mercredi14mars

La Suisse est l'une des destinations privilégiées des français qui décident de quitter le pays, notamment en raison d'une imposition trop lourde. Ils sont de plus en plus nombreux en France à envisager de partir, surtout avec les récentes augmentations de prélèvements, les suppressions des niches fiscales, la volonté des dirigeants de droite de continuer dans cette voie, et la volonté de la gauche d'augmenter encore plus les prélèvements. Mais la Suisse est-elle vraiment une destination intéressante ?

    L'impôt suisse plus faible que l'impot frnaçais ?

    Pour les étrangers résidents en Suisse, sauf quelques rares exceptions, les revenus sont prélevés à la source par leur employeur, au titre de l'impôt sur le revenu. Le taux dépend du canton (Genève, Zurich, Bâle, Vaud,...), du salaire, ainsi que de la situation familiale de l'employé. Ils sont compris de 0% à 40%.

    En moyenne, l'impôt suisse est plus faible que l'impôt français. Mais contrairement à ce qu'on peut penser, il est attractif surtout pour les plus pauvres et les classes moyennes. L'impôt suisse a en effet une forte progressivité et au-delà d'un certain montant (variable selon les cantons, environ 75 000 francs bruts annuels), l'impôt suisse devient plus élevé que l'impôt français.

    A l'instar des hauts revenus, les gros patrimoines ne sont pas forcément avantagés par la fiscalité suisse. Les revenus du capital (titres, obligations, livrets,...) sont automatiquement soumis à un impôt anticipé qui est généralement de 35% (15% pour les pensions et rentes et 8% pour les prestations d'assurances). Le contribuable peut cependant choisir de déclarer ces revenus et obtenir ainsi le remboursement de l'impôt anticipé. Concernant les revenus immobiliers, le bailleur doit dans tous les cas remplir une déclaration d'impôt sur le revenu. Le barème appliqué est alors progressif, et prend en compte les revenus déjà imposés à la source pour déterminer le taux marginal.

    L'impôt sur le revenu suisse

    Par ailleurs, la Suisse est, avec la France, un des rares pays d'Europe qui impose sur la fortune. Cet impôt commence en plus très bas (entre 20 000 et 100 000 francs suisses par personnes, selon les cantons). Pour une " moyenne fortune ", il reste raisonnable. Par exemple une personne ayant une fortune d'un million d'euros sera taxée à hauteur d'environ 0.3%. Mais cet impôt est également progressif et les très grandes fortunes peuvent être lourdement imposées. Ainsi une personne ayant une fortune de 10 millions d'euros sera imposée à un taux proche de 4%.

    Au vue de cette forte fiscalité sur les hauts revenus et les gros patrimoines, on peut se demander pourquoi de nombreuses grandes fortunes choisissent de s'installer en Suisse ?

    La première raison concerne l'exonération des gains en capital. Les plus values sur titres ne subissent en effet aucune imposition en Suisse. Si cette spécificité attirera certains apprentis traders, elle est surtout intéressante pour les chefs d'entreprises souhaitant revendre leurs parts.

    Mais l'atout fiscal de la Suisse est principalement le " forfait fiscal " que de nombreux cantons suisses proposent aux résidents étrangers, s'ils remplissent certaines conditions comme ne pas exercer d'emploi dans le canton. Ce forfait propose alors de calculer l'impôt en fonction des dépenses du contribuable et non sur sa fortune ou ses revenus. Les dépenses prises en compte sont par exemple les dépenses liées aux logements, à la nourriture, à l'habillement, aux loisirs, aux véhicules,... On estime qu'à partir de 5 millions d'euros de fortune personnelle, le forfait peut être intéressant, sauf à mener un train de vie ostentatoire. Il l'est par exemple pour quelques chanteurs et sportifs (célèbres qui ont choisi d'installer leur résidence fiscale en Suisse.

    Ainsi si vous êtes chanteur, ou tennisman, ou millionnaire retraité, un exil en Suisse peut être fiscalement très avantageux. Pour les autres, la Suisse est sans doute attractive au niveau de la qualité de vie ou du taux de change, mais elle ne l'est pas forcément au niveau de la fiscalité, en tout cas pas pour l'instant...

    Etre rappelé
    par un conseiller
    Nous envoyer
    un message
    Parlons Placement
    Nos solutions
    M VIE Notre gamme
    d’assurance vie
    Plus d'infos
    M SCPI Nos SCPI en direct
    Plus d'infos
    M investissement Nos fonds structurés
    Plus d'infos