mardi03août

Très beau rebond de l'ensemble des places financières enregistré hier. Le CAC a ouvert le mois d'août " en fanfare " flambant de quasiment 3%, au dessus de seuil des 3750 points, un niveau qui n'avait pas été atteint depuis le mois de mai. L'indice a été porté par de bons indicateurs qui mesurent l'activité manufacturière au sein de l'euro zone et des Etats-Unis. Les bons résultats semestriels des grands groupes industriels et notamment du compartiment bancaire, ont également soutenu la tendance

>

Hsbc et bnp embrase les places boursiers

Les performances de HSBC et de BNP ont embrasé les places boursières grâce à des résultats largement supérieurs aux prévisions. La première banque française voit ainsi son résultat net atteindre 2,1 milliards d'euros pour le deuxième trimestre 2010 et a divisé par deux son coût du risque. C'est Fortis qui se révèle être la pièce maîtresse et lui permet de réaliser une croissance vigoureuse et d'afficher des perspectives solides. HSBC quant à elle double ses profits avec un bénéfice net qui s'élève à 6,76 milliards grâce à l'Asie et renoue avec les bénéfices en Amérique du Nord. L'optimisme est donc de mise sur les valeurs bancaires.

Retour a la confiance sur les bancaires

Les bonnes performances des mastodontes européens témoignent selon les Echos d'un retour de la confiance des investisseurs dans le secteur bancaire. Pourquoi une telle confiance ? On a d'abord eu les stress tests, mais c'est surtout l'assouplissement des réglementations de Bale 3 et les bons résultats qui ont embrasé le compartiment bancaire

L industrie en profite egalement

Selon le Figaro, les grands groupes industriels sortent renforcés de la crise. Avec pour en témoigner une interview du PDG d'air Liquide qui a publié hier un chiffre d'affaires et des bénéfices en nette progression, grâce aux pays émergents.

Recul en chine ?

Les pessimistes qui agitent le chiffon rouge du " double dip " se tournent vers la Chine. Pour soutenir cette thèse, les investisseurs évoquent le recul des indices qui évaluent l'activité manufacturière observée en Chine. Par ailleurs, le ralentissement de l'économie chinoise est le résultat de la politique menée par Pékin qui tente d'éviter la surchauffe de l'économie, et notamment de l'immobilier. Par contre, s'il est un secteur qui ne connaît pas la récession en Chine, c'est bien le nombre de voitures en circulation. Sur le mois de juillet, les ventes ont encore augmenté de 15%.

Flambee des matieres premieres...

Les matières premières flambent, poussées par une augmentation de la demande chinoise et russe. A l'image de l'envol du prix du blé. La tonne à Paris est au plus haut depuis deux ans, et que c'est la progression la plus fulgurante qui a été observée depuis les années 70.

Et volatilite accrue

Outre la flambée du blé, on s'inquiète de la volatilité des cours du cacao, du café et de l'orange, et en particulier du lait qui déstabilise les producteurs. En coulisse les acteurs de la filière laitière se déchirent. Les producteurs accusent les industriels de ne pas respecter un accord signé en juin qui prévoyait une hausse de 10% du lait. Les industriels pointent la concurrence avec l'Allemagne, où le prix du lait est substantiellement plus bas.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M IMMOBILIER Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos