bientôt se terminer. Et, sauf scénario catastrophe de victoire de Marine Le Pen, c'est une bonne nouvelle. Chaque jour apporte son lot de révélations ou de déclarations, souvent écoeurantes. Aujourd'hui, Pénélope Fillon va passer sa journée chez les juges. Hier on a appris que Macron avait bien dépensé tout ce qu'il avait gagné et qu'il n'avait rien planqué. Quant à Marine Le Pen, elle a expliqué que sa nièce Marion Maréchal n'aurait pas de place dans son gouvernement car elle est trop "inexpérimentée". By the way, Marine Le Pen a droit à une grande photo couleurs en première page du Wall Street Journal avec ce titre "Le Pen seeks mainstream". Bonne ambiance toujours.

Juste pour vous, demandez le programme

Si vous voulez connaître les programmes des principaux candidats en matière d'épargne, nous vous avons préparé un tableau des mesures prônées par les candidats à la présidentielle. Voir l'infographie sur le programme des principaux candidats en matière d'épargne

L'audit de la france

Les Échos consacrent un supplément à un bilan du quinquennat. Et deux mots reviennent à chaque page. Échec tout d'abord. Et records. Mais malheureusement pas les bons records. Record de chômage, record de déficits (commercial entre autres). Record de dettes. Et records d'impôts et de taxations. 67% des Français pensent que la situation du pays s'est dégradée depuis 2012 et 58% pensent que leur propre situation s'est dégradée. Il suffirait pourtant de quelques vraies réformes pour que la France sorte de la crise.

Tout pour l'aramco

L'introduction en Bourse de la compagnie pétrolière nationale est vraiment devenue la priorité de l'Arabie Saoudite. Le royaume met tout d'abord toutes ses forces dans la balance pour empêcher la baisse du pétrole. Il a annoncé hier qu'il allait baisser drastiquement le taux d'impôt sur les sociétés "du secteur pétrolier" de 85% à 50%. Un vrai bonus pour les futurs investisseurs.

La bonne affaire de l'état

Une fois n'est pas coutume. L'État a gagné de l'argent en Bourse. L'État avait participé il y a trois ans au sauvetage de Peugeot en injectant 800 millions d'euros dans le capital. Il vient de revendre sa participation à BPI France à 1.92 milliard d'euros, soit une plus-value de 1.12 milliard d'euros (vous aviez fait le calcul...). Seul bémol, BPI France c'est toujours l'État. Mais c'est quand même un beau coup de Bourse.

Le problème de l'isf ?

Les fondations d'intérêt public sont fébriles. En cas de suppression de l'ISF, prônée par Fillon et partiellement par Macron qui le remplacera par un impôt sur le patrimoine immobilier, les dons subiraient une chute substantielle. Certains donateurs, selon le Figaro, retarderaient déjà leurs dons en attendant les élections. En oubliant que l'ISF sera maintenu dans tous les cas pour 2017... Demandez à être informé(e) en priorité du lancement de l'offre FCPI et FIP pour réduire l'ISF en 2017

Les français de moins en moins actionnaires ?

Selon l'Association Nationale des Sociétés par actions, le nombre d'actionnaires individuels en France est passé de 7.4 millions en 2000 à 3.3 millions. Cependant, il s'agit d'actionnaires en direct. La tendance se renverse depuis quelques mois avec la progression des investissements en unités de compte au sein des contrats d'assurance-vie.

On s'en fout ?

Le traiteur Potel et Chabot a été racheté par Edmond de Rothschild et Accor; Les femmes ronflent moins que les hommes car les tissus situés au fond de la gorge chez les femmes sont moins mous du fait des hormones...jusqu'à la ménopause seulement; La patronne des agriculteurs est une femme : Christine Lambert a été élue à la tête de la FNSEA; les Françaises deviennent mères en moyenne à 28.5 ans selon l'INSEE (24 ans en 1974); Le gouvernement va faire quelques cadeaux pour éteindre l'incendie en Guyane, c'est gratuit, c'est l'État qui paie.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos