samedi29novembre

"Quand la Chine s'éveillera, le monde tremblera. " Cette affirmation prophétique, attribuée à Napoléon a été prononcée, il y a près de 300 ans... Et cette année, un tournant majeur pourrait s'opérer. La Chine pourrait ravir la place de première puissance économique aux Etats-Unis. Outre Napoléon, et Alain Pierrefite, qui l'eut cru que ce pays communiste allait mettre fin à 140 ans de domination américaine.

    UNE ÉCONOMIE À LA CROISÉE DES CHEMINS

    Dès 1979, sous l'impulsion de Deng Xiaoping, la Chine s'engagea dans un capitalisme d'État pragmatique, sans renoncer cependant au contrôle de l'économie par le parti. L'élément le plus marquant est l'ouverture aux capitaux et aux technologies étrangères, via la création de zones économiques spéciales. Ces zones à statut spécial accueillent des entreprises étrangères pour faire travailler la main-d'oeuvre dans des conditions très favorables et bénéficier d'une fiscalité très réduite. Un immense marché s'ouvrait, de quoi leur permettre de retrouver la croissance et les profits qui leur faisaient de plus en plus défaut.

    Les investissements étrangers sont vite arrivés, et de plus en plus massivement à partir de la décennie 1990. La Chine s'est imposée comme la destination privilégiée des délocalisations faisant du pays " l'usine du monde. " La part de la Chine dans le commerce mondial passe alors de 3 à 4 % à plus de 11 % actuellement grâce à des salaires aux rabais, à des investissements massifs et à la décision du gouvernement d'arrimer le yuan sur le dollar. Des ingrédients qui ont permis à l'Empire du Milieu de devenir le premier exportateur mondial et ainsi d'entrer dans la cour des grands avec son intégration dans l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2001. Les entreprises chinoises sont désormais des acteurs de premier plan dans de nombreux secteurs (énergie, électronique, ferroviaire, solaire, éolien par exemple). En quelques décennies, la Chine est passé d'une économie planifiée et quasiment autarcique à une économie de marché ouverte sur les marchés mondiaux.

    Tout au long des dix dernières années, le " made in China " a littéralement envahi les rayons du monde entier, ce qui lui a permis de régulièrement dépasser les 10% de croissance sur la période. Reste qu'actuellement des menaces planent sur le rythme de la hausse du PIB chinois. L'économie chinoise est en train à nouveau de ralentir et l'objectif des 7.5% de croissance pour 2014 du gouvernement aura beaucoup de mal à être atteint. Les anticipations des acteurs économiques sont mauvaises. La croissance de la production industrielle est au plus bas depuis six ans (6.8% en rythme annuel), les investissements directs étrangers sont au plus bas depuis quatre ans (en baisse de 17% en rythme annuel), la consommation des ménages poursuit son ralentissement, et pour le quatrième moisconsécutif les prix de l'immobilier sont en baisse tandis que les prix des logements neufs baissent dans 68 des 70 villes suivies par le bureau des statistiques... L'endettement global est passé de 150% du PIB en 2014 à plus de 246% en 2014, soit une explosion de la dette de près de 100% du PIB. Le Géant aurait-il des pieds d'argile ?

    UNE BOURSE BICÉPHALE

    La Chine a deux places boursières, une principale à Shanghai, et une plus petite à Shenzhen. L'indice Shanghai Shenzhen 300 se

    compose des 300 premières entreprises cotées en Chine. Les bourses chinoises sont séparées en un compartiment des actions A (à l'origine réservé aux nationaux) et un compartimentdes actions B (à l'origine réservé aux étrangers et aujourd'hui plus ou moins abandonné des investisseurs). L'État maintient un tel contrôle majorité des sociétés cotées sur ce marché, pour la plupart des leaders de leur secteur, sont également cotées à la Bourse de Hong-Kong.

    Parmi ces entreprises, le secteur financier et bancaire est très présent puisqu'à elles seules, les grandes banques chinoises ont représenté près du tiers du bénéfice dégagé l'année dernière par les 1000 premières banques mondiales avec 292 milliards de dollars. En numéro un mondial, la Banque industrielle et commerciale de Chine (ICBC) a réalisé à elle seule un bénéfice sans égal de 55 milliards de dollars, et conserve sa position de banque la plus solide au monde sur la base de ses fonds propres. Elle est suivie de sa consoeur China Construction Bank. Bank of China et China Citic Bank et Industrial figurent également parmi les plus grandes banques chinoises cotées sur le SSE.

    Outre le secteur financier, le secteur Internet est le symbole des changements des habitudes de consommation des Chinois et aussi la domination sur le plan technologique de la Chine sur d'autres pays tels que les États-Unis. Les Chinois sont devenus au fil des années des adeptes des nouvelles technologies via l'émergence des appareils mobiles dont les Smartphones. Parmi les ténors du net, on peut citer le moteur de recherche Baidu, le Google chinois qui occupe une position dominante sur le marché chinois ou bien Tencent qui a été fondé en novembre 1998, soit la même année qu'un certain... Google. Tencent est la plus grosse plate-forme de réseau social en Chine. La société revendique 720 millions d'utilisateurs de services semblables à MySpace (QZone), Facebook (Pengyou) et Twitter (Weibo). Mais comment ne pas parler d'Alibaba, le géant chinois de l'e-commerce, qui s'est récemment fait son apparition à Wall Street avec une introduction en Bourse record. Il détrône ainsi un autre groupe chinois, AGBank, qui avait levé 22,1 milliards de dollars en 2010 pour entrer en Bourse.

    Le Shanghai Stock Exchange ce n'est pas qu'un indice réduit au secteur bancaire et technologique. On y retrouve bien entendu des géants industriels ou de l'énergie comme la compagnie pétrolière Petrochina qui est la 13eme capitalisation mondiale. Elle intervient dans l'exploration et la production de pétrole et de gaz, dans le raffi nage, le transport et la distribution de produits finis en Chine. Les minières ne sont pas en reste avec Zijin Mining, la principale entreprise aurifère et la troisième de cuivre de Chine ou bien China Shenhua Energy, la plus grande entreprise charbonnière de Chine et du monde.

    Convaincus par les charmes de la Chine ? Vous avez l'embarras du choix pour mettre le géant asiatique dans votre portefeuille. Retrouvez notre sélection ici

    Archives

    Etre rappelé
    par un conseiller
    Nous envoyer
    un message
    Parlons Placement
    Nos solutions
    M VIE Notre gamme
    d’assurance vie
    Plus d'infos
    M SCPI Nos SCPI en direct
    Plus d'infos
    M investissement Nos fonds structurés
    Plus d'infos