mardi28mai

Les négociations sino-américaines semblent gelées. Depuis l'échec de la dernière rencontre, la Chine et les États-Unis se rejettent mutuellement la faute pour le déraillement des discussions, et tentent de faire basculer le camp opposé à coups de déclarations.Trump dans son style atypique avec plusieurs déclarations sur le sujet en marge de sa visite au Japon.La Chine en restant calme et ferme.Deux stratégies de négociations totalement opposées

>

Trump offensif

On est désormais habitué à la stratégie de négociations de Donald Trump face à un pays rival.Un jour, il désigne son opposant comme le grand ennemi des États-Unis.Le lendemain, il déclare que les États-Unis et ce pays sont les meilleurs amis du monde.Hier, en marge de sa visite au Japon, il a fait les deux en même temps avec la Chine, indiquant d'abord que les États-Unis n'étaient pas prêt à conclure un accord, puis " dans quelque temps, la Chine et les États-Unis vont conclure un accord commercial formidable et nous attendons ce moment avec enthousiasme ".Et pour finir : " "je ne crois pas que la Chine puisse continuer à payer ces centaines de milliards de dollars en droits de douane. Je ne crois pas qu'ils puissent faire ça ."

La chine ferme et défensive

La stratégie de négociations chinoise est différente. Totalement opposée même.Une stratégie très discrète. La Chine a fait valoir ses armes (T Bond, Yuan, etc...) face aux États-Unis mais sans vraiment menacer.Xi Jinping n'est même pas en première ligne pendant qu'on voit Donald Trump s'agiter dans tous les sens.C'est généralement, Lu Kang, un (simple) porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères qui s'exprime sur le sujet. Hier il a déclaré que " la position de la Chine est demeurée constante ", et que les négociations commerciales avec les États-Unis devaient reposer sur le " respect mutuel ".Et Guo Shuqing, directeur de l'organisme chinois de réglementation des banques et des assurances (...) a déclaré que des tarifs plus élevés auraient un impact " très limité " et surtout qu'ils nuiraient également aux États-Unis.

Trump et le reste du monde

Comme à son habitude, Trump a profité de sa visite officielle dans un pays pour parler de tout sauf de ce pays, jouant avec les nerfs de ses cibles préférées et ceux de ses conseillers à Washington.Sur l'Iran, il ne veut pas changer de régime mais une dénucléarisation.Sur la Corée du Nord, il a minimisé les essais d'armes à courte portée menés par Pyongyang début mai " La Corée du Nord a lancé quelques petites armes, ce qui en a dérangé certains dans mon pays et d'autres, mais pas moi ". Il pense que Kim Jong Un veut simplement attirer l'attention et que c'est " un gars très intelligent ".

Alibaba ouvre la porte a hong kong

5 ans après sa première cotation à New York, le géant chinois du commerce en ligne Alibaba étudie la possibilité d'une deuxième cotation à la Bourse de Hong Kong, qui pourrait lui permettre de lever 20 milliards de dollars.L'opération aurait pour but d'ouvrir de nouveaux canaux de financement pour le groupe.Une information qui intervient en pleine escalade de la guerre commerciale entre Pékin et Washington, l'administration Trump venant d'interdire aux entreprises américaines de fournir des technologies à Huawei, le géant privé chinois des smartphones.

Le projet renault fiat applaudi

Renault a confirmé hier étudier le projet de fusion entre égaux de Fiat Chrysler.Un projet qui créerait le troisième plus grand constructeur de la planète et qui permettrait au groupe de réaliser d'importantes économies d'échelles.Le marché a applaudi : Renault a pris 15 % à la Bourse de Paris et Fiat Chrysler 10 %.

Anniversaire symbolique

Il y a 50 ans, le programme de construction du premier Airbus A300 était lancé, conjointement par la France et l'Allemagne .Aujourd'hui le constructeur rivalise avec le constructeur américain Boeing pour la première place mondiale.Un anniversaire qui montre la voix pour d'autres industries européennes ?

Le respect des électeurs

Le chancelier conservateur Sebastian Kurz a été renversé par une motion de censure du parlement autrichien.La formation du plus jeune chef d'un gouvernement européen avait pourtant remporté, dimanche, une victoire nette aux européennes. Mais le dirigeant n'a pas résisté au "scandale de l'Ibizagate" intervenu il y a dix jours. Une vidéo prise en cachette sur l'île espagnole d'Ibiza dans laquelle le leader d'extrême droite FPO Heinz-Christian Strache, s'y disait prêt à offrir d'importants marchés publics à un oligarque russe en échange de financements illégaux. Le scandale a mis a mal la coalition des conservateurs avec l'extrême droite, Strache a dû démissionner de son poste de vice-chancelier et Kurz a limogé le ministre de l'intérieur proche du leader extrémiste. Les autres ministres du FPO ont quitté le gouvernement.Les sociaux démocrates ont alors voté une motion de censure qui a abouti... avec l'aide des députés d'extrême droite.

Réaction des marchés au scrutin européen

Pratiquement aucune.Seul événement notable, la chute du coût d'emprunt de la Grèce, après la défaite cuisante de Syriza, le parti de gauche du Premier ministre Alexis Tsipras, qui a soulevé une vague d'enthousiasme sur les marchés financiers.

Zombiland

A cinq semaines de la présidentielle du 4 juillet, l'Algérie ne s'en sort pas.Le délai légal pour déposer les dossiers de candidatures a expiré samedi à minuit.Selon plusieurs sources, aucun personnalité d'envergure n'a déposé de candidature.Seuls deux dossiers d'illustres inconnus ont été déposés, mais ils n'auraient pas suffisamment de parrainages et de signatures d'élus.L'élection pourrait donc être reportée.En attendant, le président par intérim Abdelkader Bensalah, proche du chef d'Etat déchu (et bientôt momifié) Abdelaziz Bouteflika, garde le pouvoir

Du côté des marchés

Le CAC 40 a gagné hier 0.37 % à 5 336 points notamment porté par l'annonce d'un rapprochement entre Fiat Chrysler Automobiles et Renault qui a pris 12 % sur la séance. Wall Street et la place de Londres étaient fermées pour le " Memorial Day " et le " Spring Bank Holiday ".La Bourse de Tokyo a fini en hausse ce matin, le Nikkei a gagné 0,37% avec le soutien Tokyo Electron, qui a grimpé après l'annonce d'un rachat d'actions.Le CAC 40 devrait évoluer en très légère hausse ce matin dans l'attente du retour de Wall Street et des investisseurs anglo-saxons.A noter que le Bitcoin s'est négocié à 9259 $ pendant une minute ce matin à 7h 46 avant de retomber à 8717 $.Après une forte consolidation la semaine dernière, le Brent bondit de 1.76 % à 69.96 $ contre 68.75 $ le baril hier à la même heure. L'eurodollar se négocie en baisse à 1.1186 (-0.15 %) tandis que l'Or gagne un " léger " 0.1% à 1284.30 $ l'once contre 1283 $ hier à la même heure.

On s'en fout ?

Emmanuel Macron et Édouard Philippe pensent qu'ils ont gagné le scrutin européen ; Le tribunal de grande instance de Nanterre doit se prononcer aujourd'hui sur le pays de résidence principale de Johnny Hallyday, la France ou les États-Unis, une question qui déterminera si la justice française est compétente pour étudier l'héritage du chanteur ; 600 000 fumeurs de moins en France en 2018 selon la SPF et 500 000 vapoteurs en plus; L'ancien roi d'Espagne Juan Carlos annonce son retrait complet de la vie publique; Colis piégé à Lyon : un algérien de 24 ans suspecté a été interpellé; Des soutiens de Trump construisent un mur privé à la frontière mexicaine

Si vous aimez cette newsletter

Partagez-la avec vos amis. Inscrivez-les tout de suite, gratuitement, à notre newsletter. C'est simple et rapide. Cliquez ici. Et si vous n'aimez pas la newsletter, inscrivez-vos ennemis...

Gauthier maes

Responsable MediaMonFinancier

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M IMMOBILIER Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos