jeudi07septembre

Déplacement pendant deux jours d'Emmanuel Macron avec des patrons français en Grèce. La Grèce. Ah la Grèce!Un sujet qu'on a fini par oublier totalement alors qu'il nous a occupé et préoccupé tous les jours pendant plusieurs années. Cela fait déjà plus de 7 ans, 2010, que la Grèce a failli provoquer l'explosion de la zone euro et l'explosion de l'euro.

>

La crise grecque

On avait même pensé à l'expulser de la zone euro, les Allemands y avaient pensé très fort. Mais finalement l'Europe a décidé de sauver la Grèce. Avec plus de 300 milliards d'euros d'aides financières qu'on aura peu de chance de récupérer et avec surtout une intervention massive de la Banque centrale européenne sur les taux d'intérêt qui a d'ailleurs profité à tous les pays faibles de la zone euro.

Où en est la grèce aujourd'hui?

Elle va mieux. C'est indéniable. Pas étonnant tout de même avec tout l'argent qui a été injecté. La croissance est redevenue positive avec 0.3% certes seulement en 2016 mais des prévisions pour 2017 supérieures à 1.5%. Le chômage s'est replié mais reste à des niveaux extrêmement élevés. La dette reste abyssale, tant en valeur absolue qu'en % du PIB. La bonne nouvelle c'est que la Grèce a pu revenir emprunter de l'argent sur les marchés pour la première fois depuis la crise. Un peu. À très court terme. À trois ans seulement. Mais c'était tout un symbole tout de même. Et le plus étonnant c'est qu'il y a eu des investisseurs pour prêter à un pays qui vit toujours sous perfusion de l'aide européenne et qui ne peut rien rembourser.

Une page se tourne

On parle toujours d'annulation d'une partie de la dette ? Le temps de la campagne électorale allemande, on a choisi d'occulter le sujet. Mais il va revenir sur la table dès la fin de l'année et ce sera sûrement un des grands thèmes de 2018. Le FMI l'exige. Les électeurs allemands sont contre mais une fois les élections passées ils ne pourront plus s'exprimer sur le sujet. Et de toute façon, il n'y a pas d'autres solutions car la Grèce ne pourra jamais s'en sortir si la dette n'est pas annulée en partie. L'autre surprise aussi, quand même, c'est que Tsipras est toujours en place. Il est arrivé pour faire la révolution et combattre l'Europe mais il s'est finalement bien entendu avec ses homologues européens. Et s'est maintenu au pouvoir, ce qui était son objectif principal. La crise grecque qui est devenue la crise de la zone euro semble donc terminée. Et les patrons français veulent à nouveau refaire des affaires dans le pays.

La démission du jour

Stanley Fischer a démissionné. Alors que son mandat ne se terminait qu'en juin 2018. Stanley Fischer est le numéro 2 de la Banque centrale américaine. Cette démission va probablement marquer le début de la reprise en mains de la FED par Trump qui s'oppose depuis son élection à la politique de remontée des taux d'intérêt. Le mandat de Janet Yellen se termine en février 2018. Peu de chance qu'il soit renouvelé compte tenu de ces tensions, des tensions alimentées également par la volonté de dérégulation du président américain.

La cata du jour

On parle même de l'ouragan du siècle. Irma. Un cyclone qui a touché les Antilles de plein fouet et qui pourrait aussi toucher Cuba, Haïti et la Floride. Saint Martin et Saint Barth sont totalement isolées. On parle de rafales de vent qui dépassent les 350 km/h.

Le fossé (encore un) entre l'allemagne et la france

Selon une étude COE-Rexecode, l'écart des prélèvements obligatoires, impôts et taxes, entre la France et l'Allemagne est très élevé. En 2015, 45.9% du PIB en France contre 38.8% en Allemagne. On parle tout de même de 185 milliards d'euros par an!

L'énervement du jour

Les élus locaux sont très très énervés contre le gouvernement. Du fait de la baisse de la taxe d'habitation, des économies qu'on leur impose et de la réduction drastique des emplois aidés.

Du côté des marchés

Ouf de soulagement à Wall Street après l'accord sur le relèvement temporaire du plafond de la dette américaine. Les investisseurs américains ont plutôt salué la nouvelle avec un gain de 0,2% pour le Dow Jones et 0,4% pour le S&P500. Du côté des changes, l'euro reste encore bien orienté à 1,1930 dollar alors que c'est aujourd'hui que la Banque centrale européenne va se prononcer sur ces taux. Surtout, le marché attend avec impatience la conférence de presse de Mario Draghi, celui-ci devrait donner quelques indications sur la réduction du programme de rachats d'actifs.

Le ttso de la semaine

Et vous pensiez que faire passer la Loi Travail ça serait dur...Vous n'avez encore rien vu ! On apprend aujourd'hui que Macron veut s'attaquer aux régimes spéciaux des cheminots et ce dès 2018. Le deal : en échange de l'abandon de ces statuts particuliers, l'État s'engagerait à reprendre la dette de près de 50Mds? de la SNCF (financement des infrastructures). Et cela dans un contexte déjà bien tendu d'ouverture à la concurrence (rendue obligatoire par l'UE dès 2019 pour les TER et 2021 pour les TGV). On n'a encore rien vu. À la SNCF, un agent de conduite peut partir à 52 ans à la retraite à taux plein sur la base de son dernier salaire (57 ans pour un agent "sédentaire"). Comme vous, non ?

On s'en fout ?

Mélenchon et Martinez contre la loi Travail mais ils ne manifesteront pas ensemble (CGT le 12 septembre, FI le 23); La taille 32 reste la norme chez les mannequins malgré le décret contre l'extrême minceur des mannequins, LVMH et Kering ont publié hier un communiqué commun pour lutter contre ces excès; Indochine ressort un album,"13" (le look de Nicola Sirkis...); Sortie aujourd'hui de Millenium 5; 85% des cornichons consommés en France viennent d'Inde (Challenges); Absentéisme record en 2016 : les salariés se sont absentés 16.8 jours pour des arrêts maladie, accidents de travail ou maladies professionnelles (Figaro).

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos