Les seniors démontrent différents intérêts pour les épargnes et l’assurance-vie

Différents intérêts épargne chez les seniors

Les personnes âgées comme les individus actifs sont dépendants des placements financiers. Que ce soit au cours des années de travail que pendant la retraite, chaque foyer dispose d’un produit financier. En même temps, les autres patrimoines sont départagés de façon quelque peu disparate au sein des familles françaises. En effet, le taux de souscription n’est pas similaire pour tous les produits.

Les années de retraite méritent, plus que d’autres, davantage d’attention. Par rapport à cela, tout un chacun se prépare à une vie sereine. Ce qui fait que la recherche du moyen le plus efficace pour assurer ses années de repos devient plus qu’indispensable.

Les produits d’épargne et d’assurances figurent en tête de liste des solutions. Le grand-âge est plus attiré par l’assurance-vie. Par conséquent, ce produit se concentre au niveau des foyers dont les personnes de référence sont des seniors.

Au cours de leur vie active, les plus âgés se focalisent davantage sur les produits d’épargne qu’ils utilisent pour les divers projets à venir. Et tout comme les jeunes, ils se ruent également vers les patrimoines immobiliers.

Les patrimoines font effet auprès des seniors

Plus les gens avancent en âge, plus la détention d’un patrimoine est importante. Selon l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques (Insee), un changement s’opère dans le domaine depuis plusieurs années :

Presque nul avant 30 ans, le niveau de patrimoine moyen augmente ensuite avec l’âge jusqu’à 60 ans, voire 70 ans selon les générations, grâce à l’épargne et aux héritages.

Insee

Comparée à la tranche d’âge de 25 à 64 ans, celle représentant les 65 à 69 ans est très motivée par rapport à la souscription à un patrimoine brut.

Outre les produits financiers, notamment les assurances-vie, qui sont les préférés des seniors, le placement en immobilier a aussi son mot à dire. 60% des foyers dotés d’un membre âgé en possèdent. À part cela, certains placements ont un effet constant. Les livrets réglementés figurent parmi ces derniers. Que ce soit les jeunes personnes que celles en âge avancé, une moyenne de 15% à 18% est relevée par rapport à tous les produits de la même catégorie.

Au-delà de 60 ans, une légère baisse se fait remarquer pour tous les patrimoines. Ce phénomène s’explique par la tendance à modérer leur consommation en termes d’épargne. En sus, certains d’entre eux effectuent une sorte de donation pour quelques parties de leur placement.

Une contradiction perpétuelle entre les épargnes et l’assurance-vie

La part de chaque placement est très différente au sein des foyers où les seniors se trouvent. Pour le cas de l’assurance vie, elle détient une place conséquente avec un pourcentage de 55% du patrimoine financier.

Contrairement à cela, l’épargne n’en sort pas gagnante. Pour les retraités, la place du patrimoine professionnel, tout comme l’épargne salariale, n’est pas mieux. L’assurance-vie, quant à elle, l’emporte sur toute la ligne.

Si l’épargne est utilisée par le souscripteur lui-même, les gains obtenus par l’assurance sont destinés à ses successeurs. Ainsi, les seniors dépassent sans aucun doute ceux qui se trouvent entre 25 à 64 ans en matière de patrimoine financier. D’après les chiffres de l’Institut qui s’est chargé de l’étude, les seniors représentent 44,2% contre 31,5% pour les autres. À partir de 75 ans, le taux grimpe jusqu’à 55%.

Archives

Back to top