jeudi06avril
Clients face à l'assureur

L’assurance vie est le placement préféré des Français. Mais l’attitude de ces derniers pourrait bientôt changer, depuis que la fiscalité sur leur produit phare est menacée d’être bientôt alourdie. Selon un sondage réalisé par l’Ipsos pour la FFA, la majorité des Français interrogés serait prêt à se détourner de l’assurance vie en cas de hausse de sa fiscalité.

Les Français sont très attachés à leur assurance vie, et en particulier aux avantages actuels que ce placement leur procure. La raison pour laquelle ils seraient prêts à se détourner de leur placement si les règles actuelles de l’assurance vie venaient à changer.

D’après un sondage d’opinion réalisé par l’Ipsos pour la Fédération française de l’assurance (FFA) et communiqué le 30 mars 2017, une large majorité des Français détenteurs de contrat d’assurance vie (66%) vont s’en détourner si sa fiscalité venait à changer.

En effet, une réforme « flat tax » est proposée par Emmanuel Macron, le candidat d’En Marche ! qui vise un alourdissement de la fiscalité assurance vie. Mais les Français s’opposent fortement à cette réforme.

De plus, les épargnants sont totalement contre l’idée d’investir une partie de leur contrat d’assurance vie dans des actions d’entreprise, une imposition que la loi pourrait éventuellement leur infliger depuis que plusieurs candidats à l’élection présidentielle ont proposés d’orienter plus d’épargne vers le financement des PMEafin de favoriser le financement de l’économie.

La « flat tax » est jugée négative

D’après l’enquête Ipsos, la « flat tax », une réforme proposée par Emmanuel Macron qui vise à aligner le taux d’imposition de l’assurance vie sur celui des autres produits d’épargne est jugé négatif par une très grande majorité des Français (77%). Ce taux atteint 85% si on interroge les détenteurs de contrat d’assurance vie. Seuls 23% considère cela comme une bonne chose.

Les Français sont très attachés aux avantages fiscaux de leur assurance vie, alors qu’une hausse de la fiscalité sur ce placement se répercuterait considérablement sur les épargnants.

C’est ainsi que 66% des détenteurs de contrat d’assurance vie, soit une grande majorité, indiquent qu’ils sont prêts à se détourner de leur contrat en cas de hausse des taxes sur l’assurance vie, en y plaçant moins d’argent ou en épargnant plus du tout (30%) ou encore en retirant leurs contrats (36%).

Il faut dire que ce genre de réaction sera défavorable à la collecte de l’assurance vie, surtout que cette réaction se manifeste en particulier chez les cadres et les personnes à hauts revenus.

Des épargnants prêts à conserver leur contrat si une baisse de la fiscalité sur le long terme est mise en place

Dans l’enquête Ipsos, la FFA a testé de nombreux scénarios pour voir la réaction des épargnants au sujet d’une réduction fiscale sur le long terme. Le premier était une proposition d’instaurer un avantage fiscal supplémentaire au-delà de 12 ans de détention.

Une hypothèse largement approuvée par les détenteurs d’assurance vie, qui sont 42% à être prêt à conserver leur contrat jusqu’à au moins 12 ans, avec 57% des cadres et 51% des personnes percevant plus de 3 000 euros par mois qui partagent le même avis, bien évidemment si une telle mesure était effective.

Toujours dans cette hypothèse, 24% des épargnants et 29% des cadressont prêt à augmenter leurs versements. Il faut dire que la mise en place d’une telle hypothèse favoriserait l’accroissement de la collecte de l’assurance vie.

Les épargnants se tourneront vers l’immobilier au détriment des entreprises

Rappelons que plusieurs candidats à l’élection présidentielle ont proposés des changements au sujet de l’assurance vie, dont le but est de consacrer et d’orienter plus d’épargne vers le financement de l’économie, autrement dit le financement des PME.

Et à ce sujet, la FFA estime que le futur gouvernement devrait éviter de changer ou d’augmenter la fiscalité sur l’assurance vie. Selon elle, en se détournant de leur placement préféré, les épargnants iraient se réfugier sur les livrets d’épargne ou dans l’immobilier, ce qui serait défavorable au financement de l’économie.Il faut savoir que 59% des investissements des assureurs financent actuellement les entreprises.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos