mardi07février
Billets et pieces en euro

Les fonds en euros des contrats d’assurance-vie deviennent-ils risqués ? Éléments de réponse !

Un amendement de la loi Sapin II suscite l’inquiétude des épargnants quant à l’avenir de l’assurance vie si les taux obligataires venaient à remonter brusquement.

En effet, le législateur prévoit la possibilité de suspendre les retraits sur les fonds des assurés si ceux-ci menacent la stabilité du système financier.

La situation est d’autant plus alarmante pour les épargnants dans la mesure où cette nouvelle disposition s’occasionne en même temps que le placement préféré des Français fait face à une baisse de rendement et ce, depuis quelques années.

Les spécialistes affirment pourtant que la situation n’est pas si catastrophique. En premier lieu, la remontée des taux se fera, selon eux, progressivement. En second lieu, les experts estiment que les compagnies d’assurance disposent des réserves nécessaires pour amortir les chocs. Focus !

Des épargnants inquiets

L’article 49 de la loi Sapin II du 10 décembre dernier dispose que lorsque la situation financière l’exige, l’HCSF (Haut Conseil de Stabilité Financière) peut bloquer temporairement toute opération de retrait sur les fonds en euros des souscripteurs. Établie pour contenir les risques auxquels le système financier est exposé, cette disposition alarme les épargnants qui considèrent qu’elle remet en question l’essence même de ces fonds à savoir une garantie en capital et une liquidité permanente.

D’autant plus que le rendement moyen de ces fonds poursuit son tassement (inférieur à 2% l’année dernière), les assurés sont davantage anxieux. Cyrille Chartier-Kastler, créateur du site internet Good Value for Money, rassure néanmoins les épargnants en affirmant qu’ils ont

D’autant moins de raisons de paniquer que, depuis 2012, les assureurs n’ont eu de cesse de consolider les provisions destinées à absorber les chocs boursiers.

Cyrille Chartier-Kastler

Philippe Crevel, économiste et directeur du Cercle de l’Épargne estime quant à lui qu’il ne faut pas

Tomber dans le catastrophisme, car tout laisse à penser qu'en Europe, la remontée des taux sera progressive et non brutale. Cela devrait éviter des mouvements de retraits massifs des fonds en euros, et permettre aux assureurs d'adopter la gestion de leurs actifs généraux au fil de l'eau ».

Philippe Crevel

« Un marché français résilient »

Cyrille Chartier-Kastler souligne que la PPB (provision pour participation aux bénéfices) a atteint un niveau élevé, susceptible d’« absorber les chocs ». Ce constat vient ainsi renforcer les résultats des stress tests réalisés par l’EIOPA (European Insurance and Occupational Pensions Authority) qui ont révélé une solidité du secteur français de l’assurance face à un environnement de taux bas prolongé.

Rappelons que la PPB est une réserve de bénéfices nés de la gestion du fonds en euros, mis de côté pour être distribués aux souscripteurs d’une assurance vie dans un délai maximal de 8 ans après leur constatation. Elle est utilisée par les compagnies d’assurance pour booster les taux de rémunération lorsque ceux-ci sont au plus bas.

En 2012, leur niveau représentait l’équivalent de 1,43% des encours sous gestion. À la fin de l’année 2015, cette proportion est passée à 2,62%. Le fondateur de Good Value for Money indique même que

Si l'on majore cette PPB de la réserve de capitalisation et des plus-values latentes immobilières et actions, on constate qu'en quatre ans les "réserves de rendement" de la place ont pratiquement doublé, passant de 3,87 % en 2012 à 7,1 % fin 2015 ».

Cyrille Chartier-Kastler

A découvrir également

  • Les fonds long / short : la solution idéale lorsque les marchés sont instables ?
    28/06/2022
  • Assurance vie : attention à bien rédiger la clause bénéficiaire
    28/06/2022
  • Les régulateurs financiers alertent sur l’écoblanchiment des assurances vie
    27/06/2022
  • Les assureurs vie face au dilemme de la remontée des taux
    27/06/2022

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt