lundi10juillet
Des pièces de monnaie une loupe et une calculatrice

Le projet présidentiel concernant le changement au niveau de la fiscalité touche plusieurs types d’impôts si l’on ne cite par exemple que l’ISF, l’impôt sur le revenu, la CSG ou encore la taxe d’habitation. Dans ce contexte, les modifications qui vont être apportées profiteront à certains groupes de personnes et désavantageront d’autres.

Les changements fiscaux prévus par le Président sont nombreux. Les réformes ne sont pas encore effectives mais leurs conséquences peuvent déjà être anticipées selon le statut de chaque individu (actif, retraité, chômeur…), et aussi selon le type de placement qu’il utilise. Les modifications qui auront lieu joueront en défaveur des retraités en général.

Par contre, les actifs vont pouvoir constater un allègement d’impôt pour leur compte. C’est d’ailleurs le but de ces réformes : améliorer le pouvoir d’achat en baissant les charges salariales. En contrepartie la contribution sociale généralisée (CSG) est augmentée.

Il est aussi question de privilégier la participation des contribuables dans l’investissement dans les fonds risqués en imposant le flat tax. Toutefois, les livrets épargne ne seront pas affectés par ces changements.

Les impôts concernés par les réformes

Le Président Macron propose d’alléger les charges salariales des actifs. Pour ce faire, les cotisations maladie et chômage des salariés vont être supprimées sachant que celles-ci représentent 3,15% de leur salaire brut.

Cette mesure privera l’État d’à peu près 20 milliards de ses revenus. Pour les compenser, il y aura une augmentation de 1,7 point au niveau du CSG. Pour les actifs, cela ne posera pas vraiment de problème parce qu’ils s’en sortiront gagnant. La hausse du CSG ne leur pénalisera pas étant donné la baisse des cotisations sociales.

En revanche, on ne peut pas endire autant pour les retraités. Ils risquent de constater une hausse significative sans compensation.

En ce qui concerne l’impôt sur le revenu, un impôt à taux unique de 30% sera appliqué. Cette mesure touche les contrats d’assurance vie ayant un encours supérieur à 150 000 euros. Néanmoins, les gros contrats s’en tirent avantageusement. Ils bénéficient même d’une réduction vu qu’ils doivent normalement payer dans les 45%.

Les contrats en dessous de 150 000 euros ne sont pas concernés par le flat tax durant les huit premières années. Le but de ce flat tax est d’encourager les contribuables à participer dans l’investissement sur des fonds risqués. Il est à noter que les différents livrets d’épargne comme le Livret A et le LDD ne sont pas affectés par le flat tax.

Suppression du taxe d’habitation – conversion de l’ISF en IFI

En plus de ces projets d’augmentation d’impôt, la réforme prévoit également la suppression de la taxe d’habitation qui touchera 80% des contribuables.

Selon le Président, cette suppression se fera progressivement. Un tiers des taxes sera supprimé chaque année et en 2020, il n’y en aura plus. Les 80% ciblés dans ce projet sont ceux dont le revenu fiscal de référence n’excède pas les 20 000 euros par personne.

On entend également parler de la transformation de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) en simplement impôt sur la fortune immobilière (IFI). Dans l’objectif de favoriser les investissements dans les entreprises, le Président estime qu’il est préférable de concentrer l’imposition sur l’immobilier et d’exonérer les placements financières ainsi que les biens mobiliers dans le cadre de l’ISF.

A découvrir également

  • Fonds en euros : nos solutions pour éviter de perdre de l’argent
    12/01/2022
  • Les fonds « Clean share » font leur trou sur le marché des UC
    30/12/2021
  • Les contrats multisupports prêts à se responsabiliser en 2022
    16/12/2021
  • Les néofonds en euros séduisent les épargnants
    23/11/2021

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt