jeudi30juin

Vous avez cru au Brexit ? Vous avez vraiment cru que la Grande-Bretagne allait sortir de l'Union Européenne? Mais non!, vous disent les marchés, c'était une blague! C'était juste pour vous faire peur et pour permettre à des fonds spéculatifs de tout acheter au plus bas!...Les investisseurs font du déni de réalité,un peu comme avant le référendum,ou ils sont persuadés qu'il y aura un 2éme référendum

>

Du côté des marchés

C'est presque l'euphorie. En deux jours, les indices boursiers ont compensé une partie de leur baisse avec des performances de 4 à 5%. Le CAC a retrouvé, avec émotion, les 4200 points, la livre sterling les 1.35 dollar et le Dow Jones est à moins de 2% de son niveau pré-référendum. Y-a-t-il eu une annulation du referendum ou une nouvelle positive qui vous a échappé? Non. C'est juste que les marchés sont persuadés qu'il y aura un deuxième référendum ou que le Brexit ne sera pas un vrai Brexit et que rien ne changera. Soit ils sont totalement aveugles, soit ils sont génialement visionnaires.

Casse toi pauv'con

Il faut absolument que vous voyiez les images de David Cameron au Parlement dire, face à face, à Jeremy Corbyn: " I would say : for heaven's sake, man, go!". Il faut dire que le donneur de leçons travailliste a une étrange conception de la démocratie : rejeté à une large majorité par les députés de son parti, il refuse de démissionner.

Le brexit et les émergents

Quel est le rapport entre le Brexit et le peso mexicain ? Ne cherchez pas de raison économique ou géopolitique. Il n'y en a pas. Et pourtant les monnaies émergentes, et en particulier le peso mexicain, ont suivi fidèlement la livre sterling dans sa chute post referendum et dans son rebond des deux dernières séances. Le seul lien bien sûr c'est le dollar. La panique du Brexit a provoqué une envolée du dollar, redevenu valeur refuge. D'où un pression forte sur les monnaies émergentes. Et également un exode des actifs dits à risque et les pays émergents sont considérés, à juste titre, comme des actifs à risque.

La chine en profite

Flashback en début d'année. Cela paraît aujourd'hui très loin mais rappelez-vous qu'en Janvier on paniquait à cause de l'économie chinoise et qu'on craignait une dévaluation mortelle pour les marchés. En fait, sans bruit, lentement mais sûrement, cette dévaluation se produit. À la Chinoise. Sans que personne s'en aperçoive ou presque. Le yuan est quasiment au plus bas depuis 5 ans. Le Brexit n'a pas arrangé les choses puisque le yuan a perdu 1.2% depuis le référendum. Ce matin, la Banque centrale a quand même dû intervenir pour freiner la chute de sa monnaie. Le rêve de la Chine serait de pouvoir dévaluer d'un coup de 15% le yuan pour relancer le moteur en panne de ses exportations mais elle sait que tout le monde l'observe, surtout les États-Unis, le Japon et les pays d'Asie du Sud Est, qui ne veulent pas d'une manipulation des cours de change, d'une dévaluation dite compétitive. Alors elle est obligée de jouer la comédie en intervenant un peu mais pas trop. La baisse du yuan, tant qu'elle ne provoque pas une panique des marchés, est une aubaine pour la Chine.

On s'en fout?

C'est le dernier jour pour faire le plein de sacs plastiques interdits dès demain, les Chinois n'arrêtent pas d'acheter des terres agricoles en France pour garantir leur approvisionnement, Bernadette aime toujours Sarko et le soutient, les ventes de glaces ont chuté de 30% par rapport à l'année dernière à cause de la météo (j'irai faire un tour chez Bertillon uniquement pour soutenir la filière)

Read my lips, no more taxes

C'était en 1988. George Bush prononçait cette phrase qui lui a, en partie, couté sa réélection. Hollande l'a reprise à son compte. Et a fait comme Bush, il a tout de même augmenté les taxes et créé une nouvelle taxe immobilière de 600 millions pour les propriétaires. Pour donner le change, il promet ce matin dans les Échos qu'on rasera gratis en 2017 avec des formidables baisses d'impôts pour tout le monde. Des promesses qui n'engagent que ceux qui les écoutent.

Recalées

La Banque centrale américaine a publié le résultat du Bac Stress Test des banques américaines et deux banques ont été recalées: Deutsche Bank et Santander. Une banque a l'oral de rattrapage: Morgan Stanley. Plus facile d'avoir son bac en France que de réussir un stress test aux États-Unis.

Alerte !!!

Heureusement qu'il y a la Cour des Comptes. Mais dommage qu'elle n'ait aucun pouvoir. Même de sanction. C'est finalement le seul organe qui dénonce de façon objectif la gabegie de l'État. Une fois de plus, elle démontre que nous n'atteindrons pas l'objectif d'un déficit à 3% du PIB car le gouvernement distribue des cadeaux à ses électeurs sans les financier totalement.

Le ttso de la semaine

"30 second MBA : Micro-intuitions, macro-bourdes" S'en remettre à l'intuition est une bonne idée quand il s'agit de prendre une décision sur des (micro) problèmes/situations déjà rencontrés à de multiples reprises. Ce que votre instinct vous dicte est le résultat de l'expérience et des succès passés. Go with your guts ! Le problème, c'est que les grosses (macro) décisions sont, par définition, rares, et parce qu'elles sont rares, vous n'avez rien rencontré de comparable qui pourrait guider votre jugement. L'analyse rigoureuse est la seule solution. N'oubliez pas de vous abonner à TTSO, l'excellente newsletter du soir.

Man against the machine

Tous les investisseurs ou presque se sont plantés sur le Brexit. Ils n'y croyaient pas et se sont pris le mur. Le Wall Street Journal explique que seuls certains modèles de trading informatiques ont affiché des belles performances car les systèmes ne se soucient pas des sondages... Qu'est-ce qu'il va nous rester quand l'Intelligence Artificielle aura envahi tous les secteurs?

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos