des mains avec des objets pour les affaires au bureau

    La dynamique actuelle des taux élevés offre des opportunités inédites aux épargnants, transformant des supports autrefois négligés en de véritables alternatives lucratives. En France, où l’épargne atteint des sommets, les récents débats sur la réforme des retraites ont accentué l’intérêt pour la constitution d’une retraite complémentaire par capitalisation. Découvrez dans cet article les stratégies clés pour tirer profit de ces évolutions tout en maîtrisant les risques.

    Portrait de l’épargne en France

    La montée constante des taux d’intérêt ouvre de nouvelles perspectives d’investissement dans le PER et l’assurance-vie. Les fonds obligataires, autrefois en retrait, se positionnent désormais en alternatives attrayantes, conciliant rendements conséquents et risques maîtrisés.

    Pour optimiser ces opportunités, les conseillers en gestion du patrimoine préconisent une diversification judicieuse des actifs pour maximiser les performances sur le long terme.

    En Europe, la France se distingue par son niveau d’épargne élevé, où les produits réglementés, tels que les livrets A, LDDS, LEP, et PEL, représentent un encours cumulé impressionnant de 903 milliards d’euros. Cependant, l’épargne retraite, incarnée par le Plan d’Épargne Retraite (PER), ne connaît pas de relâche, totalisant 85 milliards d’euros au premier trimestre 2023, tandis que les contrats d’assurance-vie s’établissent à 1 911 milliards d’euros.

    Préparez votre retraite avec le PER !

    Réinventer les stratégies à l’aube de la réforme des retraites

    Les préoccupations quant à l’avenir du système de retraite intensifient l’engouement croissant des Français pour la constitution d’une retraite complémentaire par capitalisation. Les débats entourant la récente réforme des retraites, en vigueur depuis le 1er septembre, semblent être un facteur influent.

    ImportantDans ce contexte, la hausse des taux ouvre de nouvelles opportunités d’investissement, en particulier dans les fonds en euros et les fonds obligataires disponibles dans le PER et l’assurance-vie.

    Selon un sondage Kantar pour BNP Paribas Cardif, « les fonds obligataires, qui financent entreprises, collectivités locales ou États, occupent désormais la deuxième place parmi les supports privilégiés par les conseillers en gestion de patrimoine ». Ce classement connait ainsi un changement significatif par rapport à l’année précédente.

    Fonds datés : équilibre entre performance et gestion du risque

    Le regain d’intérêt pour les fonds datés nécessite une communication transparente. Ces solutions, combinant risque mesuré et performance solide, apaisent les épargnants tout en assurant une rémunération attractive. Les obligations d’entreprise ou d’État, avec une échéance prédéterminée, offrent sécurité et rendement.

    Toutefois, une attention particulière à la composition des fonds, notamment la part d’obligations “high yield”, est cruciale pour éviter les risques de défaut d’entreprise.

    Sélectivité, diversification et vigilance

    Malgré des rendements plus élevés, la sélectivité reste cruciale, en particulier pour les fonds datés avec une vigilance sur la composition. La gestion de l’échéance est essentielle pour éviter de récupérer moins que l’investissement initial, surtout en cas de hausse continue des taux. Adopter une perspective en taux réel, prenant en compte l’inflation, est recommandé pour se prémunir d’une perte de pouvoir d’achat. Certains investisseurs recherchent des produits dépassant l’inflation, même avec un risque accru.

    La diversification du portefeuille avec différentes classes d’actifs est préconisée. Bien que certains conseillers suggèrent d’alléger les positions sur les marchés boursiers en période de ralentissement économique, maintenir une certaine exposition est important. Le secteur immobilier, en particulier les SCPI plus jeunes en phase de constitution de leur patrimoine, reste attractif.

    Diversifier les enveloppes fiscales en combinant assurance-vie et PER constitue une stratégie avisée pour une préparation retraite solide.

    L’assurance-vie offre une accessibilité immédiate aux fonds avec une fiscalité avantageuse après huit ans, tandis que le PER, orienté vers le long terme, permet des déductions d’impôt sur les primes versées, particulièrement attractives avec un taux marginal d’imposition supérieur à 30 %. Cette combinaison favorise la construction d’un patrimoine résilient face aux évolutions réglementaires, fiscales et financières.

    A retenir
    • Dans un contexte de taux élevés, les épargnants français recherchent des stratégies d’investissement optimales, mettant en avant le Plan d’Épargne Retraite (PER) et l’assurance-vie.
    • Les fonds obligataires, longtemps sous-estimés, se positionnent désormais comme des alternatives attractives, alliant rendements élevés et maîtrise des risques.
    • L’intérêt croissant pour la constitution d’une retraite complémentaire par capitalisation est renforcé par les débats entourant la récente réforme des retraites. Les fonds datés gagnent en popularité en offrant un équilibre entre performance et gestion du risque.
    • La diversification du portefeuille demeure cruciale malgré des rendements plus élevés, avec une combinaison stratégique d’assurance-vie et de PER recommandée pour une préparation retraite solide.
    Préparez votre retraite avec le Plan d'Epargne Retraite !
    Logo redacteur

    Écrit par
    La rédaction Meilleurtaux Placement

    Ça peut vous intéresser

    Archives