vendredi03juin

Dommage qu'il faille attendre un an pour les élections. Un an de plus sans réforme, un an où les caisses de l'État vont se vider à grande vitesse avec des cadeaux préélectoraux, un an d'ambiance délétère et un an de débats sans fin et de promesses inutiles. Le gouvernement se noie dans une France inondée, l'opposition ne sait toujours pas nager et les Français sont en apnée.

>

Ouf

Les photos de la Seine triomphante ont remplacé à la une des journaux internationaux les photos des casseurs. C'est déjà ça. La météo a un avantage: elle décourage les manifestants, fait courir dans leurs maisons au sec les Nuit Debout, et éteint les feux allumés par les casseurs. Comme dit notre Président, ça va mieux.

Wait and see

La réunion de la Banque Centrale Européenne a débouché sur ce qui était attendu: rien. La BCE n'a pas déclenché une nouvelle arme nucléaire pour tenter de ranimer l'économie. Elle attend. Les banques Centrales sont comme nous: elles ne comprennent pas vraiment de quoi souffre l'économie mondiale et pourquoi ni la croissance ni l'inflation ne repartent malgré les déluges d'argent gratuit qui inondent la planète (Nous on sait pourquoi mais on leur dit pas).

Réunion intéressante de l'opep

C'était une réunion très importante hier. À plusieurs titres. Tout d'abord c'est une réunion qui a permis de connaître pour la première fois la stratégie de la nouvelle équipe dirigeante en Arabie Saoudite. Nouveau ministre du Pétrole pour la première fois depuis 20 ans, un ministre aux ordres de celui qu'on appelle MBS, le jeune prince héritier Mohamed ben Salmane, le nouvel homme fort de Ryad. Cette nouvelle équipe veut créer l'économie de demain de l'Arabie Saoudite, une économie post pétrole, mais elle a montré qu'elle tenait tout de même à arrêter l'effondrement des cours du pétrole.

Une absence de décision qui est une décision

Les Saoudiens ont déclaré qu'ils ne souhaitaient pas inonder le marché, qu'ils n'augmenteraient pas leur production malgré la hausse des cours, et même qu'ils étaient satisfaits de la remontée des cours. Ils ont de fait fixé, comme une banque centrale, des bornes de variation sur le pétrole. À 30 dollars, ils ont sifflé la fin de partie, à 50 dollars ils ne veulent pas de gel de la production mais pas d'augmentation de leur production non plus. Ce qui veut dire qu'ils considèrent qu'une fourchette de variation en 30 et 60 dollars les satisferait avec un cours d'équilibre proche des 45 dollars. Ils s'en remettent à l'intérieur de cette fourchette au marché pour fixer les cours.

Préparez-vous

à une déferlante d'investissements saoudiens dans le monde dans les mois qui viennent. Hier le fonds souverain a investi 3.5 milliards de dollars dans UBER valorisé à 62.5 milliards de dollars ce qui en fait la société non cotée la mieux valorisée du monde.

Plus d'état de droit

Il est interdit de critiquer la CGT. Gare à vous si vous le faites. La CGT a arraché le compteur d'électricité de la résidence secondaire de Gattaz pour lui couper l'électricité et a bloqué l'accès de l'entreprise de Gattaz. Aucune réaction de l'État. C'est permis.

Les chinois veulent nous manger

Le groupe chinois Jin Jiang, un groupe public contrôlé par la Mairie de Shanghai, détient déjà 15% d'Accor mais ça ne lui suffit pas. Ils veulent aussi racheter les 11% détenus par Colony Capital et Eurazeo. Ils veulent en fait contrôler Accor sans lancer d'OPA. Détente.

On s'en fout ?

Maïtena Biraben quitte le Grand Journal, les taux d'emprunt immobiliers sont à nouveau en baisse, le nombre de divorces diminue, Orange Bank pique le patron de BforBank, la Pâtisserie des Rêves est en redressement judiciaire, Raul Castro a 85 ans aujourd'hui et ne veut pas lâcher.

Du côté des marchés

Petite faiblesse du pétrole suite à la réunion de l'OPEP, les indices américains se rapprochent de leurs records historiques, les monnaies font du surplace et Paris va repasser au-dessus de 4500 points. RAS.

Ce soir c'est votre argent exceptionnel

On rejoue la semaine avec Christopher Dembik de Saxobanque, Nathalie Pelras de KBL Richelieu, Louis de Montalembert de Pleiade et Pauline Tattevin. Le patron de la semaine est le Roi de l'étiquette électronique, patron de SES Imagotag, pépite cotée à Paris. Ça va être chaud bouillant !Horaires: Ce soir 19h00, 8h00 le samedi, 7h00 le dimanche

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos