mercredi30mars

Événement dans le monde des fintechs avec une des plus grosses levées de l'année. La société est connue aux États-Unis. Elle s'appelle Betterment, un "robo-advisor", un robot conseiller en français. Une nouvelle étape de la révolution financière qui agite les États-Unis.

>

Qu'est-ce qu'un robo advisor ?

Les robo-advisor sont des gérants de fonds automatisés. Vous définissez vos objectifs de gestion et votre horizon de temps de placement et le robot va acheter et vendre pour votre compte. Une gestion automatisée low cost par définition et aussi parce qu'elle utilise quasi exclusivement les ETF, ces fonds indiciels low cost . Betterment a vu sa valorisation progresser de 60% en un an, elle a levé 100 millions de dollars sur une valorisation de 700 millions et va rapidement devenir la prochaine licorne des Fintechs. Elle a été créée seulement en 2007. La croissance de cette gestion est extrêmement rapide aux US. Betterment gère 4 milliards de dollars. Et l'ensemble des sociétés du secteur gère moins de 100 milliards de dollars. C'est beaucoup et peu à la fois quand on sait que l'industrie de la gestion aux États-Unis est supérieure à 30,000 milliards de dollars.

Une gestion pour les jeunes générations

Mais d'ici 2025, les études prévoient que cette gestion représentera plus de 20%. Ce qui est intéressant c'est que ce sont les nouvelles générations qui confient leurs économies à ces fintechs, des générations qui s'éloignent de plus en plus de la banque traditionnelle et de la gestion traditionnelle. En France, le secteur des robo-advisors est représenté par une dizaine de start-ups qui progressent certes. Mais la tâche n'est pas simple. Les Français n'ont déjà pas la culture des actions et une grosse partie des fonds gérés sont dans des contrats d'assurance-vie. Ce sont donc probablement à travers des alliances ou des rachats par des assureurs que ces start-ups vont se développer. Les gérants traditionnels ont encore de beaux jours devant eux en France.

Yellen dope avec de la dope

Ouf. Les marchés sont soulagés. Ils sont repartis pour un tour de hausse. La patronne du cartel de Washington a rassuré: elle continuera à arroser le marché avec des liquidités et elle ne remontera pas les taux rapidement. Pas d'inquiétude donc: on peut regonfler quelques bulles tranquillement.

Le dollar sous pression

Ce n'est pas la grande chute, loin de là, mais les perspectives de hausses de taux s'éloignant, le dollar a glissé contre les principales monnaies et notamment l'euro qui est remonté à 1.13. On y verra, peut-être, plus clair après les chiffres du chômage américain.

Dilma dégage

Dilma Rousseff s'est rapprochée un peu plus de la sortie hier. Le Parti centriste qui était dans la coalition gouvernementale a préféré quitter le navire. D'autres petits partis pourraient suivre. De nouvelles procédures de destitution ont été lancées. Elle va encore essayer de tenir, puis elle va chercher à passer le bâton du pouvoir à un autre éléphant de son parti probablement autant impliqué dans les affaires de corruption. Le Brésil n'est pas sorti de l'ornière.

Les molenbeek en france

C'est le ministre de la Ville lui-même qui a déclaré qu'il y avait une centaine de Molenbeek en France. Le pauvre Patrick Kanner a provoqué un tollé dans son parti mais le mot est lâché. Reportage étonnant dans le Figaro sur ce sujet. Notamment sur Aubervilliers. Aux portes de Paris.

La phrase du jour

Interrogé sur le "pirate de l'air" qui a détourné un vol sur Chypre, un officiel égyptien: "Ce n'est pas un terroriste, c'est un idiot".

Comment dit on sandro et maje en chinois?

Finalement le groupe n'entrera pas en Bourse. KKR a vendu SMCP à un géant textile chinois, Shandong Ruyi. Pour 1.3 milliard d'euros.

Leaders d'opinion

toute la presse reprend aujourd'hui le thème que nous avons développé hier sur l'explosion du SMIC en Grande Bretagne. Une vraie révolution. Une vraie leçon de gestion que nous donnent la Grande Bretagne et aussi l'Allemagne.

Le sens des priorités

Une fois de plus, le gouvernement a pris une décision rapide et courageuse pour un sujet d'une urgence absolue en ces temps de terrorisme et de chômage: il lance une inspection générale dans les abattoirs Français.

Les boutiques free

Selon Europe 1, c'est Free qui reprendrait les 550 boutiques de Bouygues Telecom alors que Free n'en a que 50 pour l'instant. Et les 2000 personnes qui vont avec, alors que Free n'a que 6000 employés...Un gros sacrifice pour Free qui veut voir ce deal aboutir au plus vite. Comme tous les opérateurs...

VOILA C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos