lundi04juillet

Je vous invite à prendre un thé. Profiter de la tranquillité de ce 4th of July, une journée sans marchés américains, pour nous poser tranquillement et deviser sur ce Brexit qui, il y a une semaine jour pour jour, provoquait une panique sans précédent sur les marchés. Détendez vous, prenez un petit gâteau, enfoncez-vous dans votre fauteuil et prenons un tout petit peu de recul.

>

Du chaos a la bonne nouvelle

Dire que le résultat du referendum a pris le monde à contre-pied est un euphémisme. La première réaction, vendredi, le week-end qui a suivi et au début de la semaine dernière était claire: le Brexit sonnait la fin de la Grande Bretagne et le début de l'éclatement de l'Union Européenne puis de la zone euro. Changement total d'ambiance mercredi avec un argument qui faisait son chemin: il n'y aura pas de Brexit. Les Britanniques vont devoir revoter, ils "Bregret" leur décision, il va y avoir des élections législatives anticipées suivant d'un deuxième référendum.

La bonne nouvelle donc

Ce week-end, on est même allés un cran plus loin: il y aura Brexit et c'est une bonne nouvelle. C'est Christine Lagarde elle-même qui le dit. Selon elle, la Grande Bretagne a passé son temps à empêcher l'Europe d'avancer en demandant sans cesse des aménagements particuliers et en empêchant toute tentative de fédéralisme. Sans la Grande Bretagne, l'Union Européenne va donc avancer à plus grand pas. Ah bon. Rajoutez à cela ceux qui imaginent que la finance va basculer à Francfort et à Paris et vous comprendrez comment on est passé du chaos à l'optimisme.

Le brexit sur les marches

a suivi exactement la même voie. Effondrement des indices boursiers, effondrement des taux d'intérêt puis rebond puissant des bourses et maintenant une impression étrange de "back to normal". Heureusement qu'il y a le niveau de la livre sterling, toujours au plus bas, pour nous rappeler que nous n'avons pas fait un mauvais rêve. La volatilité a chuté et les investisseurs américains entament aujourd'hui leur saison de vacances d'été en pleine détente.

Les banques centrales a la manoeuvre

C'est l'autre élément de réflexion post Brexit. Les banques centrales n'ont qu'une arme mais elles ont décidé de l'utiliser quitte à en repousser les limites au-delà du raisonnable. La Banque d'Angleterre a envoyé ses Canadair pour inonder les marchés et l'économie anglaise est soutenue par les avions de liquidités de la coalition des banques centrales des pays développés. Tant pis si le résultat est totalement aberrant avec des taux de plus en plus négatifs, tant pis si les marchés ne fonctionnent plus du tout en fonction de l'offre et de la demande. Tant pis si nous dansons sur un nouveau volcan et si ces taux d'intérêt bas sont une prime à la paresse politique comme le prouve le dérapage de la dette en France. Tous heureux car tous shootés.

Vous reprendrez bien une deuxième tasse ?

Il faut tout de même aborder un sujet qui ne fâche d'ailleurs plus tant on s'y est habitués. Mais j'avoue que je trouvais que les politiques anglais étaient mieux que les nôtres. J'ai toujours apprécié l'action de Cameron mais son référendum a été une erreur historique. Boris Johnson s'est totalement dégonflé. Corbyn est la caricature du politique de gauche dogmatique qui ne respecte même pas les règles de la démocratie, Farage ne vaut pas mieux que Le Pen mais ça on le savait et maintenant tous les espoirs sont portés vers Theresa May anti-Européenne mais qui n'a pas fait campagne pour le Brexit...Allez comprendre. Vous reprendrez bien une deuxième tasse?

Bon...rocard

Je suis ennuyé par le sujet.Soit je vais au plus simple: No comment.Soit je fais comme tout le monde: c'était un homme extraordinaire, le père de la social démocratie moderne, l'inspirateur de tous nos grands esprits de Huchon à Macron, l'homme qui aurait pu sauver la France.Soit je dis ce que je pense et ce ne serait pas politiquement correct même si j'ai pu apprécier à certains moments les idées de l'homme.Donc je ne dis rien.Sauf pour Elie Wiesel: RIP.

Il vous reste quelques heures

pour déposer votre offre pour racheter l'aéroport de Nice ou celui de Lyon. Magnez-vous. Les guichets ferment à midi. 7 candidats en compétition selon les Échos.

Les bleus rencontrent l'allemagne

jeudi soir. Je dis ça, je dis rien.

On s'en fout ?

Valls va en Corse et va se faire huer et se prendre des fromages corses sur la tête, l'université d'été du PS va être annulée à cause, je cite, "des risques de violences" (trop courageux), révélation dans le livre "votre plaisir vous appartient": 82% des Françaises adoptent la pénétration vaginale alors qu'elles ne sont que 26% à en jouir, si vous cherchez un viager achetez l'appartement d'Elisabeth Collot, 113 ans, nouvelle doyenne Française,dans son jus (l'appart' pas Elisabeth), Revoyez "Voyage au Bout de l'enfer".

Le printemps du golfe

La baisse du cours du pétrole a obligé les pays du Golfe à sortir de leur somnolence économique structurelle: ils commencent à emprunter sur les marchés, ils envisagent des méga introductions en Bourse, et maintenant ils fusionnent leurs banques comme Abu Dhabi avec la National Bank et la First Gulf Bank qui deviendront un groupe leader de la région avec une capitalisation de 29 milliards de dollars. Si ça continue, ils pourraient même acheter des voitures avec des couleurs normales et laisser leurs femmes conduire...Non, je plaisante.

C'est beau d'être connu

Même quand on se plante, si on s'appelle Jay-Z, c'est moins compliqué. Son service de streaming, Tidal, est un bide. Mais Apple veut rester pote avec Jay-Z, sa bande et surtout Beyoncé et devrait donc racheter Tidal.

VOILA C'EST TOUT
BONNE JOURNEE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos