mardi03octobre

Cela devient presque quotidien. Nous assistons sur les marchés et en particulier sur les marchés américains à un comeback de ce qu'on a appelé les Trump Trades. Avec une force aussi impressionnante qu'après l'élection de Donald Trump.

>

L'effet baisse des impôts

Le raisonnement aujourd'hui des investisseurs est le même qu'à l'époque : le programme économique de Trump va booster l'économie américaine et booster les profits des entreprises américaines et il faut donc mettre en place tous les trades qui permettront de profiter de cette nouvelle embellie.La différence c'est qu'on a aujourd'hui des éléments tangibles.Après les élections, les investisseurs rêvaient d'une baisse des impôts spectaculaire et d'un programme de relance par les investissements dans les infrastructures.

du rêve à la réalité

Depuis une semaine environ, ils ont une certitude. L'administration Trump et les Républicains vont parvenir à un accord pour appliquer une baisse d'impôts dont les contours ont été précisés avec notamment la baisse de l'impôt sur les sociétés de 35% à 20% et des baisses d'impôts pour les particuliers. Il reste certes des sujets d'affrontement comme, et ce n'est pas un détail, la façon dont cette baisse d'impôts va être financée, et on parle de montants colossaux à trouver ou encore la taxation des hauts revenus qui divisent les Républicains qui ne veulent pas donner l'impression de faire une réforme fiscale uniquement pour les riches. Mais on sent depuis quelques jours que les lignes bougent et que le projet de réforme fiscale devient réalité.

qu'est ce que les trump trades ?

Et les Trump trades ça consiste en quoi ?Acheter massivement les actions des entreprises américaines qui profiteront largement des baisses d'impôts, acheter les valeurs bancaires, jouer la hausse des taux d'intérêt car qui dit accélération de la croissance dit probable accélération de l'inflation et donc probable hausse des taux, acheter le dollar, qui, ça tombe bien, sort d'un long cycle de baisse et était tout prêt à rebondir. Voilà pour les marchés américains. Évidemment la plupart des autres marchés boursiers internationaux suivent. L'annonce des contours de la réforme fiscale a été un déclic pour les marchés. Reste à savoir à quel point cette réforme est déjà dans les cours.

l'horreur à las vegas

No comment.

une promesse couteuse

Selon les Echos, l'extension de l'assurance chômage à tous les actifs, y compris les salariés qui démissionnent, coûterait une petite fortune estimée entre 8 et 14 milliards rien que pour la première année. Le gouvernement planche donc sur des restrictions en terme de règles d'indemnisation pour alléger la facture. Mais pas sûr que cela suffise. Pas simple de tenir ses promesses.

le jour d'après

La situation est totalement bloquée en Espagne. D'un côté le gouvernement catalan prêt à déclarer son indépendance, de l'autre Madrid prêt à mettre la Catalogne "sous tutelle". Deux solutions radicales qui ne feraient pas avancer la situation. La Catalogne a demandé à l'Union Européenne de servir de médiateur. Une Europe qui ne sait d'ailleurs toujours pas comment réagir. Une situation inextricable et explosive.

du côté des marchés

Triple record à Wall Street, la cote américaine reste toujours soutenue par le projet de réforme fiscale promis par Donald Trump. Les investisseurs espèrent que ce programme fiscal soit adopté avant la fin de l'année ou bien dans les premiers mois de 2018 au plus tard. Le S&P 500 a clôturé à un nouveau niveau record à 2.529 points tout comme le Nasdaq Composite à 6.517 points. Idem pour le Dow Jones qui termine en hausse de 0,68% à 22.557 points. L'euro est passé sous les 1,17 dollar ce matin avant de revenir à 1,172 dollar. La monnaie unique reste sous pression en réaction aux tensions entre Madrid et Barcelone mais aussi en raison de la fermeté du billet vert sur fond d'anticipations d'un nouveau tour de vis monétaire. Du côté du pétrole, le rouge reste tendance dans le sillage de l'annonce d'une petite hausse de la production des pays de l'Opep mais aussi de l'augmentation du nombre de puits en exploitation aux Etats-Unis. Le Brent revient sur les 56 dollars après avoir frôlé les 60 dollars la semaine dernière et le WTI à 50,54 dollars.

le comeback des socialistes

...Pas en France...Non. On en est loin. Très loin. Il s'agit du Portugal où le Parti Socialiste a remporté une écrasante victoire aux élections municipales avec plus de 38% des voix. Un plébiscite pour le premier ministre Antonio Costa en poste depuis deux ans et qui a promis de tourner la page de l'austérité en s'appuyant sur le rebond économique du Portugal.

le retour du jour

Macron revient aujourd'hui à Whirlpool à Amiens, là où il avait "croisé" Marine Le Pen en début de campagne présidentielle. Il devrait livrer les grands axes de sa politique industrielle.

on s'en fout ?

LREM devrait nommer son numéro un lors de sa "convention" (très américain toujours...) de mi-novembre, Obama a-t-il été contacté pour le job ?; Les audiences de septembre on été publiées, remontée significative pour France 2, carton plein pour BFM TV et baisse de M6 alors que TF1 reste stable; Le score des chaînes infos BFM 2.7%, LCI 0.6% et Cnews 0.5%; De plus en plus de Français vont en Belgique pour abréger leurs souffrances de fin de vie (Aujourd'hui); La dette publique française a dépassé les 2.230 milliards d'euros.

A découvrir également

  • Le comportement des Français vis-à-vis de leur épargne pour lutter contre l’inflation
    23/06/2022
  • Réduction d'impôt : n'est-ce pas le moment d'investir en FCPI ?
    20/06/2022
  • Le crowdfunding dit adieu à Babyloan, une plateforme française historique
    17/06/2022
  • Épargne : les taux des livrets bancaires au plus bas
    15/06/2022

Archives