jeudi19avril
épargne et fiscalité

L’application du prélèvement à la source est de nature à impacter les contrats d’assurance-vie, de manière significative. Dans certains cas, cette mesure pourrait alléger la fiscalité des retraits durant cette année 2018. Néanmoins, un épargnant doit comprendre les subtilités de la fiscalité de ce placement, pour savoir s’il peut profiter de cette aubaine ou non.

Un bon placement de trésorerie disposant d’une garantie sur le capital offre la possibilité de retirer son capital à tout moment sans frais ni pénalité. Il fait également profiter d’un rendement supérieur à l’inflation après imposition et prélèvements sociaux.

À l’heure actuelle, aucun support d’épargne ne remplit ces trois critères. Les spécialistes ont ainsi élaboré une stratégie originale permettant d’anticiper l’année blanche et de faire face à la nouvelle politique fiscale. L’on parle d’un placement par objectif patrimonial, selon la durée pendant laquelle l’épargnant ne fera aucun retrait.

L’idée est surtout de se constituer un filet de sécurité dans un contexte de taux bas, ainsi que dans la perspective de l’application du prélèvement à la source.

Livret A, LDDS et PEL

Pour un placement d’une durée d’un mois et plus, les livrets réglementés s’avèrent intéressants. Parmi eux figure le Livret A et LDDS, avec lesquels l’épargnant sera exempt de frais et d’impôts. Étant défiscalisé, ce placement restera impassible vis-à-vis des prélèvements à la source.

En outre, les deux supports sont faciles d’utilisation et permettent une gestion optimale des liquidités de très court terme. En référence à la règle des quinzaines, il est surtout recommandé d’alimenter les livrets entre le 30-31 du mois ou le 13-14. Les retraits devraient être effectués le 1er ou le 16 de chaque mois.

Les fameux PEL (Plans d’épargne logement) correspondent, de leur part, à un placement sur 1 an et plus. Ceux ouverts jusqu’au 31 décembre 2017 ne sont pas concernés par le PFU (Prélèvement forfaitaire unique) de 30 %, et ce, jusqu’à leur douzième anniversaire. En revanche, ceux souscrits depuis le 1er janvier 2018 n’y échappent pas.

L’assurance-vie en euros

L’assurance-vie est un support d’épargne de moyen et long terme, c’est-à-dire d’une durée de 2 ans et plus. Néanmoins, elle est aussi adaptée à des placements de courtes durées. Pour cette seconde configuration, mieux vaut négocier afin d’être exempt de frais d’entrée.

Il faut également disposer d’un contrat agrémenté d’un fonds en euros rentable. Le plus avisé est aussi d’optimiser la fiscalité sur les retraits. Un bon moyen pour échapper à l’impôt sans céder dans l’illégalité, et donc pour ne se soumettre qu’aux prélèvements sociaux.

En remplissant l’ensemble de ces conditions, les liquidités pourront générer jusqu’à 2 % net, soit environ deux fois l’inflation. Enfin, le contrat vie en euros est surtout à utiliser comme placement d’attente. Il est la solution idéale pour intercaler deux investissements immobiliers.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos