mercredi31octobre

La zone euro est dans la tourmente. Après deux premiers semestres de bonnes factures, porteurs d'espoir, les chiffres déçoivent depuis quelques mois et suscitent de l'inquiétude. La croissance ralentit au troisième trimestre, et les tensions politiques entre les pays membres ressurgissent.

>

2018 devait être l'année de l'europe

Il faut se rappeler qu'en début d'année, les analystes et les gérants étaient à nouveau très positifs sur l'Europe. L'Europe était passée de zone à éviter totalement au début de l'année 2017 à zone d'attraction majeure car l'Europe cumulait plusieurs avantages : une croissance forte mais également une stabilité politique, malgré les risques en Italie et la situation de l'Espagne, une stabilité politique marquée par un leadership fort de la zone euro avec une Merkel qui avait repris la situation en main en tandem avec Macron. Mais rien ne s'est passé comme prévu

Croissance en panne

Après 2 trimestres relativement solides, l'économie européenne s'est contractée : 0,2 % de hausse au 3ème trimestre, deux fois moins que le niveau attendu par les analystes. La Commission européenne doit présenter le 8 novembre de nouvelles prévisions économiques, et elle risque d'abaisser son objectif en dessous de la barre des 2 %.

Politique incertaine

Avec l'élection d'Emmanuel Macron et la réélection d'Angela Merkel, on s'attendait à un renforcement de l'axe Paris-Berlin et une accélération du projet de réforme de l'Europe, avec un renforcement de la gouvernance, notamment financière. C'était un facteur important de soutien de l'euro notamment. Plus d'Europe, une Europe plus unie, on avait même évoqué la nomination d'un Ministre des Finances européen. Tout cela n'est plus d'actualité. Merkel prépare son départ et Marcon n'a jamais vraiment pesé. L'Europe souffre de plus en plus des tensions commerciales, des négociations du Brexit, et aussi dernièrement de l'affrontement entre Bruxelles et Rome sur le budget italien

Avaria

Le ralentissement de la croissance est encore plus marqué en Italie : 0 % au T3. Le PIB de la péninsule n'a donc pas progressé entre juillet et septembre, une première sur un trimestre depuis 2015. La baisse de la demande intérieure et la faiblesse du commerce extérieur ont pesé.Mauvais timing pour le gouvernement de Giuseppe Conte, engagé dans un bras de fer avec la commission européenne sur le budget 2019. Rome prévoit un déficit à 2,4 %, contre 0,8 % promis par le précédent gouvernement de centre gauche. Mais si la croissance est plus faible que prévu, le déficit risque d'être encore plus important.

Trump dos au mur

Le président américain, que rien ne semblait ébranler depuis son élection, est dans la tourmente. À quelques jours seulement des élections de mi-mandat, sa popularité est au plus bas avec " seulement " 40 % d'opinion favorables. Le meurtre de Khashoggi, les colis piégés adressés à des personnalités démocrates et l'attaque contre une synagogue de Pittsburgh ont porté un coup à sa popularité.Même sa politique économique interroge désormais après la baisse des marchés boursiers due à la hausse des taux et aux tensions commerciales avec la Chine.Comme à son habitude, il a répliqué de manière cinglante, sur Fox news " Je pense que nous trouverons un grand accord avec la Chine, et il doit être grand car ils ont asséché notre pays ". Et sur Twitter : " La Bourse est en forte hausse depuis les Élections, mais prend maintenant une petite pause. Si vous voulez que vos actions baissent, je suggère fortement de voter Démocrate. Ils aiment le modèle financier du Venezuela, les taxes élevées et les frontières ouvertes! "

L'anniversaire

Le bitcoin10 ansPremier cours : 0,8 cent Aujourd'hui : 6275 dollarsPlus haut du 17 décembre 2017 : 19783 dollarsWaouh

Votre argent du jour

La bonne nouvelle du jour : contrairement au livret A dont la collecte était dans le rouge en septembre, l'assurance-vie a connu une collecte nette positive en septembre, à 900 millions d'euros. Ce n'est certes pas grand-chose par rapport aux 18 milliards déjà collectés depuis janvier mais septembre est historiquement un mois difficile pour l'épargne, avec la rentrée et les impôts à payer. En 2017, la collecte avait été de 500 millions d'euros.C'est surtout bien de voir que les Français se détournent du livret A pour privilégier l'assurance-vie, tout aussi liquide et plus rentable. Mais à condition bien sûr de choisir un contrat sans frais d'entrée et avec des supports performants. Demandez une documentation détaillée sur l'assurance vie

Le dossier du jour

Puisqu'on parle d'assurance-vie... Si vous ne l'avez pas encore fait, vous devez absolument lire le dernier dossier du dimanche sur l'assurance-vie. Vous y verrez que les contrats les plus souscrits (notamment les contrats bancaires) sont aussi les plus mauvais. Vous verrez aussi qu'il est souvent judicieux financièrement de clôturer un vieux contrat pour en ouvrir un nouveau même en perdant l'antériorité fiscale. Et on vous donne notre TOP 3 des meilleurs assureurs de la place. Lisez le dossier sur les contrats d'assurance-vie les plus souscrits

Du côté des marchés

Les marchés européens se sont fait peur hier. Le CAC 40 a baissé à 4930 points avant de rebondir et de clôturer la séance en baisse de 0,22 % à 4978 points. Et ce matin l'indice parisien bondit de 1,6 % à 5060 points. Hier après midi, Wall Street rebondissait également grâce aux propos de Trump sur la Chine et malgré quelques résultats décevants (notamment General Electric qui plonge de 8%). Le Nasdaq a repris 1,58 % et le Dow Jones 1,77 %.Ce matin le Nikkei a également rebondit dans le sillage de Wall Street, de 2,16 %.Le pétrole reste stable à 76,75 usd, L'or continue de consolider à 1215 usd et l'euro baisse légèrement à 1,135 usd.

On s'en fout ?

Selon S&P ,un hard Brexit plongerait le Royaume-Uni dans la récession ; Facebook gagne moins d'utilisateurs qu'attendu mais ses résultats battent le consensus ; Stanislas Guérin (qui?) annonce sa candidature pour la direction de LaREM ; L'Assemblée adopte facilement le projet de budget 2019 : pas dur quand on a la majorité absolue à l'assemblée; Federer a confirmé sa participation au Masters de Paris, peut être la dernière chance de le voir jouer en France... Emmanuel Macron a avancé le conseil des ministres à mardi pour se reposer et reprendre des forces avant un long déplacement dans l'est et le nord de la France pour le centenaire de la fin de la première guerre mondiale ; Embarras à Madrid : les députés espagnols ont approuvé un décret autorisant l'exhumation de la dépouille du Général Franco du Mausolée "Valle de los caidos" à 50km de Madrid, mais ne savent pas où l'enterrer...

Gauthier maes

Responsable Media

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M IMMOBILIER Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos