mardi31mai

En France, on doit suivre deux météos. Celle qui nous permet de savoir qu'on va être trempés tous les jours parce que c'est le printemps sauf si on se planque sous sa couette. Et la météo des grèves, devenue incontournable. Celle qui vous permet de savoir quand vous ne pouvez plus rouler en voiture faute d'essence, en métro, en train, et bientôt en avion faute de contrôleurs aériens.

>

La cgt et la pluie

sont les deux plaies qui frappent la France en ce moment. ET elles sont toutes les deux aussi déprimantes. Heureusement la CGT devrait bientôt arrêter de nuire, momentanément, à la veille de l'Euro et jusqu'à la rentrée de septembre, car elle est en train d'obtenir des concessions majeures de la part du gouvernement dans toutes les entreprises qui sont ses bastions. Quant à la pluie, pour l'instant, les prévisions sont incertaines.

Le costard de macron

va lui coller à la peau. Un peu comme la Rolex de Sarko. Pauvre Macron et ses costards de banquier d'affaires (costume Lagonda à 1200 euros) qui ne sont vraiment pas pratiques pour faire du porte-à-porte pour connaître les aspirations profondes des Français (que c'est moderne). Courage Emmanuel, c'est le métier qui rentre...

On s'en fout

ERDF(filiale d'EDF de distribution d'électricité) va s'appeler Enedis, la bouffe dans les avions va être chinoise (Air France leur vend Servair), le tourisme explose en Espagne (11.3% en Avril) car c'est un des rares pays ensoleillés où on peut encore aller, Jean-Marc Ayrault est notre ministre des Affaires Étrangères (il faut le rappeler de temps en temps), un premier bus 100% électrique RATP entre en service.

Et la chine ?

Plus personne n'en parle. Alors que c'était le sujet de préoccupation numéro un de ce début d'année ex æquo avec l'effondrement du pétrole. Il y a encore quelques semaines nous respirions ou arrêtions de respirer au rythme des indicateurs économiques chinois ou de la variation de la monnaie. Avec deux craintes majeures : un dérapage incontrôlé de l'économie chinoise et surtout une dévaluation du yuan qui devait déstabiliser les marchés. Et aujourd'hui c'est comme si la Chine avait totalement disparu des radars et même des cartes.

La chine ne va pas mieux

Le gouvernement chinois a repris un peu le contrôle du ralentissement de l'économie mais l'économie n'est pas vaillante. On n'est plus en chute libre, si on regarde les chiffres faux que les Chinois nous communiquent, mais ce n'est pas la reprise. Mais le plus étonnant c'est que du côté du Yuan, non seulement ça ne va pas mieux, mais la baisse s'accélère. Sans faire de bruit, discrètement, la Banque centrale chinoise décale régulièrement la barrière de variation du yuan à la baisse. Elle l'a encore fait la semaine passée avec des niveaux records à la baisse qu'on n'avait pas vus depuis 2011. La Chine s'est donc relancée dans la guerre des changes avec une dévaluation compétitive progressive.

Le zapping des marchés

Pourquoi cette absence de réaction sur la Chine ? Même sur les marchés, nous sommes à l'heure du zapping. Des nouvelles font la une de l'actualité quelques jours et l'on passe à autre chose. Les investisseurs cherchent plutôt toutes les nouvelles qui peuvent les rassurer dans cette période de hausse des marchés et veulent ignorer les autres. La Chine n'est plus à la mode. Mais elle peut le redevenir rapidement. Comptez sur moi pour continuer à vous en parler même si personne n'en parle.

Délit d'initié

Gagner quelques minutes, quelques secondes ou quelques micro ou nanosecondes est devenu l'enjeu du trading sur les marchés. Dans cet esprit, des hedge funds ont embauché des instituts de sondage pour faire des enquêtes à la sortie des urnes en Grande-Bretagne pour pouvoir se positionner avant les autres sur les résultats du Brexit. C'est légal.

C'est noël

La distribution des cadeaux continue. En attendant les gros cadeaux faits à la CGT pour qu'ils daignent nous laisser bosser et regarder l'Euro, Hollande joue les Père Noël. 134 millions d'euros maintenus pour la recherche, 500 millions d'euros pour les enseignants, et bientôt un beau cadeau pour les intermittents du spectacle.

J'adore ce titre du ft

"Trump plans to insult his way to victory over rival Clinton". Voilà la stratégie électorale avec laquelle Trump veut déstabiliser Clinton: l'insulte. Pour commencer, il ne parle jamais d'elle sans dire "Crooked Hillary" ( Malhonnête, véreuse...). Puis il répète qu'elle fournissait des femmes à Bill pour assouvir son appétit sexuel. Et maintenant il prépare une nouvelle liste d'insultes qu'il utilisera dès qu'elle se sera débarrassée de Bernie Sanders. On va avoir une bataille électorale de haut niveau...

Ne travaillez pas

pour Zurich Insurance. Son ancien dirigeant vient de se suicider. 3 ans après son directeur financier.

Faites plaisir à un ami

Inscrivez-le tout de suite, gratuitement, à notre newsletter. C'est simple et rapide. Cliquez ici

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M IMMOBILIER Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos