Une femme concentrée regarde des documents papier, gère les impôts, les dépenses de la famille, les revenus et l'argent de poche.

    L’année 2023 touche presque à sa fin, et les Français pensent déjà à l’impôt sur le revenu dont ils devront s’acquitter l’année prochaine. Dans ce contexte inflationniste, chacun cherche à alléger ses charges, et la réduction de l’impôt entre dans la stratégie adoptée par le plus grand nombre des foyers.

    Pour cela, il existe différentes solutions financières qui permettent de bénéficier d’une défiscalisation. Ceux qui souhaitent y accéder devraient alors souscrire à ces dispositifs avant le 31 décembre 2023. Néanmoins, il ne faut pas se lancer sans avoir évalué scrupuleusement les risques sur ces investissements, ainsi que les contreparties de la défiscalisation.

    Les versements sur l’épargne retraite

    Le contribuable qui détient un PER peut déduire les versements effectués sur son épargne retraite de son revenu imposable.

    Pour un professionnel indépendant, les versements sont déductibles des bénéfices imposables, dans la limite de 81 385 euros s’il a choisi le régime d’imposition réel.

    Et pour un salarié, le montant minimum pouvant être déduit est de 4 114 euros, et le montant maximum est fixé à 32 909 euros. En principe, le montant maximum déductible sur l’épargne retraite figure sur la feuille d’imposition.

    ImportantEn contrepartie de la défiscalisation, le fonds reste bloqué jusqu’au départ à la retraite. À la sortie, le capital est soumis à l’impôt sur le revenu, et les gains sont assujettis au flat tax (30 %).

    Préparez votre retraite avec le PER !

    Investissement sur les PME non cotées

    L’investissement dans le capital d’une PME non cotée en Bourse permet également de bénéficier d’une baisse d’impôt, équivalent à 18 % du capital investi, lequel doit être placé pour une durée minimale de 5 ans. Si la souscription des parts s’effectue entre le 12 mars et le 31 décembre, le taux de réduction s’élève à 25 %.

    À noter que le fonds peut être bloqué jusqu’à une durée de 10 ans, voire plus. D’autre part, il n’existe aucune garantie sur le capital, et les rendements dépendent des performances de l’entreprise.

    Investissement forestier et dans les œuvres cinématographiques

    L’investissement forestier (dans les GFI ou GFF) permet de bénéficier d’une défiscalisation de 25 % du montant de la souscription, avec un plafonnement de 12 500 euros par personne.

    D’autre part, l’investissement dans les œuvres cinématographiques ouvre droit à une réduction d’impôt de l’ordre de 30 %, de 36 % ou de 48 % dans la limite de 8 640 euros.

    À retenir
    • La déduction des versements sur l’épargne retraite, de même que la souscription de parts dans le capital d’une PME jusqu’au 31 décembre 2023 permettent de réduire ses impôts 2024.
    • L’investissement forestier et dans les œuvres cinématographiques ouvre également droit à une défiscalisation des revenus.
    Réduisez vos impôts avec le PER !
    Logo redacteur

    Écrit par
    La rédaction Meilleurtaux Placement

    Ça peut vous intéresser

    Archives