vendredi13avril
placements euro

L’État souhaite exploiter les placements des fonds euro-croissance des assurances vie afin de remonter l’encours des investissements allant vers les entreprises. Puisque l’usage des autres alternatives représente des enjeux suffisamment importants pour éventuellement provoquer un tollé, une meilleure lisibilité sur les rendements servis des fonds euro-croissance sera apportée. Ainsi ce type de support d’investissement sera plus attractif pour tripler l’encours actuel d’ici 2 ans.

L’exploitation des épargnes dans les contrats vie est envisagée par le gouvernement dans l’optique de favoriser le renforcement de la part d’encours orientée vers les secteurs à fort potentiel de croissance, notamment les entreprises. Étant donné les risques de se servir des placements à capital garanti représentant 80% des encours, le projet de loi Pacte avance dans ce sens en choisissant d’actionner d’autre levier tel les fonds euro-croissance.

Entre autres, ces placements ont des conditions plus spécifiques de manière à permettre de meilleurs rendements dans un délai précis. Effectivement, le plan d’action a pour objectif d’inciter plus d’épargnants à investir dans ce type de support. En outre, même avec le triple de l’encours actuel, la progression du taux sera faible voire anodine comparée à l’encours total.

L’incursion des fonds euro-croissance en assurance vie

Les fonds euro-croissance sont les offres entre les placements à capital garanti et les unités de compte (placements plus risqués). Grâce aux fonds euro-croissance, les épargnants bénéficieront d’une garantie totale ou partielle après une durée de garanti, de 8 ans minimum, convenue dès le départ. Ainsi, les investissements pour un meilleur rendement seront plus accessibles à l’assureur.

Les effets escomptés par ce nouveau placement étaient à 1,9 milliard d’euros d’encours (0,11% du total de l’assurance-vie) en un an. Selon le dernier pointage de Bercy, l'encours atteint les 2,3 milliards d’euros (0,13% du total).

Ces chiffres peuvent être expliqués par la faiblesse des taux comparés aux autres. Par ailleurs, les épargnants sont confus sur le fonctionnement des rendements servis.

La réforme voulue reste peu ambitieuse

Le principe du projet est de booster l’attractivité des fonds euro-croissance en permettant des possibilités d’investissement élargies et surtout l’affichage d’un rendement unifié.

Ce système de placement se distingue du fonds en euro et des unités de compte grâce aux rendements servis qui varieront en fonction du niveau choisi à la base de garanti et la durée de la garantie. De ce fait, les épargnants choisissant une durée plus large seront mieux servis que d’autres.

Cette réforme est une levée de frein à la décision des épargnants pour leur placement bien que les deux autres options proposent également des avantages bien distincts comme la garantie permanente de ce type de fonds.

Le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire annonce un encours de 20 milliards d’euros en 2020 estimé au triple de l’encours actuel. Cependant, à l’atteinte de cet objectif, le poids des fonds euro-croissance s’élèvera à moins de 1,2% de l’encours total de l’assurance-vie.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos