mardi19juin

Nouvelle surenchère dans le conflit commercial qui oppose les États-Unis avec la Chine.Ce n'est pas encore tout à fait une guerre commerciale, mais ça commence à y ressembler.

>

La surenchère de droits de douane

Les États-Unis se préparent à imposer de nouvelles taxes de 10% sur 200 milliards d'importations chinoises. C'est la réaction à la taxation par les Chinois de 34 milliards d'importations agricoles américaines. Qui elles mêmes étaient la réaction aux taxes de 25% sur 50 milliards d'importations chinoises. Et cette escalade ne va pas s'arrêter là. La Chine a d'ores et déjà annoncé qu'elle allait répliquer à ces nouvelles taxes. Et les États-Unis ont annoncé qu'ils répliqueraient aussi en cas de mesures de rétorsion. Vous l'avez compris. On est dans la surenchère. Et cette fois cette surenchère n'est pas que verbale.

Pas encore la guerre totale

On n'est pas encore dans une guerre commerciale. Les ponts ne sont pas totalement rompus entre la Chine et les États-Unis. Trump se dit toujours prêt à négocier. Et les Chinois ne veulent pas d'un affrontement mais ils ne savent plus comment gérer ce président qui se dit un jour ami de leur leader et qui le lendemain lance une salve de taxes à l'importation. Trump met la pression. Il veut négocier. Mais il veut négocier en position de force. Son but n'est évidemment pas de réduire le déficit commercial avec la Chine à court terme mais d'adresser un message clair aux Américains avant les élections de mi-mandat sur le fait qu'il respecte ses promesses électorales.

Les marchés doutent mais veulent croire en trump

Et les marchés réagissent mal. L'Asie décroche ce matin. On sent que les investisseurs ne savent pas comment réagir. Ils ne croient pas à une vraie guerre commerciale. Mais eux aussi ne savent pas comment jouer la carte Trump. Ils espèrent qu'il n'ira pas beaucoup plus loin dans cette escalade mais, comme les Chinois, ils se disent que ce président américain est capable de tout. Ils préfèrent donc jouer la prudence. Prudence donc mais pas de panique. La volatilité rebondit mais elle reste à des niveaux historiquement bas. Les valeurs refuges montent mais pas toutes, l'or reste en dessous des 1300 dollars, et pas de façon spectaculaire. Les investisseurs ont gagné beaucoup d'argent en misant sur Trump depuis son élection. Ils espèrent encore qu'il ne gâchera pas la fête qu'il a lui-même organisée.

DU CÔTÉ DES AUTRES MARCHÉS L'ambiance est pesante sur les marchés mondiaux. Les craintes d'une escalade des tensions sur le front commercial entre les Etats-Unis et la Chine continuent à provoquer des dégagements. La situation politique en Allemagne est surveillée également. Le Dow Jones qui avait débuté les échanges en forte baisse est parvenu à limiter ses pertes à 0,41% à 24.987 points tandis que le S&P 500 a cédé 0,21% à 2.773 points. C'est surtout sur les marchés asiatiques que les craintes des investisseurs se sont les plus matérialisées : Shanghai a plongé de 3,55%, Hong Kong de -2,75% tandis qu'à Tokyo, le Nikkei a lâché 1,73% de retour sous les 23.000 points. L'euro s'inscrit baisse face au dollar, à 1,1572, les différents de la coalition allemande sur la question migratoire pèse sur la monnaie unique. Le pétrole est reparti à la baisse, ployant à l'approche d'une réunion cruciale à Vienne et en raison des craintes d'un ralentissement de l'économie chinoise. Le Brent rend près de 1% sous les 75 dollars et le WTI cède 0,7% sur les 65 dollars.

TRUMP DÉMOLIT MERKELTrump a encore sévi. Encore une fois à travers ses tweets. Il juge que Merkel est responsable de la crise politique actuelle en Allemagne. Tout est de sa faute, elle n'aurait jamais dû laisser entrer un million de réfugiés... Ces tweets ne vont pas améliorer les relations déjà exécrables entre Trump et Merkel.

L'axe franco-allemand

On n'y croyait plus. Mais sous la pression des évènements, l'Allemagne a répondu aux souhaits exprimés par Macron de renforcement de l'axe franco-allemand et de l'Europe en général. Sur trois points essentiels : l'Europe de la défense, le budget de la zone euro et le rapprochement de la fiscalité sur les sociétés. Macron et Merkel se rencontrent aujourd'hui sur le sujet. Une vraie avancée. Occultée par le débat sur l'immigration en Europe.

L'arrestation du jour

Le patron d'Audi a été placé en détention provisoire dans le cadre du Dieselgate.

Le miracle du jour

L'intersyndicale d'Air France a suspendu la grève prévue du 23 au 26 Juin dans l'attente de la nomination d'un nouveau patron.

Votre argent du jour

Le nouveau visage de l'épargne retraite, grand chantier de la loi Pacte, commence à bien se dessiner. Le texte présenté par Bruno Le Maire prévoit une simplification des règles autour de trois produits : un produit individuel qui "fusionnera" les PERP et les Madelin et deux produits collectifs, l'un universel sur le modèle du PERCO, l'autre pouvant cibler certaines catégories de salariés comme l'actuel article 83. L'épargne accumulée sera portable d'un produit à un autre et les règles harmonisées, avec notamment la possibilité de sortir au choix en rentes ou en capital. Mais la fiscalité, qui sera définie dans la loi de Finances pour 2019, devrait être plus intéressante pour une sortie en rentes. Pourquoi ? Pour contenter les assureurs qui préfèrent cette option plus rémunératrice pour eux.... et donc moins intéressante pour le particulier. À moins que la fiscalité de la rente soit sacrément plus avantageuse. Réponse d'ici la fin de l'année

Message pour les patrons d'entreprise

Vous pouvez télécharger le "kit collecteur" du prélèvement à la source en cliquant ICI. Vous y trouverez (presque) toutes les réponses que vous vous posez sur le prélèvement à la source.

On s'en fout ?

Le pouvoir d'achat immobilier a bondi de 38% en 20 ans du fait de la baisse des taux d'intérêt (Credixia) : la hausse des prix et la stagnation des taux devrait le faire rebaisser; 99.6% de la population islandaise a regardé la fin du match Islande-Argentine: ça ne va pas être facile de faire mieux; Le RER A a été encore perturbé hier, mais cette fois c'était pour un accouchement dans la rame...: le bébé a gagné 25 ans de gratuité dans les transports et 25 ans de grève donc; Grisé par le succès de son livre, Hollande bat la campagne : espérons que ce n'est pas la campagne politique; Vous pouvez donner votre nom à une espèce animale en échange d'un don pour la protéger : vous pouvez même faire un cadeau à un ami...ou à un ennemi.

Faites plaisir à un ami

Inscrivez-le tout de suite, gratuitement, à notre newsletter. C'est simple et rapide. Cliquez ici

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos