Femme âgée heureuse tenant sa tirelire.

    L'assurance vie est souvent perçue comme un instrument de planification à long terme, offrant une protection financière à la famille en cas de décès. Cependant, peu de gens savent qu'elle conserve son potentiel avantageux même après l'âge de 70 ans. Cette stratégie méconnue peut jouer un rôle significatif dans la gestion du patrimoine et de la planification successorale.

    Versements après 70 ans : quid de la fiscalité ?

    À l’approche des 70 ans, la question de la pertinence des versements dans une assurance vie se pose. À cette étape de la vie, la fiscalité de l'assurance vie évolue, mais cela ne signifie pas la fin des avantages.

    Important Deux réalités distinctes coexistent en matière de transmission successorale pour les versements avant et après 70 ans.

    Comprendre cette distinction peut donc avoir un impact significatif sur la gestion de son héritage financier.

    • Pour les versements réalisés avant cet âge, une exonération fiscale de 152 500 euros, englobant capital et intérêts, est offerte.
    • Au-delà de ce seuil, un taux d'imposition de 20 % s'applique sur les montants jusqu'à 700 000 euros, suivi d'un taux de 31,25 %.

    Dans le cas des versements postérieurs aux 70 ans, seules les sommes brutes supérieures à 30 500 euros sont considérées . En cas de moins-value, les sommes imposables sont ajustées en conséquence. Les 30 500 premiers euros de versements bénéficient en effet d'une exonération fiscale. Les montants excédentaires sont ainsi assujettis au régime des droits de succession.

    Découvrez notre assurance-vie sans frais d'entrée

    L'option d'un deuxième contrat d'assurance vie

    Important Une approche souvent négligée consiste à ouvrir un second contrat d'assurance vie après l'âge de 70 ans.

    Dans cette configuration, la taxation est basée sur les primes versées, ce qui permet une exemption totale des gains en capital . Cette stratégie peut être particulièrement pertinente.

    Posséder deux contrats distincts confère une opportunité stratégique supplémentaire : la capacité de choisir le contrat le plus approprié pour des retraits partiels en fonction des besoins spécifiques.

    • Cette flexibilité permet, d'une part, d'optimiser l'efficacité fiscale en sélectionnant le contrat qui réduit au minimum l'impact fiscal sur les retraits.
    • D'autre part, elle offre la possibilité de conserver un contrat destiné à des besoins spécifiques de transmission patrimoniale, tout en utilisant l'autre pour des retraits répondant à des besoins plus immédiats.
    À retenir
    • La décision de poursuivre les versements dans une assurance vie après 70 ans dépend en grande partie de la façon dont vous envisagez la transmission de votre patrimoine financier.
    • Si le conjoint et les enfants - les bénéficiaires directs de la succession - sont concernés, l'assurance vie demeure intéressante.
    • Pour les bénéficiaires sans lien direct de parenté, l'exonération de 152 500 euros pour les versements pré-70 ans se révèle plus avantageuse.
    Découvrez notre assurance-vie sans frais d'entrée
    Logo redacteur

    Écrit par
    La rédaction Meilleurtaux Placement

    Ça peut vous intéresser

    Archives