lundi12juillet

Le problème avec une bulle, ce qu'on s'aperçoit de son existence une fois qu'elle a explosé. Mais celle qui enfle en Chine est d'une telle ampleur, qu'il est difficile de passer à coté. En effet, les signes de surchauffe du marché immobilier chinois sont beaucoup plus préoccupants que ceux traversés par les Etats-Unis lors de la fameuse crise des subprimes. A tel point qu'il est temps de tirer la sonnette d'alarme.

    Ainsi, alors que l'inflation a augmenté de 2,8% en avril, les prix de l'immobilier ont littéralement explosé de 12,8% sur la même période. Concrètement, le prix d'un appartement à Pékin a doublé en l'espace d'un an. Et les prix devraient poursuivre leur ascension, jusqu'à 30% selon les analystes. En conséquence, l'accession à la propriété privée est devenue quasiment impossible pour la classe moyenne. A titre d'exemple, il faudrait 30 années de salaires pourl'achat d'un 90 m². Pour être plus précis, le ratio prix sur salaire atteint 8,5 en moyenne pour l'empire du milieu et 14 dans certaines villes côtières tandis qu'il atteignait 8 en Espagne au plus haut de la bulle immobilière. Parallèlement, le poids du secteur de la construction gonfle et représente désormais 12% du PIB tandis qu'il représentait 6,5% lors de l'explosion de la bulle immobilière américaine et 13% en Espagne.

    Cette spéculation effrénée trouve ses racines du coté de la macroéconomie, et plus précisément d'un déséquilibre entre la politique monétaire qui est menée, et le taux de croissance à deux chiffres du pays. Le différentiel pousse à la spéculation et fait enfler une bulle gigantesque dans l'économie réelle. Parallèlement, le gigantesque plan de relance du gouvernement (l'équivalent de 14% du PIB), qui a pris la forme de crédit bancaire, à amplifier le gonflement de la bulle. En effet, les autorités chinoises ont ouvert sans restriction les vannes du crédit. Ce plan de relance, de 4 trillions de yuans (586 milliards de dollars), a été dans une large majorité absorbé par des entreprises publiques, surnommées " les rois de la terre " dans la mesure où elles ont plus facilement accès à ces moyens de financement. Pour preuve, depuis, 2009, la distribution du crédit a explosé, pour atteindre 1800 milliards de yuan. Le marché bancaire est inondé, ce qui fait désormais peser un risque systémique majeur au pays. Conséquence logique, l'inflation, rien qu'en mai a atteint 3,5% et a bondi de 6% pour les prix alimentaires. Les prix à la production ont explosé, de l'ordre de 15% en glissement annuel. Ainsi, le risque que fait peser la bulle immobilière sur le système bancaire chinois est alarmant, à tel point qu'on pourrait lequalifier de subprimes à la chinoise.

    Les autorités sont conscientes des signes de surchauffe et tentent de refroidir le marché en imposant un éventail de mesures. Par exemple, des restrictions aux ventes sur plan sont enoeuvre, l'apport minimum à verser pour l'achat d'un deuxième appartement a été augmenté.Pékin, la capitale, envisage d'imposer l'appartement unique. Le gouvernement a même annoncé l'introduction "progressive" d'une taxe sur les biens immobiliers. Mais les mesures ne sont pas dissuasives. Rien qu'en avril, les nouveaux prêts accordés par les banques ont représenté 774 milliards de yuans (87,7 milliards d'euros).

    L'enjeu est de taille car si la bulle immobilière éclate en Chine, cela affecterait un grand nombre d'industries dépendant du secteur de l'immobilier en plein essor et ferait peser un risque de crise systémique sur le secteur bancaire. Par ailleurs, le pouvoir central ne contrôle pas tout, au point qu'il a perdu la main sur les finances publiques locales. Les régions qui se livrent une bataille sans merci pour créer des infrastructures et attirer les investisseurs, se sont massivement endettées, jusqu'à 30% du PIB pour certaines. Or, l'excès d'endettement privé est une bombe à retardement, la crise des subprimes nous l'a démontré. La chine, dont le trésor de guerre est évalué à 2500 milliards de dollars, risque de voir ces réserves accumulées disparaître en fumée si la bulle immobilière éclate, car elles seront vraisemblablement mobilisées pour faire face à la faillite du système bancaire.

A découvrir également

  • Impôt sur le revenu : serez-vous prélevé en une ou quatre fois par la DGFiP ?
    28/09/2022
  • Derniers jours pour souscrire au FCPI Dividendes Plus 9
    26/09/2022
  • Déclaration de revenus : comment renoncer à la flat tax ?
    23/09/2022
  • Une belle révision du taux du Livret A attendue début 2023
    22/09/2022

Archives

Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt