La mise en place du revenu universel, proposition phare du candidat socialiste Benoît Hamon, pourrait coûter 349 milliards d'euros, selon l'institut Montaigne. Et qui va payer d'après vous ?

>

349 milliards

C'est le montant que le Think Tank a calculé en additionnant la majoration du RSA, socle à 600 euros par mois, son versement à tous les jeunes de 18 à 25 ans, puis dans un deuxième temps l'instauration de ce revenu de 600 euros à l'ensemble de la population gagnant moins de 2000 euros, et enfin le relèvement du revenu universel à 750 euros. Mais l'Institut Montaigne a également pris en compte dans son calcul les recettes du projet Hamon.

Qui va payer ?

C'est vous qui payeriez... Car pour financer son projet, Hamon prévoit des coupes dans la protection sociale (suppression du RSA, de l'allocation spécifique de solidarité, de la prime d'activité, des allocations logement, et des prestations familiales) et une réforme de la fiscalité (individualisation de l'impôt sur le revenu, suppression du quotient familial, suppression des niches fiscales). Mais tout ça ne rapporterait que entre 41 et 159 milliards d'euros. Il resterait entre 305 et 424 milliards d'euros à trouver.

Pains de campagne

Les candidats à la présidentielle (sauf Le Pen et Mélenchon), planchent ce mardi devant la Mutualité française pour présenter leurs propositions sur la santé; Fillon et Macron sont au coude à coude dans les intentions de vote pour le premier tour... pour aller contre Le Pen au second tour ; Le Pen a déclaré que Bachar al Assad est " la seule solution viable " pour empêcher l'État islamique de prendre le pouvoir en Syrie (no comment...).

La phrase du jour

Jean-Marc Ayrault annonce qu'il ne briguera plus de mandat. Il doit être fatigué par ses nombreuses actions en tant que Premier Ministre et ministre des Affaires étrangères. " J'estime que c'est ma responsabilité de transmettre à d'autres générations ". Surtout qu'il ne se sente pas obligé...

Encore la grèce

La Grèce fait encore parler d'elle... La péninsule aurait passé un accord avec ses créanciers sur son plan de sauvetage. En d'autres termes, c'est reparti pour un versement de fonds en contrepartie d'une cure d'austérité. Le Fond monétaire international a salué les concessions faites par la Grèce mais prévient que " davantage de progrès " restait nécessaire.

Enfin le décollage ?

Du mieux dans le ciel d'Air France-KLM ? Les pilotes d'Air France ont voté à 58,1% en faveur de la création d'une filiale à bas coûts. Le principe du projet Boost est acté mais le oui définitif interviendra quand les conditions de travail et de salaire seront conformes aux attentes des pilotes. Bref, ce n'est pas de sitôt qu'Air France-KLM va combler l'immense trou d'air entre lui et ses concurrents.

Le blues des dividendes

Pour la deuxième année de suite, les dividendes distribués dans le monde ont stagné, selon une étude d'Henderson Global Investors. En cause, le ralentissement aux États-Unis, gros payeur de coupons et la baisse de la livre sterling suite au Brexit. En France, au contraire, les entreprises soignent ses actionnaires avec des dividendes qui ont progressé de 12%. Les banques françaises ont été généreuses, avec une hausse de 50% de leurs dividendes en moyenne.

Drahi : le rêveur américain

S'il y en a un qui croit au rêve américain, c'est Patrick Drahi. Le propriétaire de SFR a implanté son groupe Altice outre-Atlantique il y a 18 mois pour y acheter deux câblo-opérateurs pour 24 milliards de dollars. Jamais un français n'avait réalisé un investissement aussi important aux Etats-Unis. Et ce n'est pas fini puisqu'il souhaite à terme réaliser 50 % de son chiffre d'affaires outre-atlantique, avec dans ses projets des acquisitions pour reprendre des activités de Verizon et Charter, si les deux géants fusionnent, et une introduction en Bourse aux US pour financer ces acquisitions.

Du côté des marchés

Journée off aux États-Unis, pour cause de journée des présidents. À Paris, séance également plate : -0,05% sur le CAC à 4865 points. L'or s'affiche à 1232 dollars et le pétrole à 54,08 dollars. Côté devises, l'euro repasse à 1,0577 dollar et le dollar/yen à 113,63.

Qu'est ce qu'il nous reste ?

Paris et sa région ont perdu 1,5 million de touristes en 2016, selon les données publiées par le Comité régional du Tourisme. Alors que le nombre de touristes français n'a que légèrement baissé, les étrangers manquent à l'appel : inquiets après les attentats, les touristes chinois, japonais mais aussi européens se sont détournés de la capitale française.

Faites plaisir à un ami

Inscrivez-le tout de suite, gratuitement, à notre newsletter. C'est simple et rapide. Cliquez ici

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M IMMOBILIER Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos