mercredi10avril
Assurance vie euros taux stable pendant deux ans

Un « bis repetita » a été annoncé pour l’assurance-vie lorsque la FFA (Fédération française de l'assurance) a révélé la moyenne des rendements appliqués aux fonds en euros, pour le compte de 2018. En effet, ce support garanti en capital offrait une rémunération similaire en 2017, un taux qui était pourtant en constante baisse les années précédentes.

Des performances en berne s’annoncent pour l’assurance-vie. Si des exceptions sont observées auprès d’une poignée d’assureurs vie, dans l’ensemble l’effritement des rendements n’est plus à redire. Ceux des supports en euros en sont une preuve, car ils se retrouvent en moyenne à 1,8%. La même performance que celle de l’année précédente, certes, mais qui n’a de cesse de régresser au cours des dernières années antérieures à 2017.

De leur côté, les unités de compte n’affichent pas une meilleure mine. La dégradation de leurs performances est pour le moins flagrante. Et il en est de même pour les fonds eurocroissances, dont l’objectif principal est d’offrir une plus grande diversification à l’épargne des assurés.

Des performances stables malgré les perspectives

En début 2017, la performance moyenne de l’assurance-vie en euros, attendue pour l’année 2016, s’élevait à 1,8% pour s’établir au final à 1,9%. L’année d’après, le rendement moyen de ce support sécurisé et quel que soit sa catégorie a été révélé par la FFA à 1,8%. Un chiffre qui semble contredire les prévisions des analystes et observateurs, qui ont prédit un net recul.

Un taux que l’année 2018 a également maintenue, et ce en dépit de la baisse tendancielle des rémunérations annoncées par la majorité des distributeurs de contrats vie lors de la publication de leurs performances au début de 2019.

Concrètement, une baisse modérée a été observée auprès des compagnies d’assurances. Seules quelques filiales de grands groupes bancaires ont fait exception en réussissant à rehausser, ne serait-ce qu’un tout petit peu, leurs taux d’intérêt. Certes, cette poignée d’assureurs a pu avancer à contre-courant, mais les replis significatifs de rendement des contrats bancaires durant la période 2014-2016 ont joué en leur faveur.

Dans le contexte actuel, un statu quo est un symbole d’exploit

L’environnement de taux bas dans lequel évolue les placements financiers est sans conteste défavorable pour leur rémunération, et c’est visible auprès de chaque comparatif assurance vie, notamment celle du placement en euros dont la majorité des fonds sont investis en obligations. Si bien qu’en annonçant un rendement moyen similaire à l’année précédente, Bernard Spitz, président de la fédération se targue de :

« Une bonne performance des fonds en euros de l’assurance vie ».

Bernard Spitz

Le fait est que les performances moyennes des supports diversifiés, sécurisés ou non, en l’occurrence l’eurocroissance et les unités de compte (UC) ont été dans le rouge cette année. À savoir, d’après les données communiquées par la FFA, elles sont descendues en deçà de zéro :

  • 3,5% pour l’eurocroissance contre +3,4% en 2017 ;
  • 8,9% pour les UC contre +5,3% en 2017.

Sur ce dernier point, au dirigeant de la Fédération française de l'assurance de temporiser :

« Les chiffres paraissent décevants en supports UC. Mais il faut regarder cela sur le long terme, et au regard d’un environnement de taux bas ».

Bernard Spitz

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos