mercredi16août
Deux hommes retraités,souriant et tenant une tirelire

En principe, la retraite commence au moment où le salarié arrête définitivement son activité. À cette période, la personne ne reçoit plus les mêmes revenus. Ainsi, il est indispensable de trouver d’autres moyens pour financer ces vieux jours en commençant à investir dans l’épargne le plus tôt possible, étant donné que les pensions sont peu rémunératrices.

Il faut préparer la retraite à l’âge de 30 à 40 ans pour pouvoir garder le même niveau de vie lors de son activité. Réaliser une épargne demeure une option avantageuse.

Une personne doit profiter de sa vie active pour acquérir un bien immobilier. Une fois à la retraite, elle n'en aura plus la possibilité. Or, la possession d'un logement peut devenir une source de revenus, si la personne en question sait comment y procéder.

Il faut également opter pour d’autres types de placements, comme les FCPR, FCPI, crowdfunding, private equity, PERP et PERCO.

Toutefois, bon nombre de Français préfèrent l'assurance-vie, or cette dernière devient de moins en moins bénéfique.

Comment compenser une pension peu rémunératrice ?

À titre de rappel, le montant de la pension est proportionnel au poste occupé au cours de la période active. Ainsi, pour un fonctionnaire, le taux de remplacement s’avère plus élevé actuellement.

Celui-ci oscille autour de 75 %, mais avec une possibilité de diminution d’ici quelques années. Tandis que pour la profession libérale, ce rapport entre la retraite estimée et le montant du dernier revenu ne dépasse pas les 30 %.

De nos jours, bon nombre de jeunes actifs ne se soucient guère de leur avenir et leur retraite. Or, pour assurer une vie confortable durant ces moments-là, il est préférable de se préparer financièrement et préalablement. Idéalement, l’épargne destinée pour financer la retraite doit s’effectuer au plus tôt afin d’obtenir un rythme assez souple, c'est-à-dire à l’âge de 30 ans, au plus tard à 40 ans.

Par conséquent, il est vivement conseillé de réaliser une épargne à temps afin de poursuivre le même niveau de vie étant encore actif.

Devenir propriétaire immobilier ou investir dans l’épargne ?

Selon les cas, l’immobilier peut devenir une source de revenus pour financer la retraite, à condition que l’on soit propriétaire. Actuellement, les 58 % des ménages sont désormais propriétaires d’une résidence principale, un pourcentage ascendant par rapport à la situation d’il y a 60 ans (seulement 33 %).

Alors, il vaut mieux posséder un logement avant de partir à la retraite pour éviter le paiement des loyers.

Ainsi, les frais de réparation et d’entretien, ainsi que la fiscalité seront les charges restantes à payer.

La location temporaire de la résidence principale peut être profitable, si l’on opte pour des plateformes comme Airbnb ou Abritel. Toutefois, on peut résider dans le même logement, tout en louant une partie de l’immobilier.

Or, dans le cas où l’on ne dispose pas des moyens suffisants pour devenir propriétaire, il est avantageux d’opter pour une location annuelle d’un petit appartement afin d’optimiser l’économie.

Sur ce point, un investissement dès le début de la vie active est fortement recommandé.

Optimiser les autres types d’investissements

En France, les autres types de placements commencent à trouver leur place, vu que les rendements de l’assurance-vie diminuent chaque année. De plus, le rendement moyen des fonds en euros a légèrement baissé pour l’année 2017 (1,48 % contre 1,80 % l’année dernière). Cependant, la majorité des ménages français privilégient cette catégorie d’épargne.

À titre illustratif, bon nombre d’investissements s’avèrent profitables. D’abord, on a le FCPR et le FCPI qui constituent les fonds communs de placement, bénéficiant des avantages fiscaux, pareil pour les PERP (plan d'épargne retraite populaire) et le PERCO (plan d'épargne pour la retraite collectif).

Par ailleurs, le crowdfunding immobilier se définit par un investissement de 3 ans maximum avec un rendement de 6 à 9 %. Celui-ci contribue à collecter des fonds propres au niveau des promoteurs.

Ensuite, il y a le private equity, qui est caractérisé par les fonds propres investis dans des sociétés non cotées en bourse, un investissement à long terme, pourtant très fructueux. Mais pour ce dernier, il existe nombreux risques de perte en capital.

A découvrir également

  • Image actualite 1
    L’ISR, le prochain relais de croissance incontournable de votre portefeuille ?
    25/11/2022
  • Image actualite 2
    La remontée des taux rebat les cartes pour le marché obligataire
    24/11/2022
  • Image actualite 3
    5 idées reçues sur l’assurance vie
    22/11/2022
  • Image actualite 4
    Assurance vie : ces sommes qui pourraient bientôt être rendues aux épargnants
    16/11/2022

Archives

Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt