mercredi15novembre
signature de contrat d'assurance

Lancée en 2014, l’eurocroissance n’a jusqu’ici pas atteint le résultat escompté. Devancé par les autres produits de l’épargne, l’heure est aujourd’hui à la relance et à la rénovation de l’eurocroissance, selon le gouverneur de la Banque de France. Cette initiative a été prise lors de la 9ème conférence internationale organisée par la Fédération française de l’assurance (FFA).

Durant la neuvième conférence internationale organisée par la Fédération française de l’assurance (FFA), le gouverneur de la Banque de France a mis en exergue sa mobilisation pour la relance de l’eurocroissance, un produit d’assurance-vie lancé en 2014 et qui n’a pas pu décoller.

Présentée comme étant l’assurance-vie du 21ème siècle, ce produit devait être le compromis idéal entre les fonds en euros, à capital garanti et les supports en unités de compte, plus risqués bien que plus rémunérateurs.

Son échec est causé par la chute des taux d’intérêt, à un niveau relativement bas. En outre, avec seulement 1,8 milliard d’euros d’encours, il n’a pas fait le poids contre l’encours de l’assurance-vie de 1 672 milliards d’euros.

Les contrats d’eurocroissance garantissent le capital

Afin de répondre aussi bien aux attentes des épargnants qu’au besoin de financement des fonds propres de l’économie, François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France propose comme solution :

Des produits d'épargne de long terme, moins liquides, mais assortis d'une forme de protection du capital, et bénéficiant du rendement plus élevé des actions dans la durée.

François Villeroy de Galhau

Cela correspond pourtant aux caractéristiques des contrats eurocroissance. Ces derniers permettent une garantie partielle ou totale du capital, sur une durée d’au moins 8 ans.

Et de rajouter :

Il faut encourager l'eurocroissance, qui doit être rénové et amplifié.

Rappelons que si ce type de produit, présenté comme étant l’assurance-vie du 21ème siècle, n’a pas pu décoller en 2014, c’est qu’il a été entravé par la baisse des taux d’intérêt, à un niveau très bas.

Dans le contexte actuel de taux bas, les compagnies d’assurances incitent leurs clients à opter pour les unités de compte (UC). En effet, ces derniers ont représenté 28% de la collecte brute sur les neuf premiers mois de l’année 2017, contre 19% sur la même période l’année précédente.

Par ailleurs, le développement des UC ne représenterait pas une solution suffisante du fait qu’ils n’offrent pas une protection du capital, selon François Villeroy de Galhau.

Pour pallier ce problème de sécurisation, Bernard Spitz, le président de la FFA, de proposer de :

Prolonger les possibilités de transfert des plus-values latentes des contrats euros vers les contrats eurocroissance.

Bernard Spitz

« Ce n'est pas aux pouvoirs publics de concevoir les bons produits, c'est à vous »

Dans son discours lors de la 9ème conférence internationale organisée par la Fédération française de l’assurance (FFA), le gouverneur de la Banque de France d’expliquer aux compagnies d’assurances, qui propose l’offre en assurances vie :

Je sais que certains professionnels ont des idées. Je forme le voeu qu'elles avancent, vite. (…) Ce n'est pas aux pouvoirs publics de concevoir les bons produits, c'est à vous ; mais ce sera à nous d'inciter, le moment venu, par les bonnes mesures prudentielles ou même fiscales.

François Villeroy de Galhau

Avec le vieillissement de la population, les assureurs priorisent la nécessité de développer de nouveaux produits liés à «l’épargne retraite avec des sorties majoritaires sous forme de rentes pour procurer des revenus à vie ».

Bernard Spitz déplore, toutefois, la situation de la fiscalité des rentes. Il va même jusqu’à demander un réexamen, suite à une discussion avec les pouvoirs publics. D’ailleurs, le secteur affirme sa préférence pour les sorties en rentes dans les produits d’épargne retraite paneuropéens, envisagés par Bruxelles. En outre, le président de la FFA indique avoir fait des propositions concrètes pour permettre le développement des contrats d’assurance dépendance.

A découvrir également

  • Fonds en euros : nos solutions pour éviter de perdre de l’argent
    12/01/2022
  • Les fonds « Clean share » font leur trou sur le marché des UC
    30/12/2021
  • Les contrats multisupports prêts à se responsabiliser en 2022
    16/12/2021
  • Les néofonds en euros séduisent les épargnants
    23/11/2021

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt