vendredi19juin
Consultant du marché immobilier présentant l'offre d'appartements de quartier à un jeune couple.

D’après les chiffres de l’Aspim (Association française des sociétés de placement immobilier), le rendement moyen des SCPI a régressé de 0,1 % durant le premier trimestre 2020. Elles ont en effet affiché une rémunération de 4,4 % sur cette période. Néanmoins, ce type de placement reste encore très intéressant pour les particuliers.

Les SCPI (sociétés civiles de placement immobilier) sont très prisées des épargnants français ces dernières années. Ainsi, malgré une légère baisse de performance, les professionnels du secteur ont enregistré une hausse de la collecte au cours des trois premiers mois de l’année. Les investisseurs semblent d’ailleurs impassibles à la crise.

Contrairement à d’autres secteurs, ce type de placement n’a pas connu de mouvement de panique depuis le début de la crise sanitaire. Les porteurs de parts sont majoritairement restés sur leur position et ont laissé leurs capitaux aux gestionnaires. De leur côté, ces derniers continuent de rassurer leurs clients quant à la stabilité de ce produit sur le long terme.

Un marché dynamique

Le montant de la collecte des SCPI de janvier à mars 2020 a atteint 2,56 milliards d’euros. Le volume a ainsi augmenté de 24 % comparativement aux résultats enregistrés sur la même période en 2019.

Toujours au premier trimestre, les sociétés de gestion ont acquis des biens immobiliers pour une valeur totale de 1,45 milliard d’euros, contre 1,6 milliard l’an dernier. Le flux des achats a ainsi connu un léger recul cette année.

Quoi qu’il en soit, la majeure partie du montant dédié aux acquisitions a été consacré aux bureaux, comme d’habitude.

En effet, ce type de bien a concentré 61 % de la valeur totale des achats. En termes de volume, la logistique représente 14 % de l’ensemble des transactions, contre 9 % pour les commerces et 9 % pour l’hôtellerie.

Enfin, la part du secteur santé reste minoritaire dans le portefeuille des SCPI et ne représente que 6 % du budget alloué aux acquisitions. Ce segment de marché englobe les centres de santé et les Ehpad.

Un produit stable

Dans l’ensemble, les gestionnaires de SCPI sont conscients des difficultés rencontrées par les professionnels en raison de la pandémie de Covid-19. Ils ont donc prévu des mesures exceptionnelles de suspension ou de report de loyers commerciaux durant la pandémie. Ces initiatives permettent de soutenir les locataires les plus touchés par la crise.

De nombreuses sociétés de gestion ont aussi décidé de ne pas verser la totalité des dividendes du premier trimestre. Malgré tout, les investisseurs sont restés fidèles au support de placement.

Comme l’a remarqué le Président de l’Aspim, Frédéric Bôl :

S’il est encore trop tôt pour mesurer les conséquences des crises sanitaire et économique sur le secteur et la performance des fonds, […] aucun mouvement significatif de retraits n’est à signaler sur les mois de mars et d’avril.

Frédéric Bôl

Les professionnels restent confiants dans la résilience du produit. Ils tiennent d’ailleurs à rassurer les épargnants par rapport à la rentabilité de leur investissement. Selon eux, la crise ne devrait pas influer significativement sur le rendement annuel des SCPI.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos