lundi20juin

Rebond ce matin des marchés sur des sondages moins favorables au Brexit. Et on va fluctuer comme ça jusqu'à vendredi matin au gré de sondages dont on sait pourtant pertinemment qu'ils sont totalement faux. Il faudra attendre les résultats pour savoir si la Grande-Bretagne sortira ou pas de l'Union Européenne.

>

Une campagne aberrante

Et encore, même si elle décide de sortir, on sait que le process pourra durer jusqu'à 3 à 4 ans , voire plus.Cette campagne qui s'achève a été étrange, très étrange. Voire dramatique avec l'assassinat de la députée travailliste. Mais ce qui m'a frappé c'est l'immense hypocrisie, une fois de plus, de la classe politique. Aussi longtemps que remontent mes souvenirs, j'ai toujours entendu les gouvernements Anglais successifs taper sur l'Union Européenne. Il fallait, pour être populaire en Grande-Bretagne, dire que l'Europe était une plaie.

La grande-bretagne n'est pas dans l'union européenne

Cela a d'ailleurs permis à la Grande-Bretagne de ne jamais vraiment faire partie de l'Union Européenne. Elle a un statut, rappelons-le, totalement unique. Et si le Brexit est rejeté, grâce aux concessions qu'elle a obtenues encore, elle aura tous les avantages du Brexit sans en avoir les inconvénients. Je comprends dès lors que les Anglais soient troublés quand ils voient par exemple un David Cameron qui, comme les autres, a accusé l'Europe de tous les maux devenir le champion du camp du Remain.

À eux de choisir

Est-ce que l'on peut quand même souhaiter un Brexit? C'est aux Anglais de décider. Mais que ce soient les politiques ou que ce soit la presse, ils ont joué avec le feu pendant des années. Quand je vois The Economist, un journal que je lis et que j'apprécie depuis longtemps, supplier les Anglais de voter pour l'Europe alors qu'il n'y a pas une semaine où ils n'ont pas fait un article antieuropéen européen je me dis que l'on marche un peu sur la tête. Si le Brexit devait gagner, ce serait probablement une énorme secousse pendant des mois, mais l'establishment anglais n'aura qu'à s'en prendre à lui-même.

L'espoir du jour

Ne mentez pas. Vous y avez pensé aussi. Vous avez eu un secret espoir. Vous vous êtes dit comme moi que si Hollande acceptait des primaires à gauche, c'est qu'il ne prévoyait pas de se présenter...On peut toujours rêver.

La bonne nouvelle du jour

On va peut-être récupérer 2,2 milliards d'euros... L'Affaire Kerviel rebondit. L'avocat général a indiqué, devant la Cour d'appel de Versailles, a indiqué que les défaillances de contrôle de la banque étaient telle qu'elles pourraient être assimilées à une faute intentionnelle. Et si c'était le cas, la déduction d'impôts dont avait bénéficié la Société Générale serait annulée.

Le fossé avec l'europe du nord

Chaque jour apporte l'illustration du fossé qui existe entre la France et l'Europe du Nord. Et notamment en matière de consensus social. Nouvel exemple: l'incompréhension voire la colère des pilotes et des salariés de KLM vis-à-vis de leurs collègues d'Air France. Comme nous, ils ne comprennent pas que ceux qui ont le plus d'avantages sont ceux qui bloquent le plus la situation. Rappelons qu'Air France et KLM font partie de la même compagnie...

On s'en fout ?

Avec toutes ces primaires, on va avoir des dizaines de candidats qui vont se présenter juste pour exister médiatiquement, Martinez le Stalinien a dit non à l'appel de Valls de suspendre les manifestations, l'internet est suspendu en Algérie jusqu'à la fin des épreuves du Bac du fait des fraudes par réseaux sociaux, Hidalgo ne veut pas des livraisons d'Amazon en une heure, les trois séries les plus regardées dans le monde sont Les Experts, Big Bang Theory et Amour, Gloire et Beauté, Fun Radio aurait truandé les mesures d'audience et est attaquée par ses concurrentes, Kerviel a touché 40,000 euros de droits sur le film "l'outsider".

Si vous voulez passer un bon moment

Regardez en replay l'interview de Jean François Rial, le fondateur de Voyageurs du Monde. Une belle joute verbale sur l'entreprise citoyenne, le tourisme responsable, l'économie et la géopolitique.

La ruée vers les junk bonds

Les investisseurs se battent pour trouver du rendement à l'heure des taux négatifs. Le dernier investissement à la mode: les high yield ou junk bonds, ces obligations d'entreprises de catégories inférieures, et donc à rendements plus élevés. Le problème c'est que cette ruée provoque une baisse des rendements de ces emprunts et donc une prime de risque qui ne couvre plus vraiment le risque potentiel. Aux abris.

Une idée pour la france ?

Pour sortir de la crise, le gouvernement brésilien envisage une mesure radicale: un gel du budget de l'État pour 20 ans. Double avantage: assainir les finances publiques mais aussi donner un cadre stable sur une longue durée. Et si on faisait pareil?

Le pragmatisme chinois

Si le Venezuela tient financièrement et n'a pas fait encore défaut, c'est grâce aux prêts de la Chine. Mais la Chine n'est pas folle...Avant d'accorder de nouveaux prêts au Venezuela, elle a contacté l'opposition à Maduro pour s'assurer qu'en cas de chute du gouvernement, l'opposition rembourserait quand même les prêts faits à son ennemi.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos