mercredi01mars

Décidément Trump n'est jamais là où on l'attend. Cela fait plusieurs jours que les marchés font du sur place. Comme à leur habitude ils attendaient. Mais cette fois ci, ils n'attendaient pas les chiffres du chômage, ou la FED ou encore Mario Draghi. Non. Ils attendaient Trump devant le Congrès. Un Trump qui, devait, selon les observateurs avisés donner pour la première fois des indications précises.

>

Et trump n'a rien dit

Les marchés attendaient avec fébrilité le programme sur les deux seuls sujets qui les intéressent : l'ampleur des baisses d'impôts pour les sociétés et la mise en oeuvre des 1 000 milliards de dollars de déploiement de la relance dans les infrastructures.Et on a eu peu d'éléments sur le sujet.On attendait un Trump clivant, agressif, chef de guerre économique. On a eu un Trump rassembleur, calme, s'en tenant à son texte, et surfant sur ses grands principes habituels : la grandeur de l'Amérique et le renouveau de l'esprit américain en jouant sur l'émotion.

Le rêve pour les investisseurs

Mais rien à se mettre sous la dent pour les marchés. Il va falloir encore attendre quelques jours ou quelques semaines pour avoir des chiffres qui viendront compléter le premier chiffre concret qu'on ait eu cette semaine, la hausse de 10 % du budget de la défense. Et pourtant on observe une hausse du dollar ce matin et une hausse des bourses asiatiques. Ce n'est pas étonnant. Le rêve pour les investisseurs c'est un Trump plus calme, qui ne déclenche pas de guerre commerciale, et qui se concentre uniquement sur la baisse des impôts et la dérégulation des banques. Un Trump qui aboie sur Twitter mais qui ne mord pas. Et comme vous le savez, les marchés passent d'une attente à une autre. Ils ont déjà oublié ce discours et sont maintenant concentrés sur la future hausse des taux de la FED en se demandant si elle aura lieu dès la prochaine réunion de la Banque Centrale Américaine dans quelques jours.

Le pari

80 % : c'est la probabilité aujourd'hui dans le marché d'une hausse des taux lors de la prochaine réunion de la FED les 15 et 16 mars. Une hausse de 25 points de base au minimum. Mais certains prédisent même une hausse de 50 points de base. On devrait avoir une indication supplémentaire sur le timing de la hausse lors d'un discours de Janet Yellen vendredi.

Le chiffre du jour

60 millions de dollars. Les droits des mémoires, séparées, de Barack et de Michelle Obama font l'objet d'enchères et le montant dépasse déjà les 60 millions de dollars. Bill Clinton avait touché 15 millions de dollars, Bush 10 millions de dollars...

L'année des banques et des banquiers

Ce sera l'année de la consécration pour les banques et les banquiers. Aux États-Unis d'abord. Avec les perspectives de dérégulation et avec l'omniprésence de banquiers au sein de l'administration Trump, les valorisations des banques américaines ont explosé et reflètent leur hégémonie mondiale. Mais en France, tout va bien aussi. Les Echos observent que le bénéfice des 6 premières banques françaises atteint un record de 23.5 milliards d'euros. Et un ex-banquier est en tête des sondages pour la présidentielle. It' good to be a banker again.

L'année de la défense aussi

Ce qui marche bien en France aussi, c'est l'armement. Comme le souligne le Figaro, après un point bas en 2012, le volume des affaires gagnées à l'étranger a quintuplé. 2016 est une nouvelle année record pour les exportations et la France est le deuxième exportateur mondial derrière les États-Unis. On va pouvoir faire peur à Donald Trump.

L'arroseur arrosé

Cela doit faire tout drôle à Benoît Hamon. Le voilà à la tête du PS avec en face de lui...des frondeurs. Des frondeurs qui refusent le deal avec les écologistes. Des frondeurs qui préparent probablement leur ralliement à Macron. Hamon, le frondeur frondé.

Bon mois de mars

Mars sera un mois intéressant avec la réunion de la BCE le 9, les chiffres de l'emploi américain le 10, les élections aux Pays Bas le 15, la réunion de la FED les 15 et 16 et le déclenchement de l'article 50 le 31...

L'autre effet trump

Les ventes de voitures de luxe ont explosé aux États-Unis depuis l'élection de Trump. 48% de hausse pour Maserati, 42% pour Rolls Royce, 28% pour Ferrari, 11% pour Porsche et 11% pour Bentley. Trump a su redonner confiance aux américains...riches.

On s'en fout ?

Marine Le Pen a été accueillie chaleureusement au Salon de l'Agriculture par des paysans qui pour au moins un tiers d'entre eux vont voter pour elle; Le secteur de l'habillement va mal, après Vivarte, c'est Tati qui souffre et que son propriétaire, Eram, veut vendre ou plutôt donner avec un chèque; on cherche toujours les Troadec; un sniper de la gendarmerie qui devait protéger le président a tiré par erreur et blessé deux personnes, sacré Hollande; je l'avoue, je n'ai jamais vu Trainspotting, à l'occasion de la sortie du 2, je vais rattraper mon retard; comme tous les jours le Figaro explique en une que Fillon veut "relancer" sa campagne....c'est pas gagné; Starbucks va vendre pour la première fois du café aux Italiens, il installe son premier "premium coffee bar" à Milan.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos