mardi06mars

On commence à avoir des indications sur l'utilisation des gains fiscaux par les entreprises américaines.

>

Déluge d'argent pour les actionnaires

La baisse historique des impôts et le rapatriement d'une partie du cash stocké à l'étranger va faire pleuvoir un déluge d'argent sur les entreprises américaines. Merci Donald Trump. Si certaines entreprises ont fait des annonces volontairement spectaculaires sur des augmentations de salaires ou des chèques pour leurs employés, la masse d'argent gagné risque de revenir directement dans les poches des actionnaires. Et on commence à avoir des chiffres qui sont spectaculaires.

Dividendes et rachats d'actions

Sous quelle forme cet argent revient-il aux actionnaires ? Les deux formes directes classiques sont évidemment les dividendes. Et les rachats d'actions par la société, des shares buybacks. Une entreprise rachète ses propres titres à ses actionnaires et donc l'argent tombe dans la poche des actionnaires. On parle d'un total estimé entre ces deux formes de cadeaux aux investisseurs de plus de 1000 milliards de dollars pour l'année. C'est colossal. Dont 650 milliards de rachats d'actions selon Goldman Sachs, 800 milliards selon JP Morgan. Une flambée puisque le montant des rachats d'actions en 2017 était de 400 milliards de dollars. C'est donc là que va aller la plus grande partie cette année du bonus fiscal. Les estimations sur le montant des dividendes lui s'envole au-dessus des 500 milliards de dollars. Un déluge.

Les autres bénéficiaires

On a évidemment aussi une augmentation des investissements. Selon les estimations une augmentation de plus de 10% pour les investissements des entreprises et pour la recherche et développement. Bien mais rien de spectaculaire. ET évidemment ces montants colossaux qui vont aux actionnaires relancent le débat sur le partage salariés/actionnaires. Certains instituts pensent que 6% seulement du bonus fiscal ira aux salariés. Des montants qui font évidemment hurler, notamment les représentants démocrates. 2018 sera donc, comme on pouvait s'y attendre, un cru exceptionnel pour les entreprises américaines. Comme le souhaitait Donald Trump. Sur ce sujet au moins, on peut dire mission accomplie avec un net, très net avantage, pour les actionnaires.

Les priorités chinoises

Le premier ministre chinois a défini les objectifs économiques et les priorités pour 2017. Avec toujours le même leitmotiv, une croissance plus équilibrée et plus saine et non une croissance forte et débridée. Objectif 6.5%. Pour le Premier Ministre Li Keqang, les trois batailles décisives de 2018 sont la diminution de la pauvreté, la lutte contre la pollution et le contrôle de la dette en Chine. La Chine veut vraiment changer de modèle.

Big bang de la formation professionnelle

Les réformes continuent. Tant mieux. Muriel Pénicaud a présenté son plan. Un plan ambitieux. Les syndicats sont évidemment vent debout mais ils auront peu de marge de manoeuvre. L'État reprend la main sur un système totalement inefficace et coûteux qui était géré jusqu'à présent pas les partenaires sociaux.

Ingouvernable

C'est confirmé. L'Italie est bien ingouvernable. Ce sont bien l'extrême droite et le mouvement 5 étoiles qui ont remporté la mise mais aucun parti, ni aucune coalition, n'a de majorité. Les Italiens ont réagi, violemment, au manque de rapidité de la sortie de crise et aux tensions autour des migrants et ils ont désigné l'Union Européenne comme un ennemi à combattre. Renzi a quitté la direction de son parti de centre gauche avec sa lourde défaite.

Seuls les marchés italiens

ont réagi aux élections italiennes. L'euro et les indices boursiers européens ont rebondi de plus de 1%. Mais la Bourse italienne a marqué le pas avec une (petite) baisse de 0.42%. Les actions des banques italiennes ont été les plus touchées avec une baisse de près de 3%.

Aie

Quand Amazon s'attaque à un secteur...Selon le Wall Street Journal, Amazon veut s'attaquer aux services bancaires en commençant par un compte courant. Plusieurs banques américaines ont été contactées. Elles sont confrontées à un choix dramatique : soit elles ne coopèrent pas et elles perdront du business, soit elles coopèrent et elles perdront aussi du business mais en gagnant quelques années voire quelques mois. Si Amazon s'attaque à la finance...

Votre argent du jour

Selon un sondage en ligne réalisé par Audirep pour Amundi et Natixis, 77% des épargnants préfèrent un produit retraite permettant une sortie en capital plutôt qu'en rente. Ils réclament aussi de la souplesse : 48% souhaitent pouvoir continuer à faire fructifier leur épargne à la retraite tout en ayant la possibilité de piocher dedans à tout moment. Autre point très important, 84% des épargnants souhaitent pouvoir transmettre l'épargne accumulée. En clair, les épargnants veulent à la fois un placement disponible à tout moment sous forme de capital, qui fructifie jusqu'à leur retraite, mais aussi après, et qui est facilement transmissible à leurs héritiers. Sont-ils trop gourmands? Pas du tout, car l'assurance-vie offre tout ça. Et avec MonFinancier Retraite Vie, vous avez aussi un produit sans frais d'entrée, avec plus de 650 supports pour diversifier, et une fiscalité très douce sur les rachats. N'attendez plus, pour préparer votre retraite, demandez une information détaillée sur MonFinancier Retraite Vie.

Du côté des marchés

L'heure est au rebond sur les marchés américains, certains responsables républicains ont demandé à Donald Trump de calmer le jeu sur ses propositions protectionnistes. Ainsi, les trois indices majeurs à Wall Street mettent un terme à une série baissière et rebondissent de plus de 1% ce lundi. Sur le marché des changes, l'euro se raffermit face au dollar à 1,2341 dollar en dépit de l'incertitude politique en Italie. La faiblesse du dollar profite aux cours de l'or, celui-ci progresse à 1321 dollars l'once. Le pétrole rebondit également alors que la production libyenne est perturbée, selon des informations de presse. Il s'agirait du champ pétrolier de Sharara dont les livraisons ont été interrompues ce dimanche. Le WTI progresse de 1,74% à 62,54 dollars et le Brent gagne 1,39% à 65,46 dollars.

C'est votre argent à revoir en replay

L'émission était exceptionnelle avec nos Jedi de l'économie et de la finance : Alexandre Baradez, chef de la stratégie de marché, IG; Alain Pitous, Directeur Général, Talence Gestion; Régis Bégué , Stratégiste chez Lazard Frères Gestion; Jérome Fauvel, Responsable Small Caps de La Française, Christopher Dembik, responsable de la recherche macroéconomique chez Saxo Bank et Aïcha Hmissi. On a rejoué la semaine et on vous a donné quelques conseils. De l'éco, de la finance et du fun. Vous souhaitez voir le replay ? C'est ici .

On s'en fout ?

Le Parisien titre "L'Union sacrée derrière le PSG" pour le PSG- Real de ce soir, bigre!; Poutine veut tranquillement réhabiliter la mémoire de Staline, de mieux en mieux; La Grèce a bien eu une croissance positive de 1.4% en 2017 et on prévoit 2.5% en 2018; Après Canal +, c'est au tour d'Orange d'envisager d'enlever l'accès à TF1; La vague de grippes et des gastros joue les prolongations du fait de la dernière vague de froid; 750000 personnes ont visité l'expo Moma à la Fondation Louis Vuitton, c'est moins que les 1.2 million pour l'exposition Chtchoukine; Sortie le 23 mai d'un spin off de Star Wars: "Solo: A Star Wars story"; Les taux de crédit immobilier ont glissé à 1.47% en février après 1.49% en janvier et 1.51% en décembre.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos