vendredi23février

Les banques américaines sont dans une bonne dynamique. Si vous vouliez gagner de l'argent en 2018, il fallait miser sur les banques américaines. Leur indice est en hausse de près de 6%, contre seulement 1% pour le S&P. Après une année 2017 qui avait également affiché une super performance.

>

La crise des subprimes est bien finie

Pour les banques américaines, la crise des subprimes est belle et bien terminée. Et même oubliée. Elles ont soldé tous les comptes du passé et sont dans une forme éblouissante. Elles bénéficient évidemment de l'environnement économique, la croissance, l'emploi. Même le redressement des taux longs, tant qu'il reste sous contrôle, leur permet de continuer à emprunter à des taux extrêmement bas pour reprêter à des taux de plus en plus élevés.

Le droit de refaire n'importe quoi

Et elles ont en plus une administration qui leur est favorable. Rappelez-vous. Pendant sa campagne électorale, Trump nous avait joué la partition copiée sur " mon ennemi c'est la finance ", il voulait mettre Wall Street à genoux et avait visé en particulier les banques d'affaires comme Goldman Sachs. Un an après, l'administration est remplie d'anciens banquiers, à tous les niveaux, au plus haut niveau même. Et Trump a clairement indiqué un changement de politique vis-à-vis des banques. Moins de réglementation, plus de liberté, beaucoup plus de liberté. La liberté de faire tout et comme c'est souvent le cas pour les banques, la liberté de faire n'importe quoi.

Une réglementation ultra favorable

Et pourtant peu de lois ont été pour l'instant adoptées dans le domaine bancaire. Mais les banques américaines sont déjà contentes qu'à l'heure où, partout dans le monde, par exemple en Europe, les banques sont soumises à plus de réglementations, elles n'ont subi aucune nouvelle loi restrictive. D'autre part, elles attendent un allègement de réglementation majeur avant la fin du mandat de Trump. Mais surtout elles savent que l'administration sera beaucoup plus laxiste avec les contraintes existantes et ne viendra pas les réprimander en cas de non respect de certaines réglementations. Les banques américaines vivent un rêve actuellement qu'elles n'auraient pas pu imaginer après avoir été désignées comme responsables de la plus grave crise financière moderne. Elles bénéficient d'un avantage concurrentiel majeur. La roue a bien tourné.

On vous l'avait dit...

Angela Merkel a fait une déclaration hier devant le Parlement. Avec un thème dont on vous avait dit que ce serait son thème principal pour son 4ème et dernier mandat : L'Europe. Hier, c'était une refonte en profondeur de l'Europe financière qu'elle a évoquée. La course à la réforme de l'Europe entre Merkel et Macron a bien commencé.

Le danger du jour

L'OCDE s'inquiète. De la dette des pays riches. Une dette qui a explosé depuis la crise. 45,000 milliards de dollars contre 25,000 milliards de dollars (on a du mal à imaginer ce que ça représente mais on se rend bien compte que c'est beaucoup, beaucoup plus et beaucoup trop). Et l'OCDE de s'inquiéter du poids de la dette si les taux commencent à remonter...

La paie du jour

637 millions de dollars. C'est ce qu'a ramenés à la maison le patron de Snapchat, Evan Spiegel, en 2017. Ce n'était pas du salaire...mais l'attribution gratuite d'actions. Bon salaire. Bon job.

Votre argent du jour

Et ça continue... Le Livret A commence l'année 2018 sur les chapeaux de roues, avec une collecte nette de 3.58 milliards d'euros en janvier, +24% par rapport à l'an dernier. Il avait déjà cartonné en 2017 avec une collecte nette de 10 milliards d'euros, du jamais vu depuis 2013. Vous continuez à bourrer ce placement qui pourtant vous fait perdre de l'argent puisqu'il rapporte moins que l'inflation... Il est temps que vous parliez à un conseiller MonFinancier, il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans la gestion de votre argent... A ce titre, ne manquez pas le mercredi 28 février notre journée dédiée aux rendez-vous patrimoniaux pour échanger sur toutes vos problématiques patrimoniales. Je m'inscris à la journée de rendez-vous patrimonial du 28 février.

Du côté des marchés

L'heure était à l'attentisme à Wall Street malgré des indicateurs économiques qui sont ressortis meilleurs que prévu. La clôture était dispersée avec Dow Jones termine en hausse de 0,66% aux portes des 25.000 points à 24.962 points, tandis que le S&P termine grappille 0,09% et le Nasdaq rend pour sa part 0,11%. Le 10 ans américain se stabilise à 2,92% après avoir touché un nouveau plus haut de quatre ans à 2,957% en milieu de semaine. L'euro/dollar est à 1,2307 dollar mais c'est du coté du pétrole que les mouvements ont été les plus marquants. La veille, le WTI a gagné plus de 2% et le Brent 1,78% après le dernier rapport hebdomadaire publié par le Département à l'Énergie américain.

C'EST VOTRE ARGENT EXCEPTIONNELOn rejoue la semaine et on vous donne des conseils avec nos Jedi de l'économie et de la finance : Christian Bito, Président de CBT Gestion et professeur à l'Essec; William Higgons Président de la Sicav Indépendance et Expansion; Valérie Plagnol, Présidente du Cercle des épargnants; Christophe Barraud, Chef économiste chez Market Securities, Emmanuel Lechypre et Laure Closier. À ne pas manquer. 19h sur BFM Business.

La bataille d'italie

Le Financial Times consacre un dossier à "Battle of the billionnaires". La bataille entre les milliardaires Berlsuconi et Bolloré, entre Mediaset et Vivendi qui va se dérouler devant les tribunaux quelques jours avant les élections. Passionnant.

La compétition de la semaine prochaine

Tous les politiques vont jouer à qui va passer le plus de temps (sans se prendre d'oeufs sur la tête) au Salon de l'Agriculture.

On s'en fout

Intermarché accusé par la Répression des Fraudes d'avoir fait de la vente à perte pour son opération Nutella qui avait provoqué une émeute; La une de the Economist : Poutine en pieuvre: How Russia menaces Western democracies; Marion Maréchal Le Pen a fait un discours hier devant les conservateurs américains et s'est déclarée proche des idées de Trump; Le gouvernement s'en prend aux zadistes, enfin, en évacuant le site de Bure; Accord entre le patronat et les syndicats sur l'assurance chômage, youpi!; Les touristes sont de retour à Paris avec des chiffres record pour 2017, Américains, Chinois et Japonais sont revenus, youpi!; Selon Les Échos, le gouvernement veut profiter de la reprise pour accélérer les réformes youpi!.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos