lundi13novembre

Trump achève son tour d'Asie aux Philippines et on peut dresser un premier bilan de ce voyage dans cette zone géographique essentielle. Un tour d'Asie déjà étonnant par sa longueur. 12 jours. Une première pour un Président américain depuis 25 ans.

>

Le repli des états-unis en asie

Étonnant également par la volonté de Trump d'apparaître comme le grand ami des pays qu'il a visités et pourtant certains de ces pays comme le Japon et surtout la Chine ont été ses cibles violentes de sa campagne électorale. Étonnant surtout parce qu'il a montré une image totalement différente des États-Unis par rapport à ses prédécesseurs. L'image d'un pays qui n'a pas la volonté de jouer un vrai rôle politique dans la zone, ni un rôle de leader ni même un rôle international.Même sur la Corée du Nord. À part un tweet pour dire que le leader nord-coréen était short and fat, petit et gros, on n'a pas eu de nouvelles déclarations belliqueuses mais plutôt un appel à la négociation.

America first

Trump pendant ce voyage dit et répète que son seul sujet d'intérêt, sa seule obsession, ce sont les États-Unis. America First. Et America First seulement. L'Asie ne l'intéresse pas d'un point de vue géopolitique. Le seul sujet qui l'intéresse par rapport à l'Asie, c'est le commerce extérieur, le déficit du commerce extérieur par rapport à la zone et les moyens qu'ils pourraient utiliser pour rééquilibrer les échanges en faveur des États-Unis.Avec des discours ouvertement protectionnistes. Ce qui frappe surtout dans ce voyage c'est à quel point les États-Unis et la Chine ont échangé leurs rôles, les États-Unis ne veulent plus être le leader politique du monde et ne veulent plus du libre-échange et la Chine, elle, veut jouer un rôle international majeur et défend le libre-échange. Une étonnante inversion des rôles.

Facturation bancaire

Les banques traditionnelles cherchent à réagir face à la concurrence des nouveaux entrants comme Orange Bank et des néo-banques. Selon les Échos, elles vont adapter leurs tarifs en pénalisant les clients les moins fidèles et en misant sur une facturation à la carte pour leur clientèle. Pas facile de maintenir ses marges tout en luttant contre une concurrence agressive sur les coûts.

Le chiffre du jour

25 milliards de dollars. C'est le chiffre d'affaires pour la seule journée de samedi d'Alibaba pour la journée des célibataires, grande journée de promotion commerciale. 25 milliards de dollars...

Amusant

Les indices boursiers ont, un peu, baissé en fin de semaine. Même aux États-Unis. Un peu, un tout petit peu. Mais on est tellement habitué à une hausse ininterrompue et à des records quasi-quotidiens que certains ont commenté cette mini-baisse comme s'il s'agissait d'un krach...

Du côté des marchés

4ème séance de baisse consécutive pour Tokyo. Le Nikkei a clôturé en baisse de 1.32% alors que les investisseurs s'interrogent toujours sur le calendrier de la réforme fiscale aux Etats-Unis qui pourrait prendre plus de temps que prévu. Pourtant vendredi, Wall Street avait fini quasi stable et le Dow Jones ne perd "que" 0.5% sur la semaine. Le CAC ouvre en très légère hausse ce matin tandis que l'euro est stable à 1.1640 et que le pétrole baisse légèrement : le brent perd 0.33% à 63.40 dollars.

La date du jour

Nous sommes le 13 novembre. Un pensée pour les victimes des attentats. Et pour leurs familles.

La situation libanaise

On ne connaît toujours pas le sort exact de Saad Hariri, le premier Ministre Libanais, poussé à la démission alors qu'il était à Ryadh pour protester contre l'influence du Hezbollah au Liban. On ne sait pas s'il est en résidence surveillée mais ce qu'on sait, c'est qu'il n'est pas libre de ses mouvements même s'il a affirmé dans une allocution télévisée qu'il l'était...Une situation pour le moins étonnante.

Le pavé dans la mare du jour

Alain Juppé a proposé une grande alliance, "un grand mouvement central", avec Emmanuel Macron pour les élections européennes. C'est pas gagné la reconstruction de la droite...

À revoir en replay

L'émission était exceptionnelle avec nos Jedis de l'économie et de la finance : Emmanuel Lechypre, Benaouda Abdeddaim, Christopher Dembik de Saxo Banque, Alain Pitous de Talence Gestion, Christian Bito de CBT Gestion et bien sûr Laure Closier. On a rejoué la semaine et on vous a donné quelques conseils. De l'éco, de la finance et du fun.Vous souhaitez voir le replay ? C'est ici

On s'en fout ?

Bougez!, c'est le message de l'Assurance Maladie pour une campagne contre le mal de dos; Theresa May est en perdition avec les démissions de ses ministres et les avis divergents dans son camp sur le Brexit; Autolib va mal du fait du vandalisme et de la baisse du nombre d'abonnés; J'ai commencé la série sur Canal, "The Night of", démarrage très prometteur; Les partis allemands qui négocient une coalition gouvernementale se sont fixés une deadline: jeudi; Les 2 chaînes parlementaires Public Sénat et LCP-AN vont, enfin, fusionner, un peu de notre argent économisé.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos