jeudi22juin
Examination des conditions de rentabilité

Le capital investissement commence à gagner la confiance des investisseurs. Le statut des fonds de capital non coté s’est beaucoup amélioré surtout dans le cadre des contrats d’assurance vie. Le « private equity »s’intégrant dans une assurance vie n’est pas un concept nouveau puisque des pratiques similaires ont déjà eu lieu auparavant.

L’investissement dans des sociétés non cotés est moins apprécié du fait de ses plusieurs désavantages parmi lesquels la rentabilité qui ne se voit qu’après plusieurs années et la liquidité des titres.

En effet, le capital non coté n’implique pas beaucoup d’obligations règlementaires mais en même temps, ses garanties et sa liquidité sont faibles. La loi Macron pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques change la donne et permet de contourner ces obstacles dans le cadre des assurances vie.

Bien que le constat doive se faire sur le long terme, on peut tout de même anticiper une rentabilité intéressante.

La loi Macron favorise la position du capital non coté dans le cadre de l’assurance vie

C’est en effet la loi Macron qui a déclenché l’apparition du capital non coté dans les contrats d’assurance vie. Rappelons d’abord que le capital investissement fait partie des stratégies des investisseurs pour faire fructifier leurs capitaux sur le long terme. Généralement, ce sont les sociétés non cotées qui les intéressent.

En prenant le risque d’immobiliser leurs capitaux sur une longue durée, ils attendent en contrepartie un rendement sur le capital investi qui excède les profits qu’ils auraient pu réaliser en investissant à la bourse.

Dans le cadre d’un contrat d’assurance vie, la loi du 06 août 2015 règle le problème de liquidité des titres des capitaux non cotés face à un rachat ou bien une transmission de contrat. Dorénavant, le bénéficiaire peut choisir de remettre les titres sur un marché règlementé.

Le règlement des rachats peut donc s’effectuer soit en cash, soit en titres. Toutefois, cette démarche est soumise à des conditions précises qui exigent que ce bénéficiaire n’ait pas disposé de titres ou bien de parts de même nature que ceux octroyés par l’assureur durant les 5 ans précédant cette opération.

Le private equity s’adresse à ceux qui osent investir dans le long terme

Le private equity intéresse les investisseurs qui parient sur le long terme. Il s’est développé dans le monde de l’entreprenariat qui mobilise des acteurs majeurs de l’économie. L’investissement dans des sociétés non cotées comporte des risques comme tout autre financement mais sa rentabilité est plutôt considérable même si cela ne peut se mesurer que sur une longue période.

L’étendue de son application va encore s’étendre surtout maintenant qu’il peut rapporter beaucoup dans le cadre de l’assurance vie. Cette dernière étant déjà un marché florissant, une nouvelle forme de contrat va émerger avec le private equity en attirant les épargnants grâce à son accessibilité.

Grâce aux changements qui ont eu lieu depuis 2015, l’introduction du private equity au sein de l’assurance vie va permettre à ceux qui s’y investissent de réaliser des gains plus intéressants.

A découvrir également

  • Hausse des taux : pas de panique !
    24/06/2022
  • Les épargnants digitaux surveillent mieux leur assurance vie
    24/06/2022
  • Viser plus de 5% par an, même en cas de nouvelle baisse ?
    21/06/2022
  • Les frais comme principal critère de choix des contrats d’épargne digitaux
    21/06/2022

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt