vendredi29mai
gestion immobilière

Les sociétés civiles de placement immobilier font actuellement face aux retombées économiques de la pandémie de Covid-19. La crise sanitaire a en effet entraîné la multiplication des demandes d’annulation ou de reports de loyers. Conscientes des enjeux, les sociétés de gestion ont mis au point différentes solutions pour soutenir les entreprises locataires et protéger les investisseurs.

Depuis l’annonce des dispositions liées au confinement, les gestionnaires de SCPI ont reçu de nombreuses demandes de report ou de suspension de loyers. D’autres locataires ont préféré opter pour des facilités de paiement. Dans tous les cas, les sociétés de gestion doivent trouver la solution la plus adaptée au contexte actuel.

Les professionnels du secteur se réservent toutefois le droit d’accepter ou de refuser ces requêtes. En effet, la crise ne préserve pas des opportunistes prétextant les mesures gouvernementales pour être dispensés de loyers. Les plus petites structures, en revanche, ont vraiment besoin d’aide. Il faudra donc décider au cas par cas.

Des placements protégés par la diversification

Un observateur avance que la crise menace surtout les SCPI les plus fragiles sur le plan financier et celles qui ont misé uniquement sur les marchés à risque. Néanmoins, les acteurs du secteur évitent généralement d’investir sur un seul support. Cette stratégie leur permet ainsi d’être relativement préservés des effets de la pandémie.

La crise affectera fortement le marché locatif, au niveau des bureaux, d’après les spécialistes. Anticipant ces risques, les gestionnaires privilégient souvent les placements diversifiés, sur le plan thématique, sectoriel et géographique. De cette manière, ils protègent le capital des investisseurs des éventuels « mauvais choix ».

Comme l’a indiqué Corum :

Notre stratégie est de diversifier, sur plusieurs thématiques, et dans plusieurs pays plutôt que se cantonner dans un seul secteur à risque, comme l’hôtellerie, le commerce, ou la santé.

D’autre part, la politique de diversification interdit d’exclure certains actifs en particulier. Ainsi, les sociétés de gestion restent vigilantes et ouvertes aux opportunités. Elles pourront alors saisir les meilleures occasions sur le marché dès la fin de la crise.

Diverses mesures en faveur des clients

Les observateurs prévoient une baisse de rendement des SCPI suite à l’épidémie de Covid-19. Cependant, les gestionnaires mettent en œuvre différentes mesures pour limiter au maximum l’impact de la crise sanitaire sur leurs produits et leurs clients.

Dans cette optique, ils s’efforcent notamment de mieux connaître la situation des locataires pour leur proposer des formes de paiement adaptées.

Le groupe Perial, par exemple, a récemment évalué le risque de solvabilité pour ses différents supports d’investissement. Cet indicateur permet d’estimer les risques d’impayés sur les différentes SCPI détenues par la société de gestion.

Sur ses trois produits, PFO2, PF Grand Paris et PFO, les risques de défaut de paiement sont assez faibles, respectivement pour 83 %, 82 % et 73 % des locataires. La première SCPI est principalement constituée de bureaux. La seconde est aussi formée majoritairement par ce type de bien. Enfin, la troisième est plus diversifiée et renferme des commerces ainsi que des hôtels.

Certaines sociétés telles que Sogenial Immobilier ont décidé de réduire leurs frais de gestion pour soutenir les entreprises bénéficiant des mesures gouvernementales. D’autres comme Foncia Pierre Gestion ont préféré limiter les dividendes pour amoindrir les effets des encaissements sur les locataires.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos