Couple de personnes âgées utilisant un distributeur automatique de billets dans la rue

    Dans la grande famille du plan d’épargne retraite individuel (PER), deux instruments principaux se distinguent : le PER assurantiel et le PER bancaire. Bien qu’ils partagent l’objectif commun de préparer la retraite, les disparités structurelles entre ces deux produits créent un panorama financier distinct. Focus sur les similitudes, mais surtout les nuances, qui influent sur les choix des épargnants.

    Des caractéristiques communes

    Le PER, qu’il soit assurantiel ou bancaire, s’inscrit comme un véhicule financier dédié à l’épargne retraite. Ces plans partagent des traits communs essentiels, faisant d’eux des options attractives pour ceux qui anticipent leurs besoins financiers à l’âge d’or.

    Déductibilité des versements et diversité d’investissements

    L’atout fiscal des contributions déductibles, dans les limites légales, s’accompagne de l’accès à une palette variée d’Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPCVM), ou unités de compte pour le PER assurantiel, conférant une souplesse appréciable.

    Blocage temporaire et options à la retraite

    Bien que l’épargne soit bloquée temporairement jusqu’à la retraite, des dérogations existent en cas de circonstances exceptionnelles ou pour l’acquisition d’une résidence principale.

    À la retraite, le choix entre le versement en capital, une rente viagère, ou une combinaison des deux, offre une flexibilité appréciable.

    Préparez votre retraite avec le PER !

    Les subtilités qui font la différence

    Au-delà des ressemblances, les différences notables entre le PER assurantiel et le PER bancaire influent sur la gestion financière et les avantages en matière de succession, ajoutant une dimension stratégique aux décisions patrimoniales.

    Sécurisation de l’épargne

    ImportantLe PER assurantiel, géré par un assureur, se démarque par son fonds en euros assurant la sécurité des montants placés. À mesure que l’âge de liquidation approche, l’épargne est graduellement réorientée vers des fonds en euros, réputés sans risques à long terme.

    En revanche, le PER bancaire, sans fonds en euros, propose une sécurisation non garantie, opérée par un investissement progressif sur des fonds plus sûrs comme les fonds obligataires ou monétaires.

    Transmission du patrimoine

    En matière de succession, le PER assurantiel offre une stratégie avantageuse. La liberté de désigner des bénéficiaires assure une exonération des droits de succession jusqu’à 152 500 euros par bénéficiaire en cas de décès avant 70 ans. Au-delà, une exonération de 30 500 euros s’applique pour l’ensemble des bénéficiaires.

    Cependant, le PER bancaire, moins favorable en cas de décès, intègre les sommes dans la succession, engendrant des implications fiscales potentiellement plus complexes.

    A retenir
    • Le plan d’épargne retraite individuel (PER) se décline en deux catégories distinctes : le PER assurantiel et le PER bancaire.
    • Bien que leur objectif commun soit la préparation à la retraite, ces produits se distinguent par leurs caractéristiques structurelles.
    • Le choix entre le PER assurantiel et le PER bancaire prend une importance stratégique dans la planification financière individuelle.
    • Décrypter ces subtilités permet aux investisseurs de naviguer judicieusement dans le paysage complexe du PER.
    Découvrez le PER de Meilleurtaux Placement
    Logo redacteur

    Écrit par
    La rédaction Meilleurtaux Placement

    Ça peut vous intéresser

    Archives