mercredi17octobre
Politique épargne retraite intéresse peu français

Le montant de la pension de retraite est aléatoire qu’il faut penser à économiser pour être sûr de bénéficier d’un confort après la fin de la vie active. Si les ménages hésitent encore à engager une partie de leur revenu dans cette préparation, l’État s’aspire à rendre les produits d’épargne-retraite plus attrayants. D’où la loi pacte qui prévoit des améliorations au système.

L’incertitude du régime actuel inquiète les Français, soucieux de l’avenir de leur portefeuille. Par conséquent, ils dépassent la moyenne européenne qui est de 32% en termes d’économie. En effet, un récent sondage a montré que 37% de la population mettent de l’argent de côté pour prévoir leurs vieux jours.

Pour renforcer leurs ressources futures, les gens adhèrent davantage aux offres d’épargne qui préparent la période juste après la fin de leurs activités. D’ailleurs, 42% des sondés ont eu recours à ce type de produit en vue d’embellir leur retraite. À l’heure actuelle, l’assurance-vie est la plus prisée, représentant un encours de 1 700 milliards d’euros contre seulement quelque 200 milliards d’euros pour l’épargne-retraite. L’État entend faire progresser ce deuxième chiffre par la politique de la loi pacte.

La loi Pacte sur l’épargne retraite peine à séduire

Actuellement discutée à l’Assemblée nationale, la loi pacte est la politique du gouvernement pour redynamiser le secteur et convaincre les Français à investir dans l’épargne-retraite.

Visant une sortie de capital en totalité, ce dernier n’est pas tout à fait convaincant pour les personnes qui souhaitent économiser en vue d’une retraite confortable. Selon un sondage, 3 individus sur 4 préfèrent un versement régulier qui soutient leur fin de mois plutôt que de recevoir l’intégralité de leur investissement au début de la retraite.

En outre, l’analyse du marché montre que les offres les plus appréciées sont le Perco (plan d'épargne pour la retraite collectif) et le PERP (plan d'épargne retraite populaire) en raison de leur facilité d’accès. Toutefois, avec la réforme, les bénéficiaires ne pourront extraire que 20 % des fonds à la fin du contrat. Le reste prendra la forme de rente viagère et sera perçu progressivement. Il est à souligner que 75 % des épargnants sont favorables à ces systèmes.

Économiser pour une meilleure retraite

La plupart des Français ont peur d’avoir une situation financière dégradante à l’avenir. Selon un sondé sur deux, il s’agit de la principale raison de leur économie. Pour en venir au fait, ils devancent les Britanniques et les Espagnols en consacrant 14 % de leur revenu mensuel dans l’épargne. Toutefois, les Allemands majorent ce pourcentage de 3 % encore.

L’angoisse d’assister à la dégradation de leur situation économique regagne autant les Italiens et les Espagnols. En effet, pour les deux nationalités, 51% des personnes interrogées ont exprimé leur peur du futur à cause de l’instabilité politique.

Il est alors prudent de s’y préparer par la souscription à un livret d’épargne. D’ailleurs, 39 % de l’échantillon en sont déjà persuadés et détiennent ce type de compte. Néanmoins, l’assurance-vie reste le produit phare du secteur. Il est détenu par 54 % des individus questionnés qui ont prétendu préparer leur retraite.

A découvrir également

  • Les régulateurs financiers alertent sur l’écoblanchiment des assurances vie
    27/06/2022
  • Les assureurs vie face au dilemme de la remontée des taux
    27/06/2022
  • Hausse des taux : pas de panique !
    24/06/2022
  • Les épargnants digitaux surveillent mieux leur assurance vie
    24/06/2022

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt