jeudi18août
Jeune homme et femme d'une famille vérifiant les dépenses du budget du ménage à l'aide d'une application mobile pour smartphone sur fond de maison.

Selon une étude publiée par l'Observatoire de l'Epargne Européenne (OEE), le contexte inflationniste que connaît actuellement la France et toute l’Europe depuis le début de l’année, semble avoir fortement impacté les Français et leur précieux bas de laine.

Selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), en juillet 2022 les prix à la consommation ont augmenté de 0,3% sur un mois et de 6,1% par rapport à l’an passé. L'Observatoire de l'Epargne Européenne (OEE) fait quasiment le même constat au niveau européen. Selon une étude de l’organisme publiée jeudi 11 août, l’inflation annuelle atteint 7,5% en moyenne sur le continent.

Cette flambée des prix est la conséquence d’une part de l'envolée des prix de l’énergie, mais également de ceux de l’alimentation. Résultat : le pouvoir d'achat est en nette baisse, et ce malgré plusieurs mesures pour tenter de limiter l’inflation.

Découvrez notre PER

Les Français épargnent en moyenne 16,5% de leurs revenus

Cette baisse de pouvoir d'achat s’est traduite par une diminution de la capacité d'épargne des ménages . D’après l'OEE, « les taux d'épargne des ménages en rythme annualisé a baissé pour le quatrième trimestre consécutif dans tous les pays sous revue ». Au premier trimestre 2022, on constate une baisse moyenne de 1,6% (contre 1,4% par rapport au dernier trimestre 2021).

Toujours selon l’étude, les Allemands seraient plus économes que les Français. Quand les premiers consacrent en moyenne 21,5% de leurs revenus à leur épargne, les seconds placeraient environ 16,5% de leurs revenus.

Bien que les Français semblent épargner moins que certains voisins, ils sont en revanche plus nombreux à recourir au crédit conso . Selon l’étude, si les encours des crédits ont progressé en moyenne de 1% par rapport à l’an passé à l’échelle européenne, c’est en France que la croissance annuelle est la plus forte. Elle atteint une hausse moyenne de 2,4%.

Le patrimoine financier baisse de 2% en moyenne

La valeur du patrimoine financier des ménages européens - autrement dit les actifs comme les livrets d'épargne, assurance vie, actions, SCPI, PER - a baissé de 2% en moyenne au premier trimestre 2022 dans l’ensemble des pays analysés.

Cette diminution est le résultat combiné des effets de valorisations négatifs sur les classes d'actifs de fonds propres, notamment les actions cotées en bourse (-4,4% en moyenne) et de la chute des nouveaux flux d'investissement. Pourtant, elle a été contrebalancée en partie par des investissements plus importants dans des supports plus risqués (actions ou unités de compte en assurance vie).

Enfin, selon l’OEE, « les portefeuilles d'assurance vie ont été davantage impactés par les baisses des marchés financiers que les portefeuilles investis en fonds de pension ». Au Royaume-Uni, en Italie et en France, l'encours positif en assurance vie n'a pas suffi à compenser les diminutions de valorisation qui atteignent -3,6% en moyenne (pour l'assurance vie et les fonds de pension).

Découvrez notre PER

A découvrir également

  • Image actualite 1
    Epargne retraite : quel est le montant maximum déductible de votre revenu imposable ?
    21/09/2022
  • Image actualite 2
    Impôts : le plan d'épargne retraite peut vous faire économiser de l’argent
    15/09/2022
  • Image actualite 3
    Zoom sur la fiscalité des versements depuis l’étranger sur un plan épargne retraite
    8/09/2022
  • Image actualite 4
    Epargne : attention aux propositions de rendements battant l’inflation
    31/08/2022

Archives

Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt