mardi19octobre

Depuis son lancement le 1er octobre 2019, le Plan d’Epargne Retraite (PER) a trouvé son public. Issu de la loi Pacte, il reprend un fonctionnement proche de l’assurance vie tout en bonifiant les anciens produits que sont le PERP et le Madelin. Le PER Individuel est par exemple le seul produit d’épargne retraite donnant accès à une sortie à 100 % en capital, en une ou plusieurs fois, plutôt qu’en rentes viagères.

Mais les atouts du PER sont-ils suffisants pour concurrencer l’assurance vie ? Placement favori des Français, l’assurance vie constitue un véritable couteau suisse de l’épargne, capable de s’adapter aux besoins de chacun. Alors, plutôt PER ou assurance vie ? Les clés pour faire le bon choix.

Quel placement privilégier entre assurance vie et PER ?

D’emblée, il faut indiquer qu’il n’est pas possible de donner une réponse catégorique à la question « PER Individuel ou assurance vie ? ». Chaque enveloppe présente des spécificités distinctes (disponibilité, fiscalité, etc.) et donc des avantages et inconvénients propres à chacune. Autrement dit, votre choix dépendra avant tout de votre situation et de vos priorités.

C’est pourquoi il est indispensable de bien identifier votre projet patrimonial et vos besoins. Si les épargnants les plus autonomes peuvent préférer mener ce projet par eux-mêmes, rien ne vous empêche d’être conseillé sur la marche à suivre. Pour ce faire, vous pouvez prendre contact gratuitement avec les conseillers en gestion de patrimoine de meilleurtaux Placement, par mail, téléphone ou sur rendez-vous dans l’une de nos agences.

>> Je souhaite prendre contact avec un conseiller en gestion de patrimoine

En attendant, voici quelques points clés à retenir pour bien choisir entre un contrat d’assurance vie et un Plan Epargne Retraite.

Le PER Individuel, pour réduire ses impôts… à l’entrée !

L’un des points forts du PER Individuel – et celui qui retient l’attention de nombreux contribuables – tient à sa fiscalité. Les versements sont en effet déductibles du revenu imposable (dans les limites légales), ce qui permet de générer une économie d’impôt. Celle-ci sera proportionnelle au taux marginal d’imposition (TMI) de l’épargnant : plus il est imposé, plus l’avantage sera important.

Exemple : vous placez 10 000 € sur un PER Individuel en 2021. Si votre TMI est de 30 %, vous diminuez votre impôt sur les revenus de 2021 (déclarés en 2022) de 3 000 €. Avec un TMI de 41 %, l’avantage fiscal grimpe à 4 100 €.

Attention toutefois, si la fiscalité du PER est plus attractive à l’entrée que celle de l’assurance vie, le rapport de force s’inverse à la sortie. Le capital investi sur un PER sera soumis au barème de l’impôt sur le revenu lors du déblocage des sommes à la retraite (les plus-values sont taxées au PFU de 30 %). A contrario, l’assurance vie est exonérée de fiscalité sur le capital et bénéficie d’une fiscalité plus douce sur les plus-values, en particulier pour les contrats de plus de 8 ans.

Avec le PER, vous bénéficiez donc d’un avantage fiscal sur les versements, contrebalancé par la fiscalité à la sortie. Vous pouvez finir gagnant si votre TMI est plus élevé à l’entrée qu’à la sortie, mais il peut être difficile d’anticiper son TMI à la retraite. Il reste toutefois possible de maîtriser l’impact fiscal du déblocage du PER, en optant pour une sortie en capital fractionnée sur plusieurs années. Cela peut notamment aider à éviter un saut de tranche d’imposition.

>> Je demande à échanger avec un conseiller sur le PER Individuel

Maximiser le rendement de votre épargne avec le PER

La déductibilité des versements sur un PER joue sur deux tableaux. En effet, elle diminue votre imposition et, par ricochet, votre effort d’épargne réel. Par exemple, placer 10 000 € sur un PER « coûte » véritablement 7 000 € d’épargne pour une personne au TMI de 30 %, grâce à la somme économisée sur son impôt (3 000 €).

Vous disposez librement de la somme ainsi économisée. Vous pouvez notamment l’investir comme bon vous semble : Bourse, immobilier, assurance vie… et même PER (attention toutefois aux plafonds de déduction dans ce dernier cas). Ainsi, en reprenant notre exemple, investir 10 000 € sur un PER vous permet de faire travailler 13 000 € d’épargne si vous réinvestissez votre économie d’impôt.

En procédant de la sorte, votre investissement sur un PER individuel vous rapportera davantage qu’un placement équivalent en assurance vie, ne serait-ce que parce que vous pouvez investir davantage chaque année grâce au PER. Le PER ayant vocation à n’être débloqué à la retraite (hors accidents de la vie et déblocage anticipé pour l’achat de la résidence principale), ce différentiel peut finir par peser très lourd.

>> Je demande à échanger avec un conseiller sur le PER Individuel

La souplesse de l’assurance vie au service de vos projets

L’assurance vie et le PER présentent un certain nombre de points communs. En termes de fonctionnement par exemple, les deux produits vous donnent accès au fonds en euros et à des Unités de Compte diversifiées (OPCVM, SCPI, ETF…). Mais il existe une différence fondamentale : le PER est bloqué, en principe, jusqu’à la retraite, tandis que l’épargne de l’assurance vie reste disponible à tout moment.

D’où l’importance de bien identifier votre projet et vos besoins avant de choisir entre assurance vie et PER. Pour préparer un projet de court ou moyen terme – financer les études de ses enfants par exemple – ou pour simplement mettre de l’argent de côté avec l’idée de pouvoir le récupérer si besoin, l’assurance vie s’impose.

La fiscalité favorable de l’assurance vie joue pleinement en sa faveur. Pour les contrats de plus de 8 ans, vous pouvez effectuer des rachats (retraits) partiels entièrement exonérés d’impôt chaque année, dans la limite de 9 200 € de plus-value pour un couple (4 600 € pour une personne seule). Les prélèvements sociaux (17,2 %) restent dus.

>> Je demande à échanger avec un conseiller sur l'assurance vie

Pour la succession, avantage à l’assurance vie

Les épargnants à la recherche d’un placement adapté à la préparation de leur succession ont tout intérêt à penser à l’assurance vie. Les sommes transmises au sein d’une assurance vie font l’objet d’abattements fiscaux importants :

  • 152 500 € par bénéficiaire pour les versements effectués avant 70 ans (taux forfaitaire de 20 % entre 152 500 et 700 000 €, puis 31,25 % au-delà) ;
  • 30 500 € pour l’ensemble des bénéficiaires pour les versements effectués après 70 ans (barème des droits de succession au-delà), les plus-values potentielles étant entièrement exonérées de droits de succession.

Dans le cadre du PER, les sommes transmises profitent également d’un régime fiscal particulier, mais celui-ci est moins avantageux car les abattements fiscaux disponibles dépendent de la date du décès du titulaire du plan :

  • En cas de décès avant 70 ans : 152 500 € par bénéficiaire ;
  • En cas de décès après 70 ans : 30 500 € pour l’ensemble des bénéficiaires.

Compte tenu de ces différences, l’assurance vie s’avère plus pertinente dans une optique de préparation de la succession. Mais cela ne veut pas dire que le PER est dénué d’intérêt à ce titre : il existe même une astuce méconnue pour optimiser sa succession avec un PER.

>> Je demande à échanger avec un conseiller sur l'assurance vie

Le match PER vs assurance vie : bilan final

Plus que de véritables concurrents, assurance vie et Plan d’Epargne Retraite constituent 2 placements complémentaires l’un de l’autre. Vos priorités patrimoniales peuvent vous amener à en privilégier un plutôt qu’un autre, mais l’un ne saurait se substituer à l’autre. Dans une approche patrimoniale globale, et sous réserve de cohérence avec votre situation, il est certainement possible et approprié de trouver une place à chacun.

C’est d’autant plus vrai si vous disposez déjà d’anciens produits d’épargne retraite : PERP, Madelin, Prefon, Corem, Perco, articles 83 d’anciennes entreprises… Tous ces produits peuvent être transférés vers un PER, afin de regrouper toute votre épargne retraite « au même endroit ». En suivant cette logique, et à partir du moment où de tels transferts sont pertinents pour vous, vous seriez alors amené à détenir un PER, dédié à votre épargne retraite… Sans que cela ne vous empêche de détenir un contrat d’assurance vie (ou plusieurs) pour répondre à vos autres besoins patrimoniaux.

Pour terminer ce comparatif PER/Assurance vie, vous trouverez ci-dessous un tableau récapitulatif des forces et faiblesses de chaque produit.

Le match Assurance vie / PER Individuel
  Assurance vie PER Vainqueur
Allocation d'épargne Dans les deux cas : accès au fonds en euros garanti et à des Unités de Compte diversifiées (OPCVM, actions, SCPI, ETF, etc.) Egalité
Rendement de l'épargne Variable selon l'allocation de l'épargne choisie et le poids des frais du contrat Equivalent à celui de l'assurance vie (à allocation et frais équivalents) mais avec un effort d'épargne réel moindre grâce à l'économie d'impôt qui peut être réinvestie PER
Disponibilité de l'épargne Disponibilité à tout moment Epargne bloquée jusqu'à la retraite, sauf accidents de la vie et achat de la résidence principale Assurance vie
Fiscalité sur les versements Aucune fiscalité particulière Déduction fiscale des versements dans la limite des plafonds légaux PER
Fiscalité sur les retraits Capital systématiquement exonéré de fiscalité

Abattements fiscaux sur les plus-values après 8 ans de détention (9 200 € par an pour un couple, 4 600 € pour une personne seule)
Capital imposé au TMI applicable au contribuable au moment du déblocage

Plus-values taxées au PFU de 30 %
Assurance vie
Transfert des contrats Très limité dans la pratique (transferts intra-assureur) Possibilité de transférer un PERP, Madelin, PERCO, article 83… vers un PER*

Possibilité de transférer un PER vers un autre PER à tout moment**
PER
Transmission à la succession Abattement de 152 500 € par bénéficiaire sur les sommes versées avant 70 ans

(30 500 € pour l'ensemble des bénéficiaires après 70 ans)
Abattement de 152 500 € par bénéficiaire en cas de décès avant 70 ans

(30 500 € pour l'ensemble des bénéficiaires en cas de décès après 70 ans)
Assurance vie

*Frais de transfert de 5 % maximum, exonération après 10 ans de détention
**Frais de transfert de 1% maximum, exonération pour les PER de plus de 5 ans

>> Je demande à échanger avec un conseiller sur le PER Individuel

A découvrir également

  • La fiscalité avantageuse des retraités étrangers cause 4 Md€ de manque à gagner pour l’Europe
    2/12/2021
  • Plan Epargne Retraite : les réponses à vos questions
    26/11/2021
  • Le nouveau Plan épargne retraite séduit beaucoup les jeunes épargnants
    23/11/2021
  • Transfert de PERP, Madelin, etc. vers un PER : l’essentiel à retenir pour faire les bons choix
    26/10/2021

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Les bons choix pour votre épargne
PER 
Notre sélection pour votre retraite
Je découvre 
Assurance vie 
Notre sélection des meilleurs contrats
Je découvre 
SCPI 
Notre gamme en direct & en assurance vie
Je découvre