On peut être aimé...mais aussi être victime de nombreux préjugés. L'assurance-vie a beau avoir le vent en poupe, il y a encore des épargnants qui rechignent à ouvrir un contrat d'assurance-vie, trompés par des idées reçues qui ont malheureusement la dent dure.

    Idée reçue numéro 1 : L'argent placé dans une assurance-vie est bloqué pendant 8 ans. FAUX !



    Vous débloquez ! C'est totalement faux. Les sommes investies dans l'assurance-vie sont toujours disponibles comme pour un Livret A. C'est la fiscalité entourant le rachat qui sème la confusion.

    Les huit années, c'est pour bénéficier d'une fiscalité plus douce. Au bout de 8 ans, les gains subissent un prélèvement forfaitaire libératoire qui tombe à 7,5 % (vous pouvez aussi les intégrer à vos revenus, mais c'est moins avantageux) après un abattement annuel de 4 600 euros pour un célibataire ou de 9 200 euros pour un couple marié ou pacsé. En revanche, les gains sont frappés d'une imposition à 35% si le retrait a lieu avant la fin de la quatrième année et 15% si le retrait a lieu entre la quatrième et la huitième année. C'est donc l'imposition qui change et non la liquidité du produit.

    Alors qu'attendez-vous pour laisser tomber votre Livret A et faire partie des 6 Français sur 10 à détenir votre propre couteau suisse de l'épargne ?


    >> Je profite des avantages de l'assurance-vie


    Idée reçue numéro 2 : L'assurance-vie, c'est un produit d'épargne pour les vieux. FAUX (même si ça rime) !



    On peut comprendre... Assurance vie et jeune, il y a quelque chose qui coince. Rien que le terme peut évoquer quelque chose de poussiéreux et de peu dynamique. Car quand on est jeune, le temps est notre allié. Vous pourrez prendre un peu plus de risques en choisissant un contrat en unités de comptes (actions, obligations...) plus rémunérateur mais plus risqué, plutôt qu'un contrat en fonds euros, au capital garanti mais avec un taux de participation aux bénéfices plus faible. Le risque lié à ces placements va être lissé avec le temps. D'où l'utilité de souscrire le plus tôt possible avec un horizon de placement aussi lointain que possible.

    A titre d'exemple, 70 euros par mois versés dans un contrat d'assurance vie rapportant 5% par an pendant 10 ans, vous permettront d'espérer constituer un capital d'environ 10 000 euros. De quoi s'acheter une belle voiture, financer un mariage ou encore avoir un apport pour l'achat d'un premier bien immobilier.

    Idée reçue numéro 3 : Les fonds en euros peuvent perdre de leur valeur en cas de baisse de l'euro. FAUX ! (encore une fois)



    L'évolution de l'euro face à d'autres devises n'a aucun impact sur un contrat d'assurance-vie en euros. Le terme " fonds en euros " signifie uniquement que les montants sont libellés en euros, par opposition aux unités de compte qui sont exprimés en parts de FCP, Sicav, SCPI. D'où le risque de confusion.

    Parce qu'en matière de risque, le fonds en euros symbolise plutôt un placement sécuritaire pour l'assuré. Les sommes placées sur les fonds en euros sont en en effet garanties par l'assureur. Le seul risque pour le client serait la défaillance de la compagnie d'assurance. Alors la prochaine fois, il n'y aura plus aucune raison de paniquer en regardant sur les sites boursiers le cours de l'euro contre le dollar. Sauf pour si vous planifiez un voyage aux États-Unis, qui lui-même, a pu être financé grâce à un contrat d'assurance-vie. L'assurance-vie constitue une vraie solution d'épargne pour financer tout vos projets. De plus comme vous venez de le découvrir, le capital est garanti et offre encore des rendements intéressants comme le fonds euros Suravenir Opportunités** qui a servi 3,60%* nets en 2015 , l'un des meilleurs rendements de l'assurance-vie l'an dernier!


    >> Je découvre l'assurance-vie pour financer mes projets


    Idée reçue numéro 4 : l'assurance-vie, ce n'est qu'un produit de long terme. FAUX ! (pour ne rien changer)



    Contrairement à une idée reçue, il est possible de récupérer à tout moment tout ou partie des sommes placées sur un contrat d'assurance-vie, soit lors de l'échéance du contrat, soit lors d'un retrait partiel ou total. Et même à court terme, l'imposition des gains d'un contrat d'assurance-vie peut être douce : seuls les retraits sont imposés (et uniquement la partie gain du retrait), au choix au barème de l'impôt sur le revenu ou à un prélèvement forfaitaire libératoire (35% entre 0 et 4 ans, 15% entre 4 et 8 ans et 7.5% après 8 ans).

    Admettons que vous avez un fonds en euros qui vous a rapporté 3 % sur un an, dans le pire des cas, si vous retirez tout au bout d'un an et que vous êtes dans une tranche d'impôt élevée, vous serez imposé à 50,5% (35+15,5%) et votre rendement sera alors de 1,5 %. C'est deux fois plus que le Livret A et le LDD et bien plus que tous les autres placements monétaires dits de court terme (super livrets, compte à terme, etc...). L'assurance-vie peut donc être utilisée comme un produit d'épargne extrêmement souple, un atout de taille qui tend à faire de l'ombre au Livret A et à sa rémunération anémique.

    Idée reçue numéro 5 : l'assurance-vie, c'est moins intéressant après 70 ans. FAUX ! (on ne change pas une équipe qui gagne)



    Après 70 ans, l'assurance-vie permet d'obtenir un nouvel abattement sur les droits de succession de 30.500 euros, et en offrant toujours une souplesse sur la gestion et sur les versements et les retraits sans frais et peu fiscalisés. Est-ce que vous connaissez un autre placement qui peut vous offrir tout cela ?


    >> Je demande une information détaillée sur l'assurance-vie by MonFinancier



    Communication non contractuelle à but publicitaire

    *Taux net de frais annuels de gestion, hors prélèvements sociaux et fiscaux. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps.

    **Pour accéder au fonds en euros Suravenir Opportunités, chaque versement doit comporter au minimum 30 % en Unités de Compte, lesquelles présentent un risque de perte en capital.

    MonFinancier Retraite Vie est un contrat individuel d'assurance-vie assuré par SURAVENIR, Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital entièrement libéré de 400 000 000 euros. Société mixte régie par le Code des Assurances / Siren 330 033 127 RCS Brest. Siège social : 232 rue Général Paulet - BP 103 - 29802 Brest Cedex 9.
    Etre rappelé
    par un conseiller
    Nous envoyer
    un message
    Parlons Placement
    Nos solutions
    M VIE Notre gamme
    d’assurance vie
    Plus d'infos
    M IMMOBILIER Nos SCPI en direct
    Plus d'infos
    M investissement Nos fonds structurés
    Plus d'infos